Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
2 mai 2010 7 02 /05 /mai /2010 15:37

De temps en temps, je reviens sur mes anciens articles : j'y constate des redites, des fautes de frappe... Et je remercie mon fidèle lecteur de me signaler les erreurs commises parce que je n'ai pas pris la peine de vérifier les noms propres :

J'ai donc bien noté que Joseph Barra n'est pas le Barras du Directoire.

Et que la rivière qui inondait Neuchâtel est le Seyon.  

Repost 0
Dominique LAURENT
commenter cet article
1 mai 2010 6 01 /05 /mai /2010 09:39

lac neuchatel

 lac Neuchâtel 1

 

Le thème du colloque de Neuchâtel était "les paysages". 

On y a beaucoup parlé de l'impact de l'homme sur son environnement, au cours des siècles. Et de la façon dont il supporte ou ne supporte pas les risques liés à son environnement.

Je reviendrai sur la façon dont les Vietnamiens "cohabitent" avec le risque d'inondation, car c'est édifiant. Quand j'y étais, en novembre 2008, dans un restaurant, on portait les tables et les chaises vers l'étage, tout en regardant monter le niveau de la rivière. J'ai demandé :"celà vous arrive souvent ?" "Généralement deux ou trois fois par an. Mais cette année, celà fait 6 fois ! " 

Sayon

 

Cette rue piétonne de Neuchâtel s'appelle la rue du "Seyon".

 

Et le Seyon, c'est cette petite rigole qui passe au milieu de la chaussée. 

 

 

 

 

 

 

Le plan ci-dessous date du XVIIIe siècle. On voit le Seyon border un rang de maisons : ces belles maisons de style Renaissance qui font tout le charme du centre de Neuchâtel. La petite ville s'étend sur une langue étroite entre la montagne, plantée de vignes "clos".

A cette époque, le niveau du lac de Neuchâtel était plus haut de 2 m 50 par rapport à son niveau actuel.

plan Neuchâtel

 Mais Neuchâtel a été ravagée à plusieurs reprises par des inondations. Aussi, dans les années 1860, on a procédé à ce que l'on appelle la "correction des eaux du Jura".

A l'issue de ces grands travaux : surprise !

(ce sera l'objet de mon prochain article...) 

 

Repost 0
Dominique LAURENT - dans mes voyages
commenter cet article
27 avril 2010 2 27 /04 /avril /2010 14:10

