Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
2 novembre 2013 6 02 /11 /novembre /2013 08:42

Une information me paraît étrange : celle de la "révolte des Bretons" contre l'écotaxe.

Car enfin ! pourquoi les "Bretons" - et l'on entend par cette dénomination "dans leur ensemble" - qui se désespèrent de voir leurs côtes étouffées sous les algues vertes, les fonds marins ratissés par les chalutiers espagnols, qui refusent l'aéroport de Notre Dame des Landes, cautionneraient-ils une économie agricole productiviste en s'opposant à une taxe qui à plus ou moins long terme réorientera la politique des transports et favorisera les "circuits courts" (déjà les fest noz sont approvisionnés en produits du terroir) ?

Alors même qu'ils assument pleinement une position qu'ils ont prises dans les années 1970. Dans la petite ville de la Sarthe où je travaillais alors, les gendarmes mobiles étaient sur les dents car les Bretons ne voulaient pas que leur belle nature soit abimée par l'installation d'une centrale nucléaire à Plogoff. En plein hiver, en 1979 ou en 1980, une bonne partie de la Bretagne ainsi que la région de la Sarthe où je résidais a été plongée dans le noir pendant près d'une semaine : le réseau électrique s'était trouvé en surcharge : "Vous voyez bien, avait-on dit aux Bretons, qu'une implantation de centrale nucléaire est indispensable en Bretagne". Le breton est têtu : "non à la centrale nucléaire". Trente ans plus tard, il n'y en toujours pas : et au contraire d'autres régions, comme PACA où il n'y a pas non plus de centrale nucléaire, en hiver, on n'importe pas d'électricité en Bretagne : en cas de prévision de surtension sur le réseau, une alerte est lancée et naturellement, les gens restreignent leur consommation.

C'est pourquoi, cette révolte des bonnets rouges m'intrigue ....

Quand j'étais gamine, mes grands parents écoutaient religieusement à la radio le dimanche midi la chronique d'une certaine Geneviève Tabouis : "Attendez-vous à savoir .......". Mais ça, c'était du temps où les journalistes doutaient ! Et vérifiaient un certain nombre d'informations.

Repost 0
10 septembre 2013 2 10 /09 /septembre /2013 13:15

J'énervais beaucoup mon père qui trouvait que j'étais une "raisonneuse". Les journalistes feraient sans doute bien de l'être un peu plus.

Les chiffres du ministère de l'intérieur publiés aujourd'hui par le Figaro enregistrent un fort accroissement de la délinquance... et donc, de l'insécurité.

Pour les vols à l'arraché, l'insécurité dans la rue, les cambriolages, qu'on impute cette augmentation au laxisme des autorités et des juges, à l'absence sur place de la police, est peut-être justifié.

Mais j'ai beau chercher, je ne vois pas comment le ministre pourrait être à l'origine de l'augmentation de près de 11% des agressions sexuelles.

Repost 0
Dominique LAURENT
commenter cet article
4 septembre 2013 3 04 /09 /septembre /2013 15:00

Mais de quelle mémoire ?

On reparle d'Oradour-sur-Glane à l'occasion de la venue en France du président de la république fédérale d'Allemagne, Joachim Gauck, un pasteur protestant, très engagé depuis longtemps dans la démarche de réconciliation d'après ce qu'en dit Daniel Cohn Bendit.

Les blessures ne sont sont pas toujours bien refermées. Je décèle quelquefois, ça et là, la persistance d'un "anti bochisme" primaire : Emmanuel Todd, né pourtant après la guerre, a, il y a peu, fait, chez Frédéric Taddéi, une étonnante sortie sur le déterminisme qu'il y a chez les allemands à vouloir asservir l'Europe, qu'il affirme bien reconnaître dans l'attitude actuelle de leurs industriels.

Quelquefois, je me laisse moi même aller à dire, avec satisfaction, après un bon repas "encore un que les fridolins n'auront pas !". C'est, en réalité, un hommage à mon grand-père, qui a passé 5 ans dans un stalag. Pourtant, je n'ai pas souvenir de l'avoir entendu, lui-même, le dire, D'où me vient donc ce refrain ?

A propos de l'émotion manifestée par Joachim Glauck, il convient quand même de rappeler que les protestants ont figuré parmi les premières opposants au régime nazi. Et ont été, avec les communistes, les premiers "hôtes" des camps de concentration. Demandez donc à ma copine Ilona, dont le père, prisonnier français, a connu la mère dans ces conditions. Et qui, d'ailleurs, quand elle était gamine, dans le Gard, s'est souvent entendue traiter de "salle boche".

