Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
9 septembre 2010 4 09 /09 /septembre /2010 12:33

Lorsque j'avais 4 ou 5 ans, ma meilleure amie s'appelait Odile et je l'admirais  énormément. D'abord parce qu'elle était blonde et avait les cheveux frisés et que moi j'étais châtain et que mes cheveux désespérément raides. En plus, elle avait un petit frère. Et puis surtout, quand nous revenions de la mine, où avait été installée l'école enfantine, nous nous arrêtions chez elle et que l'hiver, elle avait pour mission d'allumer le feu dans le poêle. Chez moi, je ne savais même pas où l'on pouvait trouver la boite d'allumettes : et je n'aurais sûrement pas eu le droit d'y toucher ! 

Je constate que je suis devenue une vieille réactionnaire quand je n'admire pas le fait d'être hélée, à ma sortie de restaurant , un soir d'hiver vers 22 h 30 par deux garçons d'environ 11 ou 12 ans qui me demandent de les ramener chez eux en voiture. Je leur ai dit "non" : inutile de solliciter ma pitié, leur responsabilité incombe à leurs parents. Au mieux, j'aurais pu téléphoner au commissariat de police pour signaler que deux enfants en détresse attendaient devant la poste et demander de l'aide. J'aurais consenti à rester avec eux pour qu'ils ne soient pas la proie d'un adulte pédophile. Mais je n'ai même pas eu à me préoccuper de celà, car j'ai été abreuvée par une belle bordée d'injures !

Hier, je sortais de chez moi vers 19 h 30 et ai regardé dans la rue quels étaient les cheins du quartier qui aboyaient avec une telle puissance. Archie étant mort, je ne peux plus lui en faire porter la responsabilité. J'ai vu deux gamins : l'un d'eux avait un visage angélique. Le deuxième portait une casquette rouge. J'ouvrais la portière de ma voiture quand le plus joli des deux m'a interpelée : "Madame, oh, Madame ?"- 

                                     - Oui ?

                                     - Vous pouvez nous amener en ville ?

                                     - Bonjour, à vous aussi. Mais, non, ce n'est pas ma direction (je n'allais pas entrer dans une histoire d'assurance et de responsabilité au tiers avec des gamins de 10-12 ans. Et ce n'était vraiment pas ma direction) !  

                                    - Allez, si, Madame !

                                    - Ma réponse est non.

J'ai mis le contact et le chérubin a planté ses yeux dans les miens. Mais il a été plus poli que celui que j'avais rencontré cet hiver et ne m'a pas insultée, même si son regard était meurtrier.

Repost 0
7 juin 2010 1 07 /06 /juin /2010 09:29

Ce matin, interviewé sur Europe 1, un représentant d'une "agence de notation" dont je n'ai pas retenu le nom, mais qu'il faut que j'identifie, explique que les français doivent faire des efforts pour sortir de la crise et de citer comme exemple Abou  Dabi, un des pays les plus riches du monde où l'on travaille 65 heures par semaine.

 

Première remarque : beaucoup de français travaillent plus de 65 heures par semaine, notamment les femmes. Mais aussi tous ces gens qui font leur jardin, retapent leur maison... 

La loi a seulement limité à 35 heures le temps qui est dû à leur patron, compte-tenu aussi du fait qu'ils ont quelquefois 2 à 3 heures de trajet à effectuer pour se rendre sur leur lieu de travail, puisque contrairement aux ministres, ils ne disposent pas de logements de fonction.

 

En ce qui concerne Abou Dabi, c'est un émirat : par définition, l'émir n'est pas élu au suffrage universel. Les femmes y votent peut-être, mais pour se  rendre aux urnes, elles sortent voilées des pieds à la tête. Si leurs vêtements sont en coton blanc, sans doute celà les protège-t'elles du climat et du soleil. Mais je crois que là n'est pas l'objectif. D'autant qu'il est vraisemblable qu'elle sne peuvent sortir de chez elles qu'accompagnées d'un homme de leur famille. 

Quant à ceux qui travaillent 65 heures sur les chantiers de construction en plein cagnard et qui couchent dans des baraquements en tôle ondulée, ils sont la plupart du temps philippins, n'ont aucune chance d'obtenir la nationalité abou dabienne, même s'ils y travaillent 20 ans. Naturellement, leur salaire ne connaît pas de minimum garanti.

