Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
15 avril 2010 4 15 /04 /avril /2010 12:06

Si l'on raconte qu'elles font des placements hasardeux (Crédit lyonnais), qu'elles achètent sans vérifier des obligations douteuses, ou "subprimes"(crédit agricole, caisse d'Epargne, Banque Populaire) ou laissent la bride sur le cou à de jeunes diplômés des grandes écoles pour faire des opérations de "casino" sur les marchés (Société générale), tout ceci est largement contrebalancé par la prudence dont elles savent faire preuve, quand une délinquante presque sénile (moi en l'occurence) essaye de leur refiler des billets de Monopoly (à savoir 20 CHF), libellés dans une monnaie désuette : le franc.

billet438

A Neuchâtel, j'ai retiré plus d'argent que je n'en avais besoin : j'ai réussi à ne pas faire de monnaie et à garder un billet. Pourquoi me suis-je dit que je pourrais le faire changer dans une banque en France ? Je suis allée au plus simple : celles qui sont dans un rayon de 20 mètres autour du bistrot où je vais boire mon petit noir.

Au moins deux de ces beaux établissements (qui ont de superbes verrières Art Nouveau) sont installés depuis 1881 ou 82 : Crédit lyonnais (on dit LCL, je crois maintenant), Société Générale ("votre intérêt est capital" : un beau slogan). D'installation plus récente peut-être, mais fondé dans les mêmes années, le Crédit agricole.

Il faut changer de troquet pour se trouver face à la Caisse d'Epargne, bâtiment daté de 1900, et qui offre un magnifique plafond en faïence.

Tous ces établissements ont la responsabilité de protéger ce beau patrimoine contre la malhonnêté des petits épargnants.

Dans l'un, on m'a conseillé d'aller à la Banque de France (la plus proche ne se trouve-t'elle pas à Clermont ?), et dans les deux autres d'aller à l'agence là où est l'écureuil et aussi là où était domicilié mon compte. J'espère que ma "conseillère financière" ne sera pas en vacances, car ne fréquentant cet établissement qu'une fois par an, il va falloir vérifier mes papiers d'identité, mes empreintes digitales et mon fond d'oeil.

 

Les responsables des banques ont dû voir ce petit film allemand, sorti dans les années 70, que j'avais, sur les conseils d'une amie, fait passer au ciné-club du lycée que j'animais alors, et dont je recherche les références : Lina Bracke cambriole une banque : l'histoire de deux retraités mis en maison de retraite par leurs enfants et qui cambriolaient une banque pour aller se la couler douce à Majorque (ou aux Canaries).... 

Repost 0
14 avril 2010 3 14 /04 /avril /2010 20:30

Aux dernières nouvelles, ce sont des entrepreneurs locaux qui ont acheté le marché couvert et qui vont s'occuper de son aménagement.

Interviewé, l'un d'eux affirme qu'il va conserver la structure en fonte, même s'il affirme que compte-tenu du retard pris par l'opération et pour s'éviter des frais, il ne va pas commander une nouvelle étude d'architecte.

J'avais cité en exemple la rénovation des marchés couverts de Dijon et La Rochelle, sans être en mesure de produire les photos pour étayer ma thèse : à savoir qu'on peut tout à fait conserver le style 1900, et rénover pour avoir un bâtiment répondant aux critères de rationalité actuels.

Ayant une correspondance à Dijon, entre deux trains, je me suis propulsée au centre. Voici donc l'ancien marché couvert de Dijon. 

 

P2100553

 A l'intérieur, on a su préserver la clarté naturelle....

P2100556

On lui a conservé sa destination originelle, celle de marché alimentaire : à Moulins, il y aura des boutiques.

Je crois qu'il devra y avoir aussi des stands pour l'alimentation. Ce qu'ont fait les architectes à Dijon est quand même plus convivial que ce que ceux de Moulins avaient fait à Moulins l'affaire du marché couvert et des Nouvelles Galeries .

P2100559

Et l'on peut parfaitement intégrer des éléments contemporains sans dénaturer le style.