Le massacre d'Oradour, les pendus de Tulle, doivent être rappelés aux jeunes générations. Mais j'aime peu de ce terme de "devoir de mémoire", qui ne veut rien dire et est bien souvent à sens unique. Si "devoir de mémoire" il y a, il y a aussi le devoir de se souvenir des souffrances des habitants des pays d'Europe centrale. Je savais, par mon prof d'histoire de Terminale, que la république tchèque et la Slovaquie avaient aussi connu de telles exactions : J'apprends aujourd'hui que la division das Reich dans sa lutte contre les partisans d'Ukraine et de Biélorussie a, en 4 années, commis l'équivalent de 683 Oradour. Soit, un tous les 2 jours fait remarquer l'historien Christian Ingrao. Il ne mentionne pas l'ancienne Tchécoslovaquie, pas plus que les autres régiments : il faut donc envisager que ce chiffre doit être revu à la hausse.

Le devoir de mémoire, c'est aussi garder présent à l'esprit que les habitants de ces villages n'avaient pas toujours été, par le passé, très accueillants (c'est un euphémisme) avec leurs communautés juives. Garder aussi la mémoire de ces opposants allemands qui ont payé leur tribu à la lutte contre le nazisme, comme les étudiants de la "Rose blanche".

Devoir de mémoire, certes. Mais de quelle mémoire ? Et quelles leçons en tirer ?

Repost 0
Dominique LAURENT
commenter cet article
24 août 2013 6 24 /08 /août /2013 13:15

une vidéo d'un de mes anciens profs de fac. 85 ans, et toujours la pêche. 45 mn à écouter avec attention.

<iframe width="550" height="340" src="http://www.canal-u.tv/video/universite_de_tous_les_savoirs_au_lycee/embed.1/la_question_de_l_eau_en_2050_un_drame_planetaire_previsible_jacques_bethemont.4324?width=550&amp;height=340" frameborder="0" allowfullscreen="" scrolling="no"></iframe>

Repost 0
Dominique LAURENT
commenter cet article
15 août 2013 4 15 /08 /août /2013 12:13

Ce n'est pas le "Tango corse", mais le comédien Fred Radix , venu en juillet à Cusset se produire devant un public allongé dans des transats. Génial, non !

Repost 0
Dominique LAURENT
commenter cet article
28 juillet 2013 7 28 /07 /juillet /2013 13:37
Souvigny

Depuis 2 ans, Souvigny a singulièrement embelli. C'est vraiment devenu un endroit plein de charme. C'est un groupe d'habitantes de la ville qui se charge du fleurissement, ai-je appris par le journal local. Et l'idée géniale, c'est qu'elles n'utilisent pas des fleurs de jardinerie, mais des fleurs qui se sèment toutes seules : les roses trémières donnent un air d'île de Ré à ce coin de Bourbonnais. Il y a aussi ces fleurs dont j'ignore le nom véritable et qu'une amie de mes parents, qui m'en a donné des graines, appelait "impatientes", car quand on effleure les gousses qui abritent les graines, elles éclatent et se sèment à tout vent. J'ai aussi repéré une plante qui s'est installée dans mon jardin cette année, venue de je ne sais où. Intriguée par son feuillage, je l'ai laissée pousser, mais j'avais récemment décidé de l'arracher, car là où elle est placée, elle est encombrante : c'est une sorte de fenouil. Je vais, tous comptes faits, la conserver jusqu'à ce que les graines aient mûri.
La preuve, en images, qu'il est inutile de faire des frais et qu'il suffit d'avoir du goût pour améliorer un environnement. Et puis aussi, d'arracher sans pitié le superflus : j'en parle d'expérience, car moi, je me suis laissée envahir.

Et, autre signe de bon goût, en faisant ravaler la façade de cette maison toute simple, on a pris soin de restaurer la publicité peinte du "Petit Journal" et quelqu'un, à l'office du tourisme, a eu la bonne idée de faire une recherche sur cette publication et un panneau a été apposé sur le treillis.