 

Si pour être un pays riche, il faut remplir ces conditions, celà nous dessine bien la société rêvée par certains de ceux qui ont réussi à convaincre nos politiques qu'il fallait leur consentir quelques éxonérations fiscales pour qu'ils puissent créer des richesses en France.

Il reste donc encore quelques réformes à effectuer d'urgence pour arriver à ce paradis : supprimer le vote des femmes, et le suffrage universel. Supprimer le code du travail et les inspecteurs chargés de le faire appliquer.

 

 

Repost 0
25 mai 2010 2 25 /05 /mai /2010 08:20

divers441

 

 

Repost 0
15 avril 2010 4 15 /04 /avril /2010 12:06

Si l'on raconte qu'elles font des placements hasardeux (Crédit lyonnais), qu'elles achètent sans vérifier des obligations douteuses, ou "subprimes"(crédit agricole, caisse d'Epargne, Banque Populaire) ou laissent la bride sur le cou à de jeunes diplômés des grandes écoles pour faire des opérations de "casino" sur les marchés (Société générale), tout ceci est largement contrebalancé par la prudence dont elles savent faire preuve, quand une délinquante presque sénile (moi en l'occurence) essaye de leur refiler des billets de Monopoly (à savoir 20 CHF), libellés dans une monnaie désuette : le franc.

billet438

A Neuchâtel, j'ai retiré plus d'argent que je n'en avais besoin : j'ai réussi à ne pas faire de monnaie et à garder un billet. Pourquoi me suis-je dit que je pourrais le faire changer dans une banque en France ? Je suis allée au plus simple : celles qui sont dans un rayon de 20 mètres autour du bistrot où je vais boire mon petit noir.

Au moins deux de ces beaux établissements (qui ont de superbes verrières Art Nouveau) sont installés depuis 1881 ou 82 : Crédit lyonnais (on dit LCL, je crois maintenant), Société Générale ("votre intérêt est capital" : un beau slogan). D'installation plus récente peut-être, mais fondé dans les mêmes années, le Crédit agricole.

Il faut changer de troquet pour se trouver face à la Caisse d'Epargne, bâtiment daté de 1900, et qui offre un magnifique plafond en faïence.

Tous ces établissements ont la responsabilité de protéger ce beau patrimoine contre la malhonnêté des petits épargnants.

Dans l'un, on m'a conseillé d'aller à la Banque de France (la plus proche ne se trouve-t'elle pas à Clermont ?), et dans les deux autres d'aller à l'agence là où est l'écureuil et aussi là où était domicilié mon compte. J'espère que ma "conseillère financière" ne sera pas en vacances, car ne fréquentant cet établissement qu'une fois par an, il va falloir vérifier mes papiers d'identité, mes empreintes digitales et mon fond d'oeil.

 

Les responsables des banques ont dû voir ce petit film allemand, sorti dans les années 70, que j'avais, sur les conseils d'une amie, fait passer au ciné-club du lycée que j'animais alors, et dont je recherche les références : Lina Bracke cambriole une banque : l'histoire de deux retraités mis en maison de retraite par leurs enfants et qui cambriolaient une banque pour aller se la couler douce à Majorque (ou aux Canaries).... 

Repost 0
18 janvier 2010 1 18 /01 /janvier /2010 13:19

Non, ce n'est pas une fable !