 

Reste maintenant le problème de la transformation de l'immeuble des Nouvelles Galeries en appartements. Apparemment, l'on va échapper au pire. Mais, bien que personne ne me demande mon avis, je mettrai prochainement en ligne quelques suggestions, car d'après mes souvenirs, et aussi parce qu'un dimanche des journées du patrimoine, j'ai eu l'occasion de voir qu'ils étaient conservés, il y aurait des éléments d'architecture intérieure à préserver.

Repost 0
14 avril 2010 3 14 /04 /avril /2010 13:11

L'Allier, ma dolce vita à moi, est le slogan que je ne sais quel publicitaire ou "consultant" parisien a trouvé pour promouvoir le tourisme dans notre département.

Pour moi, l'Allier évoque plutôt la "vie tranquille". D'ailleurs, quand on fait des enquêtes, les habitants sont certes un peu gênés que la population du département diminue, mais ne souhaitent pas forcément la venue de nouveaux habitants : on est si bien entre soi, et pourquoi partager un si beau pays avec des étrangers ?

Quand j'avais 3 ou 4 ans, aller au cinéma représentait une sortie extraordinaire. On passait des films à la salle des fêtes de Noyant : le projectionniste était un certain "Bébert". Ma mère raconte qu'un jour où le public n'avait rien compris au scénario du film, on a découvert qu'il avait passé la troisième bobine avant la  deuxième. Avant l'acquisition du premier poste de télévision par le Café Chalmin, quand on se déplaçait pour aller au cinéma, c'était pour voir des choses distrayantes : aussi, je serais étonnée que "le voleur de bicyclette" ou même la "Dolce Vita" aient figuré pas au programme proposé par Bébert. "Pain, amour et fantaisie", peut-être.

C'est ma tante qui a eu la première "Vespa" de Noyant, et par la même occasion, de Châtillon. Mon père racontait que surprise par le système de freinage, elle n'était pas allée plus loin que la maison d'en face et avait fait un vol plané par dessus le guidon.

Cette fameuse Vespa a fait l'objet d'une photo :

p-p--Noyant146.jpg

 

Quand on m'a assise sur le siège arrière, je n'avais pas voulu lâcher mon "Baba". Au guidon, Nicole Leboeuf, une jeune voisine. 

Repost 0
13 avril 2010 2 13 /04 /avril /2010 17:38

papa437 J'ai trouvé un négatif de photo à Noyant : j'ai essayé de le scanner et l'ai mis en positif. Je ne suis pas mécontente du résultat.

Ce qui est étonnant, c'est que je ne l'ai jamais vue plus tôt.

De la mode zazou (1940 et suivantes), je repère les chaussettes blanches, la cravatte à gros pois, et les chaussures.

Pour le pantalon de golf, j'hésite : Tintin, reporter au Petit XXe en porte un semblable dans les années 30.

Quant à la voiture, il me semble pouvoir identifier repérer le logo de la marque Lancia, ce qui a sans doute justifié la prise de la photo. Mon grand-père revendait des vélos et des voitures. Et sans doute un biziot du coin avait spouhaité s'offrir une "belle italienne".

 logo Lancia

Le top modèle est mon père !

Repost 0
12 avril 2010 1 12 /04 /avril /2010 15:01

Ce trouve ce dessin admirable... Il explicite bien pourquoi on ne peut qu'aller vers des conflits sociaux de plus en plus durs. François Léotard, le frère de l'acteur, l'a lui-même écrit : "ça va mal finir !".

 

cqfd2 

 

 

dessin de Gros dans Marianne (semaine du 3 au 9 avril 2010).

J'ai pu effectuer une lecture exhaustive de cet hebdomadaire, car j'ai bien profité des correspondances entre deux trains ! J'ai également eu le loisir de lire deux romans policiers que j'avais apportés.

Moi, je suis plutôt chanceuse. Mais j'ai trouvé sur le quai de la gare de DIJON une relation de bistrot : elle y était en transit entre ANNECY et MOULINS. Quant au monsieur qui venait de LUXEUIL (ville natale de Florence PARISOT !!!), partoi à 8 heures le matin, il est arrivé à NEVERS à 20 h 30. 