Souvigny
Souvigny
Souvigny
Repost 0
Dominique LAURENT
commenter cet article
6 juillet 2013 6 06 /07 /juillet /2013 17:18
le travail est la malédiction

des classes assoiffées

Repost 0
Dominique LAURENT
commenter cet article
6 juillet 2013 6 06 /07 /juillet /2013 12:41
salade de pain

C'est une recette de pain perdu... découverte à l'occasion d'un déplacement à Montepulciano avec le comité de jumelage. Il s'agit simplement de débiter en petits morceaux du pain rassi que l'on fait gonfler dans le jus de tomates bien mûres coupées en rondelles (ou en dés). Un peu de sel. On arrose d'huile d'olive première pression à froid (les élèves du lycée agricole en avaient rapporté pour Noël à la suite d'un séjour d'étude qu'ils avaient fait là-bas). La tomate étant déjà acide, je ne rajoute ni vinaigre, ni jus de citron. On peut rajouter du basilic pour parfumer encore davantage.

Repost 0
Dominique LAURENT
commenter cet article
1 juillet 2013 1 01 /07 /juillet /2013 12:48
les prisons d'Irlande

Les Irlandais entretiennent un rapport un peu particulier avec les prisons. A leurs relations, disons politiquement tendues, avec le pouvoir anglais, il faut ajouter ce que l'on sait par Dickens (et aussi, d'ailleurs, concernant la France par V. Hugo et les Misérables) que la pauvreté était souvent à l'origine d'incarcérations sans proportion avec le délit : le vol d'aliments, par exemple. Et la mendicité. Au moment de la grande famine, de 1845-1849, pour bénéficier d'un repas par jour, certains commettaient un délit pour être emprisonnés.

A Moulins, le projet de rénovation du château ducal, qui été une prison du XVIIIe siècle jusque vers 1980, et particulièrement a été prison de la Gestapo sous l'occupation, m'a fait m'intéresser de très près aux prisons d'Irlande lors de mon périple irlandais de l'an dernier. Il semble que chaque ville a un fait de ses anciennes prisons un haut lieu d'histoire, avec des visites guidées sur la piste des inévitables fantômes ! L'exposition permanente qui est à l'entrée de la Kilmainham Gaol de Dublin, est particulièrement intéressante.

La prison de Dublin abrita les insurgés de 1923, avant leur éxécution. Et l'épouse de l'un d'eux, Grace Plunkett.

Aux mitards du XVIIe siècle avait alors succédé une prison moderne, qui s'était donné les moyens de "mécaniser" la distribution des repas. Le guide n'a pas trop l'habitude de compter des français dans ses auditeurs : mais les irlandais sont très clients. Et se recueillent devant leur "mur des fusillés".

Et je parlerai sous peu d'un "centre la la réconciliation", dans les monts de Wiclow, où, tirant la leçon de leurs relations avec les anglais, les irlandais ont voulu faire un centre de congrès pour la réconciliation de tous les anciens ennemis.

Les irlandais recueillis. Le guide, quant à lui, était particulièrement intéressant.

Repost 0
Dominique LAURENT
commenter cet article
1 juillet 2013 1 01 /07 /juillet /2013 08:12

Il y a quelques années, j'étais en délicatesse avec ma hiérarchie et un jour que je téléphonais à une collègue pour m'épancher, un grésillement sur ma ligne lui a fait dire : "vous ne croyez pas qu'on a placé un mouchard sur votre ligne ?". Je l'avais trouvée paranoïaque. La technologie à mettre en oeuvre me paraissait un peu compliquée au regard de l'intérêt de ce que j'avais à dire, même si mon chef avait l'art de transformer en preuve à charge toutes mes actions ou tous mes propos les plus anodins. Bon ! lui n'était pas bien dans sa tête, Mais voilà que j'apprends que les services secrets américains ont mis sur écoute des milliers d'européens : des allemands surtout. J'imagine les fonctionnaires qui ont intercepté et cherché à décrypter l'échange de mails entre mon amie Anke et moi, parce que pour le 50e anniversaire du traité de Berlin nous avons mis au point un petit montage de diapos qui a nécessité des recherches dans 44 années d'archives de photos et de lettres (elle a gardé la première lettre que je lui ai envoyée : une belle faute d'orthographe m'a sauté immédiatement aux yeux. Bien pour quelqu'un qui allait passer l'épreuve de français du bac) et donc généré un flux inhabituel de mails !

Une autre info sort aujourd'hui : les japonais viennent de trouver une explication au faible impact de la crise des "subprimes" sur leurs banques. C'est que les banquiers japonais comprennent trop mal l'anglais : donc ils n'ont pas été alléchés par l'intérêt de ces produits financiers.

Repost 0
Dominique LAURENT
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Dominique LAURENT
  • Le blog de Dominique LAURENT
  • : faire connaître ma région, parler des problèmes qui me préoccupent, exposer mes coups de coeur
  • Contact

Recherche

Liens