Pour en revenir à mon sujet d'hier : la meilleure solution pour aider Haïti est, a priori, que des associations encadrent la construction d'écoles et le financement d'études pour les enfants. Pourtant, l'association Aide et Action a dû abandonner le programme auquel je contribuais  dans la chaîne des Cahos. Car ce qui rapproche Haïti de Madagascar, ce n'est pas tant la pauvreté de sa population que le fait que les pays sont affligés de mauvais gouvernants... Pires négriers que les pires négriers.
Ceux qui pourraient changer les choses ont émigré : "ton sang est en diaspora" chantait Toto Bissainthe.
Haïti était la "perle des Antilles". Madagascar peut être qualifiée de "perle" de l'océan indien. Il y a une faune endémique extraordinaire, menacée par la déforestation, mais qui avait jusqu'alors été limitée aux besoins de la population locale. J'ai été séduite par la richesse agricole des plateaux. A Tananarive, je me suis régalée de foie gras de production locale. J'ai acheté un miel merveilleux à des enfants, le long d'une route de montagne. Mais sauf la RN 7 (!), les routes ravagées par les typhons sont ravinées. Mauvaise gouvernance ! Les gendarmes locaux sont corrompus :  dans une petite ville du sud, la maréchaussée avait exigé que nous présentions nos passeports à la fois à notre arrivée, mais également le lendemain, à notre départ. Sans y faire attention, j'avais laissé le mien dans mon sac, qui était ficelé sur le toit du 4 x 4. Il a fallu aller le rechercher : et mon retard pour obtempérer nous a coûté plusieurs bouteilles de rhum et quelques devises. 
J'ai appris que l'actuel gouvernement de Madagascar a cédé à titre gratuit, pour 99 ans, l'équivalent du territoire de la France, à la société coréenne Daewoo logistics ( http://fr.globalvoicesonline.org/2008/11/23/1118) .
N'étant plus protégée par la forêt, la riche terre va se transformer en latérite totalement lessivée. Avec les risques de glissements de terrains que celà suppose en outre.
Et là où les Coréens ne cultiveront pas de façon intensive, le sous-sol est attribué à des étrangers : canadiens, français, etc ... car le malheur de Madagascar, c'est que son sous-sol regorge de matières premières qui attisent l'avidté des prédateurs, dont les pierres précieuses : aigues marines, saphirs, tourmaline que taillent avec habileté les artisans malgaches.

Repost 0
23 mars 2009 1 23 /03 /mars /2009 11:43

Le jeudi 19 mars, France 2 proposait dans Envoyé Spécial, un reportage sur le Swaziland : pays où l’espérance de vie est la plus faible au monde (31 ans) et où le pourcentage de malades atteints par le SIDA ou séropositifs, est de près de 50 %... Où le roi Mswati III a affirmé avec assurance sa conviction que la polygamie «ne contribuait pas à la propagation du VIH parmi la population» (Wikipédia). Et où les fillettes connaissent leur première expérience sexuelle à 12 ans, souvent suite à un viol et la plupart du temps perpétré par leur oncle...
A supposer que ce dernier utilise un préservatif, est-ce plus tolérable pour autant ?
J'ai entendu le concert de protestations contre la première partie des propos tenus par Benoît XVI dans l'avion qui le transportait au Cameroun ("l'utilisation du préservatif est susceptible d'accroître l'épidémie du SIDA"). Je trouverais intéressant qu'on commente aussi la deuxième partie, celle où il est question de moraliser ce qui a trait à la sexualité, notamment la notion de respect de l'autre. Entre les obsessions malsaines de certains confesseurs dont témoignent les manuels de confession et les contraintes dont se sont affranchis certains prêtres et prélats, le passé de l'Eglise catholique, qui  n'a pas confessé ses erreurs, laisse certes douter de sa compétence à parler de ce sujet, mais il me semble qu'il devrait quand même susciter autant d'enthousiasme chez les polémistes et les donneurs de leçons, que le débat sur l'utilisation du préservatif.

Une photo prise à Madagascar où les fillettes sont mères à 12 ans...

Le verbe "engrossées" est peut-être plus adéquat...