C’était à la fin des années 1990 : le chien avait 6 mois et je rentrais encore dans mon pantalon de ski de fond. J’allais dans les Alpes et devais prendre une correspondance à Lyon. C'est là qu'est venue s’asseoir en face de moi une jeune femme que j’ai trouvée « improbable ». La trentaine, elle était vêtue d’un costume de religieuse tel qu’on n’en porte plus depuis la fin de Vatican II. Il était de couleur grise, y compris la guimpe autour de son visage, dont seul l’ovale était visible. Un visage d’une beauté remarquable et parfaitement mis en valeur par la tenue qui se voulait "modeste" qu’elle portait. Un jour dans l’ancienne bibliothèque des archives départementales, alors que je regardais les rayons à hauteur de mes yeux, je m'étais pris les pieds dans la soutane d’un curé qui consultait, lui, les rayons du bas : il y a des intégristes catho, vers Brout-Vernet. Je savais donc que des curés en soutane circulaient encore. Alors, peut-être après tout, y avait-il encore des couvents dans lesquels l’on portait ce costume. Pourtant, elle n’arborait pas ostensiblement une croix sur sa poitrine. Et surtout, elle était accompagnée d’un jeune enfant qui l’appelait « maman ».
L’éducation que j’ai reçue fait que l’on ne fixe pas les gens, car c’est considéré comme impoli : j’ai ouvert un bouquin et me suis mise à lire. Tout à coup, j’ai entendu une imprécation. Cette si belle jeune femme invectivait très vulgairement des gens assis derrière moi et leur demandait : « vous ne voulez pas aussi ma photo ? ». Je me suis retournée et ai vu un couple d’un certain âge : ils ont prudemment piqué du nez sur leurs genoux, et l’orage a fini par passer.
C’était une époque on l’on réunissait les conseils d’administration des établissements scolaires pour faire voter des modifications de règlement intérieur à propos du « foulard islamique ». Mais à quoi correspondait cette tenue, je ne sais toujours pas.
Depuis quelques jours, à la télévision, dans les journaux, on voit la photo en gros plan de cette jeune femme qui a convoqué une conférence de presse parce qu’un OPJ lui a dressé Procès Verbal lui enjoignant de payer une amende de 22 €. Dans mon éducation, il y a aussi eu un conseil: « il ne faut jamais essayer de jouer au plus con avec un flic ». Un jour, du côté de Salons de Provence, j’ai eu une amende parce qu'au volant de ma voiture verte, je circulais dangereusement, n’ayant pas mis mes codes par temps de brouillard. J'ai tenté de me justifier : « Vous m’excuserez, mais je viens de l’Allier, et ce que je vois ici, ce n’est pas pour moi du brouillard ». Je me suis quand même informée : « Il y a plein de gens qui roulent sans avoir allumé leurs feux : pourquoi ne les arrêtez-vous pas ? » - « Je suis comme le boucher, m’a t’il été répondu, je ne sers qu’un client à la fois ». Je n’ai pas insisté pour savoir pourquoi ses collègues ne bougeaient pas non plus et ai envoyé le paiement de mon amende, en leur joignant au dos d'une photo de la montagne Sainte Victoire, sous un soleil radieux, que j'avais prise ce même matin. Et désormais, quand je vais dans les Bouches-du-Rhône, je prends le train et loue une voiture immatriculée dans le département.  
Pour en revenir à la dénommée « Anne », qui a de très beaux yeux habilement maquillés (on ne voit d’ailleurs qu’eux) et se plaint d’être « stigmatisée », elle m’a rappelé une remarque faite par J. DEFOURNEAUX, un historien, auteur d’une « Vie quotidienne en Espagne au Siècle d’Or », et qui m'avais frappée quand j'étais étudiante. Dans l’Espagne très catholique du XVIe s. (le Siècle d’or, c’est précisément le règne de Philippe II : 1556- 1580), les costumes des femmes comportait un voile, ou une mantille. Or, un règlement avait dû être pris pour interdire qu’elles dissimulent aussi sous leur voile le bas de leur visage, ou pis, ne laissent apparaître qu’un œil, car  cela était considéré comme très érotique. L’on sait aussi l’intérêt de se dissimuler derrrière un éventail, pour allumer les hommes, dans l’arsenal de séduction des coquettes de cette époque. 
 

On peut être très pudique en jupe courte, l’indécence est surtout dans les fantasmes de celui qui s’en émeut. Le héros des « Dieux sont tombés sur la tête», qui évolue avec naturel dans sa tenue de pigmée n'a rien d'indécent. Dans Tartuffe,  à l’injonction « Cachez ce sein que je ne saurais voir », Dorine répondait (approximativement) « Moi, je pourrais bien vous voir nu du haut jusqu’en bas, que ça ne me donnerait pas envie de vous » ! Je me souviens d’un huissier de justice, qui proposait à ses amis de l’accompagner quand il avait à intervenir dans un camp de naturistes : « histoire de rigoler ». Je n’étais pas vieille, mais je le trouvais un peu bizarre. Je n'avais pas mis le mot «voyeurisme» dessus son attitude. En revanche j’aurais trouvé anormal que les « Tout Nus » (comme l’on dit dans « Camping ») sortent de leur camp dans cette tenue. Quand on ne veut pas être remarqué, il faut éviter d’être spectaculaire. Ou alors assumer.

Et pour vivre en société, il y a un minimum de consensus à respecter dans les codes, y compris vestimentaires : il y a un bon nombre d’années de cela, le journal local de Moulins s’était ému de ce que les touristes du camping, qui passaient le pont, venaient se promener dans le centre ville en maillot de bain. Je ne sais pas si  cela a fait l’objet d’un arrêté municipal, mais je ne vois plus personne se promener en tenue de  plage… A moins qu’il n’y ait plus de touristes du tout !   

Repost 0
24 avril 2010 6 24 /04 /avril /2010 14:28

P2230720

J'espère manger quelques cerises cette année !

J'ai récupéré Archie au chenil : il y a vécu des amours contrariées (par un grillage de box !) et n'a pas mangé pendant 3 jours m'a expliqué sa gardienne, qui en pleurait de rire...

 

P2230729 

Repost 0
Dominique LAURENT
commenter cet article
23 avril 2010 5 23 /04 /avril /2010 17:10

C'était prévu depuis plus d'un mois : le volcan islandais, qui a un nom à coucher dehors avec un billet de logement, a placé notre sortie à Vulcania en plein coeur de l'actualité.

