Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
20 janvier 2009 2 20 /01 /janvier /2009 16:33


Urçay est un village à l'ouest du département de l'Allier : il y avait autrefois un prieuré qui fut l'un des premiers, en Bourbonnais, à accorder des "franchises" (d'impôts) afin d'attirer des habitants.
Une association a ouvert un très joli petit musée consacré à la dentelle : dentelle du Puy, dentelle d'Alençon, dentelle de Calais, dentelle irlandaise etc ...
Les adhérentes y exposent aussi des vêtements (en dentelle) de leurs grand-mères.

Les bénévoles qui font visiter le lieu sont passionnées et si les visteurs sont intéressés sont prêtes à leur accorder beaucoup de temps.

Visite sur rendez-vous : tél. 04-70-06-92-69 ou 04-70-06-99-15

Repost 0
15 janvier 2009 4 15 /01 /janvier /2009 12:22

Lorsque je vais de MOULINS à NOYANT, très fréquemment j'observe des petits rapaces qui planent au dessus de ma voiture, ou qui perchent sur une branche d'arbre.

Je ne vois pas très bien de loin et je ne connais rien aux oiseaux : j'avais cru comprendre qu'ils s'agissait de buses.

 


J'ai aussi entendu parler de busards
 

(source : google - images).

J'apprends qu'il y a aussi des aigles : notamment un "aigle botté"

Le conseil général de l'Allier, en collaboration avec la LPO vient d'éditer des cartes : elles sont mises gratuitement à la disposition des habitants du département et j'en déposerai dans ma "chambre d'hôtes". L'argent du contribuable n'est pas mal employé.  
J'ai trouvé que c'était une bonne idée de mettre au dos une photo de l'habitat naturel des oiseaux sélectionnés :

Ainsi qu'un petit commentaire : "méconnu, ce rapace forestier  est une spécialité bourbonnaise : c'est notre département qui en accueille le plus en Auvergne. Il niche dans les futaies de chênes".
Oiseau migrateur, il revient d'Afrique début avril et y retourne en septembre. Il mène à bien une couvée de 1 ou 2 oisillons.

Ce ne sont donc pas des aigles bottés que je croise en ce moment, alors qu'il fait -12° C ou -13° C sur les hauteurs du MONTET et de TRONGET (il faisait - 1 ° dans ma salle à manger l'autre jour !). Ce qui m'étonne, c'est le grand nombre de ces oiseaux que je voie cette année.
Avec le retour des hérons sur l'étang de MESSARGES, ça me rend plutôt optimiste sur la force de la nature.

Repost 0
8 janvier 2009 4 08 /01 /janvier /2009 14:29

Anne GUILLAUMIN, née LAURENT, mon arrière grand-mère, étant née en 1862, n’avait pas bénéficié des lois FERRY sur l’école obligatoire. Elle savait signer son nom, mais ni lire ni écrire. Si j’en crois ce que disait ma grand-mère, elle était fort douée pour le calcul. Et avait suffisamment acquis de compétences pour donner son avis sur la gestion du domaine.
J’étais très jeune quand on m’a raconté l’anecdote suivante :
Un jour, à BOUCOMONT, le domaine que mes grands oncles et mon grand-père exploitaient en métayage, un jeune étudiant parisien an vacances, était venu. Il donnait son avis autorisé sur tout. Il a fini par agacer mon arrière-grand-mère, qui a lâché : « Moi, je ne sais ni lire, ni écrire. Mais je n’ai pas payé pour être bête ! ».  

Par fidélité envers ma mamie, moi qui n’ai pas étudié l’économie, je m’obstine à cultiver un héritage qui a échappé à tous les droits de succession : le bon sens paysan.

Ainsi, il y a longtemps que l’avis des journalistes de « Capital » ne m’intéresse plus. J’ai constaté qu’ils établissaient des pronostics à pile ou face. Quand on confronte, 1 ou 2 ans plus tard, ce qu’ils ont écrit avec la réalité des faits, leur taux de réussite s’apparente à celui des astrologues appelées à s’exprimer chaque début d’année. Alors pourquoi « Capital » se vend-il encore ?
Régulièrement, à la télévision, un homme charmant, expert financier chez NATIXIS est sollicité pour son expertise. Il se trouve que je suis cliente à la Caisse d’Epargne (là où est l’écureuil) et aussi à la Banque Populaire (banque sur laquelle s’appuie la CASDEN). Par l’une comme par l’autre, j’ai été harcelée téléphoniquement pour prendre des actions NATIXIS (mes "conseillers financiers" locaux, connaissant d'avance ma réponse, ne m'ont eux, jamais contactée) ! NATIXIS est cet organisme, qui a le plus perdu dans les « subprimes » et dans les produits diffusés par Bernard MADOFF. Alors, pourquoi cet expert financier est-il encore convié à s’exprimer ?
Tous ces gens bénéficient en réalité d'un réseau d’"amis" qui affirment qu’ils sont très compétents. Plus ils passent à la télé, plus ils sont validés comme tels. C'est la téléréalité appliquée à l'économie...