Repost 0
30 septembre 2008 2 30 /09 /septembre /2008 12:43

Je vais voir mon médecin "référent" deux fois par an : parce qu'ayant pris beaucoup de poids, je fais un peu de tension et qu'elle m'établit une ordonnance tous les 6 mois. Je m'organise pour profiter d'une de ces visites afin d'avoir les certificats médicaux qui sont maintenant nécessaires pour un oui ou pour un non.
Au début, j'ai eu besoin d'un certificat médical pour pouvoir pratiquer la relaxation ! Le quotidien d'un médecin n'étant pas toujours drôle, ça avait au moins le mérite de la faire rire.
Et depuis l'an dernier, je fais des petites marches de 15 km une fois par mois avec une autre association. Grande nouveauté, cette année, un certificat médical est exigé pour pratiquer la marche à pied !!! J'emmène le chien avc moi : aucun "plaideur" ne s'étant avisé que lorsque son chien l'accompagne, il encourt lui aussi des risques, on n'a encore pas eu l'idée de me demander un certificat du vétérinaire attestant que mon chien est apte à courir (c'est un croisé border-collie / husky : les connaisseurs apprécieront !!!).
Le sport national, en France, est désormais l'"ouverture de parapluie" ! C'est un vrai phénomène culturel et celà explique beaucoup des difficultés de notre société. Car enfin !, quoi de plus normal et de plus sain qu'un individu prenne ses responsabilités ? Et le dépassement de soi devrait être une valeur positive.
Dans les hôpitaux, on traîne les chirurgiens devant les tribunaux parce qu'ils n'ont pas pu sauver un malade (je mets à part l'individu distrait qui a laissé un outil dans la plaie et a recousu !). Et bien, oui ! la mort, ça fait partie de la vie et quand on a une maladie, elle peut être incurable. Ou des gynécologues et des sage-femmes qui n'ont pas pu sauver un enfant à la naissance : on a fait beaucoup de progrès en ce domaine, mais oui, accoucher comporte des risques (N.B. : à quand l'obligation de produire un certificat médical pour avoir le droit de concevoir un enfant ?). 
On s'étonne qu'à la guerre, il y ait des morts ! Et bien, oui, faire la guerre suppose que l'on peut tuer quelqu'un et qu'on peut soi-même être tué. Récemment, 10 soldats français sont mort dans une embuscade en Afghanistan et l'on croît révéler un scandale en suggérant que l'un d'eux a été tué à l'arme blanche : la guerre, ce n'est pas virtuel comme dans les jeux vidéos. Quelqu'un a-t'il entendu parler des "baïonnettes" ? Et les "frappes chirurgicales" qui font quelques "dégâts collatéraux", ont été cause, depuis 2001, tant en Afghanistan qu'en Iran de la mort de centaines de milliers de civils. Lorsque j'étais écolière, à Saint-Etienne, tous les ans, les deux "premiers" de chacune des classes de la ville était requis pour aller se recueillir devant le monument aux morts de l'école de Tardy : tous les élèves de cette école avaient péri au cours du bombardement de mai 1944 sur Saint-Etienne par les américains. L'école avait le tort de se trouver le long de la ligne de chemin de fer qui était visée. 

  

Repost 0
13 septembre 2008 6 13 /09 /septembre /2008 09:01

M. Nicolas Sarkozy, président de la république française est revenu sur le sujet : j'y reviens donc aussi.
La Laïcité n'est donc positive que lorsque l'on a une conviction religieuse (et de façon plus ou moins implicite quand on croît au dieu de la religion du livre, religion "dont il est dommage de se priver").
De facto, si je suis laïque, je ne le suis que négativement. Et me voilà donc renvoyée du côté de l'obscurantisme. Puisque pour être un être humain cultivé, il faudrait être croyant.
J'avais appris il y a quelques mois que je n'avais aucune notion du bien et du mal, puisqu' éduquée dans ces notions par le biais des cours de morale de l'école publique. 
Lorsque j'étais en fac et que j'étais confrontée à l'anticléricalisme agressif de certains groupes, ou groupuscules comme l'on disait alors, de militants politiques, dont je savais, vue leur origine géographique, qu'ils étaient tous anciens élèves d'établissement catholiques !, je leur rétorquais que moi, comme je ne fréquentais pas les curés, je n'avais pas besoin d'être anticléricale.
Que la pape soit ferme dans ses convictions, c'est bien. Imaginerait-on le Dalaï lama ne pas croire en ce qu'il prône ? Je n'ai pas affaire au pape dans ma vie quotidienne.
Dans le contexte actuel, il est sans doute bon que l'on remette au premier plan des valeurs culturelles et  spirituelles dans notre société, qui ne donne de valeur aux gens que parce qu'ils consomment et ou possèdent de l'argent. Mais il y a de nombreuses façons de le faire : la reflexion philosophique, notamment. Et surtout, ce qui me paraît fondamental, s'est de se dégager des dogmes, quels qu'ils soient. 
Si pour répondre à ses angoisses, on a besoin de croire en Jésus Christ, je n'y vois aucun inconvénient. Mais il n'est pas la seule réponse. 
N.B. : à l'origine, le dieu des Juifs est un dieu, parmi d'autres dieux mésopotamiens, avec lequel ils ont passé une Alliance... On ne sait lequel exactement, puisqu'il est "inommable".  