Repost 0
Dominique LAURENT
commenter cet article
12 avril 2010 1 12 /04 /avril /2010 14:00

Le Congrès des Sociétés Historiques et Scientifiques (CTHS pour les intimes) s'est tenu cette année, à NEUCHATEL, en Suisse.

NEUCHATEL, entre 50 000 et 60 000 habitants, capitale d'une république confédérée : le Canton de NEUCHATEL qui compte 130 000 habitants.

Un lac : je suis arrivée par un train, vers 17 heures, une belle journée d'avril. La lumière était splendide... Au loin, on voyait les montagnes ennneigées, lac neuchatel

 

P2110576

 

des vignes (entre l'autoroute et la ligne de chemin de fer),

P2130688

un "centre d'interprétation" comme l'on dit au QUEBEC appelé le Laténium (car le site de LA TENE est sur le lac de NEUCHATEL) très bien fait (outre l'époque de La Tène, on y évoque la civilisation protohistorique des "lacustres"), une université au bord du lac, grande comme un collège 600 (on a tenu à préciser sur la vitre de la cafétéria des étudiants : "ceci n'est pas un restaurant de plage, une tenue correcte est exigée").

Je me suis bien musclé les fesses, car mes revenus de personne âgée étant désormais fort modestes, je n'avais pas les moyens de loger à l'hôtel et j'ai trouvé une chambre d'hôte sur les hauteurs de NEUCHATEL pour 50 Francs suisses (CHF), soit environ 40 €.

J'ai testé le vin blanc, récolté en 2009, "non filtré" de NEUCHATEL ("c'est la période", m'a-t'on dit).

P2110609

 

P2110610

 

P2110611

Je n'ai pas pu tester le lapin à l'"ail des ours" au restaurant où je l'avais repéré, car il était bondé quand je m'y suis présentée. A la place, je suis allée manger Kasher (ça, on ne trouve pas à MOULINS). Un autre jour, je me suis régalée avec des "Roesti" (de la "rapée" comme l'on dit à SAINT ETIENNE) qui accompagnait une "carbonade" (bon, ce n'est pas très suisse !) arrosée d'une excellente bière rousse. J'ai aussi testé le Pinot Noir de NEUCHATEL (c'est comme le SAINT-POURçAIN : j'en ai goûté un très acide, et le second essai m'a fait découvrir un très bon vin rouge).

Au marché qui se tenait le samedi matin, on vendait de l'ail des ours (ça ressemble beaucoup à des feuilles de muguet), des "dents de lion" (ça, je connaissais car l'expression est aussi employée à LYON. A SAINT-ETIENNE, on va plutôt "aux barabans". Et dans l'Allier, on mange plus prosaïquement des pissenlits), et du fromage de cabri frais ! 

Au musée des Beaux Arts (superbe décor Art Nouveau)

P2110588, le conservateur a eu une idée que j'ai trouvée géniale. Tous nos musées de province sont encombré de croûtes et d'objets de collection qui encombrent désormais, plus qu'autre chose : et bien, lui les a réunis dans une exposition permanente, appelée "La nature dans tous ses états", ce qui lui a permis de mettre ne valeur des objets assez disparâtes, mais décorés de fleurs ou d'animaux. Et d'évoquer l'"identité suisse" par des tableaux romantiques de montagnes, de torrents furieux et de lacs paisibles.

 

A noter aussi, un legs d'une très jolie collection d'impressionnistes : Monet, Sisley.

 

Quant au congrès lui-même : on ne peut pas assister à toutes les communications, il y a plusieurs "ateliers" et une dizaine de communications en même temps. Mais j'ai découvert chez les géographes et les archéologues des thèmes fort intéressants, tout comme les deux conférences de fin d'après-midi que j'ai entendues.

 

Avant de repartir, j'ai acheté du chocolat !