Pour finir avec la rubrique : "quand auront-ils fini de nous prendre pour des débiles mentaux ?"....  Fin 2008, le gérant du groupe HERMES s’est vanté au MONDE de sa bonne santé financière : « Depuis l’entrée en bourse (du groupe) la valeur de l’action a été multipliée par 20, le bénéfice net par 10 et le chiffre d’affaire par 4 ». Anne GUILLAUMIN, qui savait compter n’aurait pas manqué de l’interroger sur le miracle qui a permis au chiffre d’affaire d’être multiplié par 4 et dans le même temps le bénéfice d’être multiplié par 10. Efficacité dans la  gestion, peut-être… mais au prix du sacrifice de qui ?
Et qu’arrivera-t’il quand ne serait-ce qu’une moitié des actionnaires voudra « prendre ses bénéfices » comme l’on dit ?  

Je ne m'intéressais pas à HERMES (je n'aime pas les motifs de leurs foulards), mais je vais suivre avec intérêt la suite de leurs aventures. Et à la suite de la carrière de M. Patrick THOMAS, son gérant : il a tout à fait un profil à être promu dans un conseil économique et social...
Pour Noël, M. MADOFF et Madame ont offert à leurs amis quelques œuvres d’art et à leurs dames, des colliers en diamant  (La Montagne du 8 janvier 2009).   

Repost 0
6 janvier 2009 2 06 /01 /janvier /2009 18:39



A BHOPAL, dans l'Inde centrale, une famille porte le nom de BOURBON. Leur légende familiale les fait descendre d'un certain Jean (ou Jean-Philippe) de BOURBON.
Michel de GRECE les a rencontrés. De MANTOUE à AGRA (ville du TAJ MAHAL), en passant par l'EGYPTE et l'ETHIOPIE (ABYSSINIE) et les comptoirs indiens du PORTUGAL, dans un style alerte il narre l'épopée d'un aventurier du XVIe siècle, qui se prétendait apparenté à la maison royale de FRANCE. Michel de Grèce a pris le parti de faire de son héros le fils caché du Connétable Charles de BOURBON-MONTPENSIER et de Suzanne de BOURBON.
Ce roman est aussi l'occasion de découvrir l'histoire de ces pays lointain à l'aube de l'époque moderne.
 
Repost 0
4 janvier 2009 7 04 /01 /janvier /2009 12:34

J'adore la galette frangipane quand elle est bonne...   (c'est comme le Paris-Brest, ça ne supporte pas la médiocrité).
Il y a quelques temps déjà, je me suis rendue compte que j'avais une jolie série de fèves. Mais je ne garde que celles de facture un peu classique. Il m'a fallu du temps avant d'obtenir un petit Jésus, mais j'ai 2 saint Joseph.
J'apprends par mon journal que les fèves les plus anciennes sont allemandes et datent des années 1870. Les porcelainiers de Limoges ont commencé à en produire pendant la guerre de 1914-1918 : elles représentaient une Marianne ou un petit cochon casqué (si j'en trouve, je les ajouterai volontiers à ma crèche). Maintenant, il est rare que l'on trouve autre chose que des personnages des studios : à l'heure où tout est "made in China", les fèves de nos galettes sont quant à elles fabriquées au Vietnam.
Mais en France, on ne trouve pas ce celles que j'ai achetées à l'aéroport de Saïgon, pour épuiser mes "dongs3. Je peux désormais mettre dans ma mini crèche  des "reines mages" venues d'encore plus loin que Gaspard, Melchior et Balthazar.