P de D accentué

 

P2220709J'ai bien aimé les deux films en 3 D (le mammouth était craquant), les animations "dynamiques" spectaculaires (se trouver au coeur d'un tremblement de terre, emporté sous une avalanche ou pris sous l'effet de souffle d'une explosion volcanique), la descente au coeur du magma et la chevauchée au milieu des dragons super marrantes.

Et puis a été abordé le sujet qui nous préoccupe : les volacans d'Auvergne peuvent-ils se réveiller ? La réponse est apparemment rassurante : non, puisqu'ils ne sont en activité qu'une seule fois au même endroit. Mais l'activité volcanique peut se réveiller un peu plus haut. 

Le Cantal est éteint depuis 1 million d'années. La chaîne des Monts Dore a été active il y a 100 000 ans et la dernière activité dans la chaîne des Puys remonte à 6 000 ans (lac Pavin). Où se produira la prochaine éruption ? Sans doute quelque part entre Vichy et Moulins.

volcans 

La Montagne, édition du 21 avril 2010

Repost 0
Dominique LAURENT
commenter cet article
22 avril 2010 4 22 /04 /avril /2010 12:19

 

toutou

L'autre jour, j'ai fait une grosse bêtise : il y a désormais un petit marché le dimanche matin. Il faisait beau, j'étais bien remis de mon opération. C'était la première fois que je retournais me promener en ville et je frétillais à l'idée de flairer de bonnes odeurs... 

Mon humaine s'est arrêtée pour acheter du fromage de chèvre : elle a discuté un petit moment avec la jeune agricultrice. J'en aia profité pour relever le message qu'un congénère m'avait laissé un message sur le poteau en bois devant le stand. En levant la pate pour lui répondre, mon attention a été attirée par d'autres messages laissés au pied de l'arbre qui était un peu plus loin. J'ai compris que j'avais fait une grosse, une énorme bêtise ..... en entendant des enfants, avec leur père, se moquer de moi.

Mon humaine a tiré sur la laisse et a écourté la promenade. Elle n'était pas très gracieuse ! "C'est de la sénilité, Archie ?" m'a t-elle demandé. Arrivée chez nous, elle s'est précipitée dans ce qu'elle appelle la "salle de bain", un lieu qui m'est interdit. Je ne sais pas quel plaisir elle éprouve à s'arroser avec ce tuyau et à sentir l'oranger. Moi, pour me nettoyer, je me lèche ! Et pour me parfumer, je me roule dans une bonne vieille charogne quand l'occasion m'est donnée d'en trouver une. 

Je suis allé me cacher et j'ai fait oreilles basses... Le lendemain, elle m'a conduit au chenil.

Repost 0
21 avril 2010 3 21 /04 /avril /2010 18:46

blessé 1 paint

 

Un soir, elle m'a supprimé mes deux gamelles et le lendemain matin, elle m'a conduit dans cette maison où il y a tant de chats et de chiens qui souffrent.

Ils se sont mis à deux pour me mettre sur une table, j'ai senti une piqure... Et à mon réveil j'étais affublé de ce ridicule T-shirt.

 

 

 

 

 

 

 

J'ai essayé de m'en débarrasser.

 

Et alors .......

 

blessé 4 paint-copie-1

Ah, c'est pratique, je vous jure !!

blessé 5

Repost 0
20 avril 2010 2 20 /04 /avril /2010 11:38

Olivier Petre Grenouillaud est un historien dont la thèse "les traites négrières" a été saluée par ses pairs. Comme toute thèse d'histoire, sa diffusion est longtemps restée confidentielle. Je l'ai achetée, l'ai lue et trouvée très intéressante : elle démontre que l'esclavagisme n'a pas été le seul fait du commerce triangulaire (d'où le titre "les traites..."). Et que comme les gaulois se faisaient la guerre entre eux pour faire des prisonniers et vendre des esclaves à Rome et à la Grèce, des africains raflaient d'autres africains pour alimenter le commerce des esclaves.
Certaines associations ont découvert ce travail, ont qualifié l'historien de négationiste et dans la foulée ont demandé que les français se repentent pour le commerce triangulaire. Sans prononcer le mot, ils définissent ainsi une identité française.
Au XVIIe et au XVIIIe siècle, il se trouve que mes ancêtres s'épuisaient à cultiver des terres ne leur appartenant pas pour verser des redevances à des accapareurs, qui investissaient peu-être dans le commerce triangulaire.  
Comme l'a dit Jean Ferrat : c'est là ma France.... "Celle des enfants de 5 ans travaillant dans les mines, celle qui a bâti de ses mains vos usines, celles dont M. Thiers a dit : qu'on la fusille !"