Repost 0
Dominique LAURENT - dans mes voyages
commenter cet article
12 avril 2010 1 12 /04 /avril /2010 13:15

Madame Laurence PARISOT étant plus ou moins ma contemporaine, je pense qu'elle a vu ce film, rôle principal est tenu par Charlton HESTON et qui avait pour titre original : "Soleynt green".

 

En l'entendant exposer que son avis sur le problème du financement des retraites (surtout ne pas augmenter les charges des entreprises - françaises - car celà tue leur compétivité), je me suis dit qu'il n'y avait en fait qu'une solution. Ce film de Richard FLEISCHER, sorti en 1973, est censé se dérouler en 2022.

Sur une terre surpeuplée, où la faune et la flore ont été détruites, le paiement des retraites n'est plus le principal problème. Très peu de terres étant encore cultivables, les habitants qui n'ont pas les moyens d'acheter des aliments naturels s'approvisionnent chez L... oh, pardon ! ..., mangent un aliment de synthèse, le « Soleil vert » (Soylent green), produit par une multinationale, qui, bien que l'on ne le précise pas, doit verser des dividendes confortables à ses actionnaires.

Charlton HESTON, dans le rôle d'un BEN HUR âgé, pardon "matûre", découvre  qu'en réalité, ces tablettes vitaminées sont fabriquées à partir des cadavres des veillards que l'on euthanasie dans le plus grand secret ...

 

Repost 0
4 avril 2010 7 04 /04 /avril /2010 09:35

Quand j'étais gamine, mon père avait tout un tas d'histoires à raconter sur les curés des villages environnant. Il y avait alors un curé par village, mais bien moins de garagistes.

Tout ecclésiastique motorisé passait forcément chez mon grand-père, au moins pour une bonne vidange graissage.

Telle personnalité locale était le fils du curé d'A..., le curé de M., qui avait une moto, était un séducteur patenté. Il avait installé je ne sais plus quel accessoire sur son guidon, affirmant que celà améliorait l'équilibrage. Mon père s'étant montré un peu dubitatif sur l'efficacité du gadget, il avait rétorqué : "Mon fils, ça c'est comme la Foi. On croit ou l'on ne croit pas...". Le curé de X. avait une bonne et sa bonne qui n'avait pas l'âge "canonique" réglementaire, était mère de 5 enfants : certains croyaient voir une ressemblance avec le bon père.

Mais les aventures des curés ruraux étaient toutes des aventures entre adultes consentants. Si elles faisaient rire, c'est parce qu'il y avait inadéaquation entre la réalité et le discours officiel.  

Plus tard, j'ai étudié l'histoire et le Moyen Age est plein de tentatives de réformes qui tentent de mettre réellement en oeuvre le célibat des prêtres, qui entretenaient trop ostensiblement femmes et enfants.

Aussi, compte-tenu des échecs, répétés depuis des siècles, d'imposer aux prêtres une vie purement spirituelle, compte-tenu aussi que les pasteurs protestants, comme les popes orthodoxes, sont mariés sans que celà ne paraisse entraver la bonne marche de leur ministère, je ne vois pas l'intérêt d'imposer aux prêtres le célibat (pas plus qu'au Canada - français- au début du siècle dernier, d'imposer aux institutrices d'être célibataires).

En revanche, je ne vois pas en quoi leur mariage empêcherait d'éventuelles tendances pédophiles. A Outrau, c'étaient bien les parents qui abusaient de leurs enfants. On a un temps beaucoup insisté sur le cas d'instituteurs pédophiles. Dans les quelques cas avérés, ils étaient mariés.  Et l'on sait que la majorité des cas de violences, de toutes sortes d'ailleurs (la maltraitance psychologique est ravageuse), sur les enfants, ont lieu au sein de la famille.

En réalité, ce qui est en jeu, c'est la relation que l'on a vis à vis d'un pouvoir qu'on peut exercer. Une question d'éducation...