Repost 0
Dominique LAURENT
commenter cet article
31 décembre 2008 3 31 /12 /décembre /2008 13:15

En 2002, un petit ouvrage paru en 1998 aux éditions CHEYNE, au CHAMBON-SUR-LIGNON, a connu un exceptionnel succès de ses ventes. Il est depis réédité chaque année.
Le CHAMBON-SUR-LIGNON n'est pas très éloigné du CHAMBON-FEUGEROLLES et et je connaissais CHEYNE éditeur parce qu'il organise de sympathiques "lectures sous l'arbre" où les poêtes et auteurs de nouvelles inconnus viennent lire leurs ouvrages. 
MATIN BRUN, de Franck PAVLOV,  est un court récit, simple et efficace, de 11 pages et coûte 1 €. J'ai pour habitude de l'offrir en diverses occasions. Je le lisais à l'atelier d'écriture que j'ai, un temps, animé... 
Avec ANDORRA, de Max FRISCH, c'est un des deux bouquins qui m'a prise aux tripes...

Celà commence ainsi :
" Les jambes allongées au soleil, on ne se parlait pas vraiement avec Charlie, on échangeait des pensées qui nous couraient dans la tête, sans bien faire attention à ce que l'autre racontait de son côté. Des moments agréables, où on laissait filer le temps en sirotant un café. Lorsqu'il m'a dit qu'il avait dû faire piquer son chien, ça m'a surpris, mais sans plus. C'est toujours triste un clebs qui vieillit mal, mais passé quinze ans, il faut se faire à l'idée qu'un jour ou l'autre il va mourir.
- Tu comprends, je pouvais pas le faire passer pour un brun.
-Ben, un labrador, c'est pas trop sa couleur, mais il avait quoi comme maladie ?
- C'est pas la question, c'était pas un chien brun, c'est tout.
- Mince alors, comme pour les chats maintenant ?
- Oui, pareil.
Pour les chats, j'étais au courant. Le mois dernier, j'avais dû me débarrasser du mien, un de gouttière qui avait eu la mauvaise idée de naître blanc, tâché de noir".
C'est vrai que la surpopulation des chats devenait insupportable, et que d'après ce que les scientifiques de l'Etat national disaient, il valait mieux garder les bruns
".

Pour parler d'autre chose (d'autre chose ???) : je fais une conférence sur la chasse aux sorcières au Colisée, le samedi 10 janvier 2009 à 15 heures.

Repost 0
25 décembre 2008 4 25 /12 /décembre /2008 11:50
Faute de temps, je n'avais pas téléchargé toutes les images que j'aurais voulues.
Sur l'étal, en rose, le fameux "fruit du dragon" (qui est en réalité originaire d'Amérique du sud).
Joyeux Noël
Repost 0
Dominique LAURENT
commenter cet article
24 décembre 2008 3 24 /12 /décembre /2008 12:54

C'est la crise...
"Heureusement que c'est la crise !" disaient ce matin trois ancêtres à casquette (sans doute en semaine  sont-ils ces "vieux sur un tracteur" que rencontre Bénabar à la campagne !) assis sur un banc dans une galerie marchande et regardant passer le chaland.
J'ai fait 3/4 d'heure de queue pour payer les croquettes du chien, mais je n'ai pas regretté mon déplacement. Et au milieu de chariots dont tous les contenus se ressemblaient, j'ai découvert des adeptes de l'"achat malin" : trois bûches pâtissières, 2 jouets (dans un emballage rose) et 2 bonnes douzaines de paires de chaussettes en laine de pays de toutes tailles. En plus de faire plaisir, ces trentenaires anticipaient une augmentation des combustibles !

Pour fêter l'AN, je vous offre une des recettes de ma mère (qu'elle tient de Mme CAUVIN, son ancienne directrice d'école qui va fêter ses 101 ans : un modèle pour moi en matière de cuisine car elle est très gourmande mais a toujours refusé de passer beaucoup de temps derrière les fourneaux) : une


mousse ou terrine de foie


Je sais bien que je ne suis pas très rafinée, mais je parierai assez que vos invités ne verront pas la différence avec le foie gras quand vous l'aurez assemblée comme je l'expliquerai plus loin. Vous ne serez donc pas véxés si l'on vous dit "il est bon votre pâté"... et aucun volatile n'aura été martyrisé !

Il faut 400 à 500 gr de foies de volaille
200 gr de beurre malaxé ou 100 gr de beurre et 100 gr de crème (plus léger)
sel et poivre

On fait pocher 3 mn les foies de volaille. On les mouline très fin. On incorpore le beurre ramolli, le sel et le poivre.  
On tasse le tout dans une terrine et il faut le mettre au frais au moins 3 heures.