Il y a d'autres "identités françaises" : celle de Jean Marie Le Pen, par exemple. Il y a l'"identité française" de Robert Badinter et d'un certain nombre de réfugiés de l'entre deux guerres.

Amalgamer tous les "gaulois", généraliser à un groupe le comportement d'individus, c'est ce que l'on appelle le "racisme". Le racisme "à l'envers" est un racisme comme les autres.


Des gens, qui pourtant me veulent du bien, vous le diront : je ne suis pas très "fu-fute". Aussi lorsque le ministère de l'identité française et de l'immigration a été créé, je n'y ai pas vu matière à m'indigner : pur produit de l'école laïque, gratuite et obligatoire, je connais par coeur, ou presque la Légende des siècles, ses "soldats de l'an II, dressés contre toute l'Europe avec ses capitaines, avec ses fantassins couvrant au loin les plaines...", l'histoire du jeune Barra assassiné pour avoir refusé de crier "Vive le roi", et j'ai trouvé émouvant que "cet air de liberté au-delà des frontières" ait conduit les Hongrois, en 1956, les Tchèques en 1968 et même les Chinois en 1989 à chanter la Marseillaise.    
Il me paraissait important au moins d'en discuter.
Fernand Braudel, un autre historien, a écrit il y a un quart de siècle un ouvrage salué par tous les intellectuels de l'époque : l'Identité de la France. Donner pareil titre à un ouvrage serait considéré aujourd'hui comme "libérant la parole raciste".
Il y  a pourtant une "identité de la France", comme assez paradoxalement, il y a une "identité bourbonnaise", axée autour d'un mythe : le métayage et d'une construction paysagère : le bocage. Il y a une une identité "méditerranéenne". Personnellement, je me sens autant bourbonnaise que française, méditerranéenne que descendante des Celtes. Et européenne.

Une identité n'est donc pas forcément exclusive des autres.

 

Il reste à [re]construire une identité européenne.

J'avais trouvé étonnant, il y a quelques 40 ans, que les américains noirs (on dit afro-américains) recherchent, au travers de caractéristiques faciales, leurs racines ethniques. Celà ressort de la même logique que la vogue de la généalogie ou de la légitimité reconnue aux enfants abandonnés de rechercher leurs parents, tout ceci prouve que l'on a besoin de se construire une identité. Et à défaut d'enregistrement d'état civil, il fallait bien mettre au point une méthode.

Et pour revenir à mon premier sujet : l'esclavage, considérer qu'il n'y a eu qu'une sorte d'esclavage, celui des africains noirs victime du "commerce triangulaire", c'est sous estimer d'autres esclavages, contemporains, eux.

Repost 0
16 avril 2010 5 16 /04 /avril /2010 09:10

J'ai failli écrire "un débat qui fait avancer les choses" : mais il ne faut pas exagérer quand même.

En tous cas, ça réconcilie avec les hommes politiques. Hier, j'ai zappé sur France 2 et ai vu la fin de "A vous de juger", l'émission d'Arlette CHABOT, avec Malek BOUTIH et Luc FERRY. 

Il paraît que malgré la caricature, (un court extrait où COHN-BENDIT reproche à ROYAL sa bêtise ou je ne sais trop quoi)  qu'on a retransmise sur les radios du débat, ces deux intervenants-ci s'étaient également écoutés. Et si c'était celà la vraie qualité d'Arlette CHABOT, faire venir ensemble des gens capables de s'écouter et faire avancer des idées, à défaut de faire avancer les choses ?

BOUTIH sort du discours misérabiliste et connaissant bien ses quartiers, pointe les vrais problèmes. Il n'hésite pas à avancer des propositions révolutionnaires comme reconquérir les quartiers. Mais son discours, ce n'est pas "il nous faut plus de moyens plus de postes". Son discours sur la "reconquête" sonne plus "militaire". Il invite aussi les assistantes sociales à ne pas se contenter de distribuer des chèques mais d'aller constater la réalité des besoins en visitant les familles.