Hier, avant d'aller me coucher, j'ai vu la fin d'une émission de "super Nanny". Les garçons, 3 blondinets auxquels on aurait "donné le bon Dieu sans confession", 3, 4 et 6 ans peut-être, faisaient des doigts d'honneur à leur mère. Je me suis demandé "qui leur a appris ?" : question qui n'a pas été posée. Et la réponse est sans doute : leur père, un homme qui faisait les repas pour sa petite famille, mais que les facéties de ses fils vis à vis de leur mère, et de "Super Nanny", bref ! des femmes, amusaient beaucoup. Si l'on ne les recadre pas, que se croiront-ils permis, arrivés à l'âge adulte ? 

Il me semble qu'il faut s'intéresser à la question, en famille, et comme dans la vie en société : "Suis-je le centre du monde ?" et "Quelles sont les limites que je dois respecter en matière de respect d'autrui ?" 

 

Repost 0
23 mars 2010 2 23 /03 /mars /2010 07:40

Quand je suivais des cours d'allemand dans une école primaire, j'avais été un peu surprise d'une superbe faute qui était restée inscrite sur le tableau par le "professeur des écoles".
Ce matin, alors que l'allume mon ordinateur pour relever mes messages, j'entends des professeurs des écoles chevronnés déplorer la suppression des IUFM et expliquer la raison pour laquelle ils font grève :
Le professeur-psychologue en RASED explique, entre autres choses, qu'il est toujours par "monts et par vents". Apparemment, il s'inquiète surtout de la suppression de sa structure. Mais aussi du fait que ses futurs jeunes collègues seront jetés aux fauves sans formation.
Apprend-on toujours des poésies par coeur dans nos écoles ? Connaît-on encore Arthur Rimbaud ? Il est vrai qu'il n'a écrit qu'un "dormeur du val" et par plusieurs "dormeurs des vaux".
Sa collègue directrice s'essaye au néologisme et déplore que la suppression des moyens ne permettent plus de s'occuper des élèves les plus "décrocheurs".  
Certes, la langue française doit évoluer (ce n'est pas à la lectrice de documents du XVe et du XVIe s. qui défendra qu'elle doit rester figée), mais ce serait peut-être une bonne arme pour l'enseigner que d'en connaître les bases !



Repost 0
22 mars 2010 1 22 /03 /mars /2010 12:45

En 1444, le receveur de Moulins fit un don de 20 sols tournois « à trois hommes qui sont du pays du prêtre Jean », alors de passage à Moulins.
Cette anecdote n’a, curieusement, pas retenu l’attention de Marcellin CREPIN-LEBLOND et Claude RENAUD  dans leurs « Ephémérides moulinoises ».

Le pays du prêtre Jean est un mythe fort ancien du christianisme. Il y coulait une fontaine de jouvence et la corruption y était ignorée. 
On le situait soit en Asie, soit en Afrique orientale, jusqu’à ce que le négus d’Ethiopie, un royaume africain de rite copte, qui était en lutte permanente avec ses voisins musulmans, et qui cherchait des alliés en Europe, se présente comme étant ce prêtre mythique. Il envoya d'ailleurs des ambassadeurs pour participer aux travaux du concile de Florence, en 1442.
Aucune précision supplémentaire sur les raisons de la venue d’émissaires abyssins à Moulins ne nous est fournie. Il est vraisemblable que la capitale du Bourbonnais n’ait été qu’une halte sur la route de Paris.

(source : Arch. Mun. Moulins c. 266 f° 28 r°.  paiement de juillet)


On imagine le choc que durent ressentir les bourgeois en découvrant ces étranges étrangers.

J’ai évoqué le film « Teza  » : l’acteur principal ressemble de façon surprenante aux personnages de cette fresque de l’église de Uhra Qidanne Mehret à Zeghe (source : Les dossiers de l’ archéologie – 1975 n° 8)
abbyssins436

Repost 0

Présentation

  • : Le blog de Dominique LAURENT
  • Le blog de Dominique LAURENT
  • : faire connaître ma région, parler des problèmes qui me préoccupent, exposer mes coups de coeur
  • Contact

Recherche

Liens