                        bouchée mousse de foie, pain d'épices et figues

L'idée m'en est venue après avoir vu des bouchées "de foie gras aux figues et pain d'épices" en vitrine d'un traiteur, et vendues 4 € 90 l'unité.

Il faut trouver du bon pain d'épices (50 % de miel). On coupe des tranches pas trop épaisses : 4 mm.
Comme moi je préfère des petites bouchées, je recoupe donc la tranche en 4 carrés.
On pose ensuite une bonne épaisseur de terrine (le double ou le triple de l'épaisseur du pain d'épice : mais c'est une question d'équilibre des saveurs qui est sans doute très personnelle : pour mes petites bouchées, 1 cm est suffisant).
Puis on met un quart de figue fraîche.

La bouchée est tenue avec une pique.

La première fois où j'ai réalisé cette bouchée, je n'avais pas trouvé de figues fraîches : j'ai mis une demi graine de raisin "italia".

La semaine prochaine j'ai prévu une variante : il me faut ajouter un peu de piment d'Espelette dans ma terrine pour accentuer le contraste entre le sucré (pain d'épices et fruit) et le goût du foie. 


Je prends une bonne résolution pour 2009 : celle de photographier la présentation de mes recettes. 
 

Repost 0
24 décembre 2008 3 24 /12 /décembre /2008 09:43

Pour fêter dignement Noël, il me suffit de deux choses : quelques papillottes (avec un pétard à l'intérieur, mais c'est de plus en plus difficile à trouver) et une ou deux clémentines (j'adore sentir l'odeur de leur écorce).
Si en plus, il y a de la neige qui assourdit tous les sons, c'est le paradis.

Sans doute par référence aux rois Mages et à leurs présents venus de loin. Comme l'on trouve maintenant des fruits exotiques très facilement, à l'occasion de Noël, mes Noëls sont aujourd'hui plus sophistiqués : mon dessert reste souvent une salade de kiwis, lichis, mangues, oranges. Avec toutefois un regret : celui qu'il soit difficile de trouver de très bonnes mangues ou de bons lichis.

Pour rêver....  quelques desserts du Vietnam :



Au Vietnam, dans les restaurants, les repas se terminent par des fruits : mais on trouve aussi des petits desserts à base de riz gluant ou de lentilles. Comme c'est roboratif, c'est plutôt un plat de pauvres : cuits dans des feuilles de bananier, on les vend ordinairement sur les marchés. 
 
 

Repost 0
Dominique LAURENT
commenter cet article
22 décembre 2008 1 22 /12 /décembre /2008 09:43

Déconnectés, nos hommes et femmes politiques...

L'affaire Julien DRAY sent un peu le coup fourré...  On ne peut pas exclure un coup de folie qui l'aurait conduit à une manipulation aussi infantile que celle qui consiste à faire un chèque sur le compte d'une association pour alimenter son compte personnel : j'ai succédé dans un de mes postes à quelqu'un, fort apprécié de sa hiérarchie (et objectivement très sympathique) qui avait été mis à pied pour avoir utilisé le CCP du collège pour payer ses dépenses personnelles...  Tout est donc possible.
Mais pourquoi passer par son attachée de presse et je ne sais plus qui ?

Par contre, la défense qu'il a adoptée ("je ne suis pas un collectionneur, je suis un acheteur compulsif...") ne va pas favoriser la réconciliation de la majorité des français avec leurs élus. Ces 80 % d'hommes et de femmes dont les revenus sont inférieurs au revenu moyen. Ceux qui après avoir payé leur loyer, leurs impôts, leur gaz et leur électricité n'ont plus les moyens d'aller au restaurant ou au théâtre. Et qui ne savent plus quel intérêt ils ont à aller voter...
Si un jour, je dispose de 50 000 euros, je ne m'achèterai pas une montre (on en trouve de très précises pour 25 euros), mais j'en profiterai pour faire refaire la toiture de ma maison et offrir un bel enduit à la chaux à sa façade...
 
Si j'étais acheteuse compulsive, je ne saurais pas où, à MOULINS, acheter une montre à 1 000 euros.  Et si j'étais à la tête d'un stock de 50 montres à 1 000 euros, je ne saurais pas où les ranger : encore des ramasse-poussière.

Tiens, est-ce Julien DRAY qui fait le ménage chez lui ?

Repost 0

Présentation

  • : Le blog de Dominique LAURENT
  • Le blog de Dominique LAURENT
  • : faire connaître ma région, parler des problèmes qui me préoccupent, exposer mes coups de coeur
  • Contact

Recherche

Liens