Luc FERRY sait écouter son interlocuteur et bien que prof de fac, connaît bien le problème des enseignants de collège et de lycée, qu'il a pris, manifestement, le temps d'entendre (à l'évidence mieux que Ph. MERIEUX !). Et il avance des solutions pédagogiques novatrices concrètes. Qu'il a pu mettre en place quand il était ministre.

C'est ce qu'atteste par son témoignage une "proviseure" de lycée de l'académie de Versailles. Le principal d'un collège invite à travailler avec tous les partenaires : éducateurs de rues, policiers, directeurs de MJC... ce qui me rappelle de bons souvenirs.

Mais ces responsables d'établissements ne peuvent rien faire si leur hiérarchie ne les laisse pas sortir des sentiers battus (c'est le rôle du recteur, mais c'est encore mieux s'il est encouragé par son ministre de tutelle), réorganiser les programmes, utiliser leurs moyens en enseignement de façon opportune par rapport à la situation réelle du public. Et il n'y a pas besoin de moyens énormes pour ce faire : il faut simplement utiliser ceux dont on dispose, mais de façon utile (exemple de propos qui décoiffe : "il y a des classes où 35 élèves ne posent pas de problème, et d'autres où l'on ne peut pas travailler à plus de 10 !").

Dans la situation actuelle, c'est ce que dénonce la représentante du SNALC, qui a le plus fréquemment cours : les chefs d'établissements font le gros dos et tant qu'ils ne sont pas eux-même agressés, laissent les enseignants se débrouiller face à l'agressivité de leurs élèves. La responsabilité des chefs d'établissements est un sujet tabou : ils bottent généralement en touche en affirmant "M. Un tel n'a pas d'autorité", quelquefois ils ajoutent "n'a pas d'autorité naturelle". Et là, mon opinion est que c'est l'Hôpital qui se fout de la Charité.  Car, comme dans une famille, il faut une congruance dans le comportement des adultes de l'institution, sinon le message éducatif est brouillé.  C'est ce que disaient les profs d'un de mes anciens collèges : "ici, on a un confort pour travailler car quand on a un problème, on le signale. L'élève et sa famille sont convoqués (le samedi matin, car alors, on travaillait le samedi matin ! et que les parents étaient disponibles ce jour-là) par le principal et le principal adjoint".

Il faut enseigner les "codes" de la vie en société a enchéri quelqu'un (M. BOUTIH me semble-t'il)... C'est ce que l'on appelait autrefois l'instruction "civique" et la "morale" : j'aime bien le nouveau nom qui pourraît être donné à ces deux enseignements.

Madame la Proviseur, dont j'ai oublié le patronyme, montre le "contrat de réussite" que l'on signe dans son lycée. Il faut prendre beaucoup de temps pour discuter  et expliquer. C'est son rôle et cellui de ses CPE : elle affirme avoir 85 % de réussite avec ce système. Une de mes amies, professeur dans un collège de Saône et Loire, avait eu cette idée, il y a une quinzaine d'années. Elle passait des contrats d'objetcifs avec ses  élèves les plus difficiles. Comme cette idée lui était venue à la suite d'une psychothérapie qu'elle avait faite ("la psychothérapie", disait-elle, "c'est comme l'archéologie. Il s'agit de dégager les couches les unes après les autres, pour voir ce qu'il y a en dessous".) et qu'elle ne s'en cachait pas, ses chers collègues et sa hiérarchie n'ont pas tardé à faire courir qu'elle était folle et/ou appartenait à une secte ! La dernière fois que j'ai eu des nouvelles d'elle, elle était en congé maladie à cause du "harcèlement moral" qu'elle avait dû endurer. J'espère qu'elle sait que dans un lycée de "zone sensible", un proviseur a généralisé son expérience !

Et puis un rappel : les enseignants enseignent, les parents éduquent.. Le principal du collège lance l'idée d'ouvrir des "écoles des parents".

Repost 0
16 avril 2010 5 16 /04 /avril /2010 00:00

maison père Guillaumin 2

J'aime beaucoup le design de la poussette. On remarquera la ceinture de sécurité !

La maison derrière a disparu: à la place, il y a l'Auberge de la Queune, mais j'ai un dessin :

 maison père Guillaumin

Repost 0

Présentation

  • : Le blog de Dominique LAURENT
  • Le blog de Dominique LAURENT
  • : faire connaître ma région, parler des problèmes qui me préoccupent, exposer mes coups de coeur
  • Contact

Recherche

Liens