Repost 0
7 septembre 2008 7 07 /09 /septembre /2008 19:36

C'était "de mon temps" un grand classique des sujets de droit public.
Est-il devenu obsolète ?
Trois infos :
 - Lu dans "La Montagne" du 6 septembre 2008 : un habitant d'Yzeure (03) est en panne de téléphone depuis trois mois. Son opérateur sous-traite à une entreprise de dépannage basée à Lyon (200 km). Cette dernière l'a informé  qu'elle dépannait en priorité les administrations et les entreprises.
- Cette année ont proliféré les nids de frelons, dont on connaît la dangerosité. Seuls les pompiers sont habilités à les détruire : une "participation" de 77 euros est demandée aux usagers qui ont chez eux un nid de frelons, ou de guêpes. 
- La jeune femme d'un agriculteur m'apprend que pour bénéficier d'un dépannage rapide, EDF lui a demandé de souscrire un abonnement complémentaire de 25 € s mois.

Les gendarmes ne m'ont pas encore demandé une "participation" pour avoir contribué à un contrôle d'alcoolémie.

Repost 0
19 mai 2008 1 19 /05 /mai /2008 11:47

Madame de Menton (je crois), qui a une voix désagréable, intervenait l'autre jour sur Europe 1, à propos de la grève des enseignants.
Disons-le nettement : nommée gestionnaire comptable d'établissement en septembre 1980, depuis 1984, je suis persuadée que l'Education Nationale dispose de suffisamment de moyens et de suffisamment de postes. Mais que ces moyens et ces postes ne sont pas employés de façon efficiente. Si l'on arrivait à avoir un ratio de 1 prof pour 1 élève, je reste persuadée qu'il y aurait encore des classes surchargées à 40 !
Mon diagnostic est sans nuance : incompétence ! La solution préconisée par Mme de Menton : laisser les chefs d'établissements recruter leurs professeurs  améliorerait-elle la situation ? Ou basculerait-on dans le systèmer qui fait florès au sein de l'assemblée nationale pour le recrutement des "assistants parlementaires", rémunérés par le contribuable, mais où le nombre de femmes et d'enfants d'élus laisse supposer une absence d'équité, qui relèverait tout à fait de la HALDE (haute autorité contre la discrimination à l'embauche).
Je me trouvais jeudi au Tribunal administratif de Clermont-Ferrand : avant que mon affaire ne soit exposée, en était présentée une autre. Le recours avait été déposé, contre toute habitude (car seules sont normalement recevables les recours formulés par un individu "y ayant intérêt"), par la section CFDT de la mairie de CLERMONT. Les débats sont publics, les jugements sont également publics. Si je révèle le nom de cette commune, je ne diffame nullement.
La procédure devant le juge administratif est normalement une procédure écrite : par politesse, on vous demande si vous avez quelque chose à rajouter oralement. Le "chef" de la CFDT est intervenu et a rappelé au magistrat que depuis quelques années, la CFDT avait déposé 15 recours en annulation devant cette cour, pour des motifs analogues : "affectation de personnes sur des postes qui n'ont pas été publiés et qui devraient faire en outre l'objet d'établissement d'une "liste d'aptitude".
"Listes d'aptitude" ou "commissions de recrutement", à défaut de concours (seul mode de recrutement des fonctionnaires) permettent un recrutement "ouvert".
Madame le commissaire du gouvernement a conclu que l'acte de l'administration (un arrêté de nomination) devait être annulé.
Je me demande si un créneau ne s'offrira pas à moi, de faire du contentieux pour le compte des profs laissés sur le carreau, quand cette évolution du recrutement, réclamée depuis 20 ans au moins par les chefs d'établissements, sera effective.
Déjà, au sein des conseils généraux, on voit surgir des postes dont l'utilité peut échapper ! Et je ne parle pas des hôpitaux qui occupent déjà tant la Cour des Comptes et les CRC. (N.B. : on a trouvé une solution : réduire le nombre de CRC... et des magistrats qui y oeuvrent sous la houlette de Philippe SEGUIN !)

Repost 0

Présentation

  • : Le blog de Dominique LAURENT
  • Le blog de Dominique LAURENT
  • : faire connaître ma région, parler des problèmes qui me préoccupent, exposer mes coups de coeur
  • Contact

Recherche

Liens