Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
11 décembre 2010 6 11 /12 /décembre /2010 17:26

le hamburger au foie gras de Quick !

A la différence des chocolats disponibles depuis le 15 octobre (ce qui devrait faire interroger leurs acquéreurs sur la qualité du produit, et sur les additifs ajoutés pour les conserver), le nouveau délice de Quick ne sera disponible que 3 jours dans tous nos bons fast food pour bien coller à l'idée de la fête.

J'imagine les consommateurs (j'ai failli écrire les convives, mais l'idée de convivialité est assez antinomique avec le concept de hamburger avalé vite fait dans sa voiture) qui vont, la semaine prochaine, se régaler de pain de mie molasse fourré de quelques cubes de mauvais foie gras pour 5 €. Pour bien moins cher, ils peuvent se préparer chez eux des amuse-gueule dont on trouvera la recette en cliquant sur ce lien : entrée sympa et pas chère...   

 

Lors d'une escale à Francfort il y a 5 ans, au Mac Do de l'aéroport, il y avait une "animation" comme l'on dit dans le management de ces chaînes, "mexicaine". Pour faire plus authentique, on avait donné des noms vaguement hispanisants aux produits : l'ennui, c'est que si "pomme de terre" en anglais se dit potatoes, ce qui rappelle vaguement les patates et autres papatas, en allemand le terme pour désigner ce tubercule est "Kartoffel (n)". Aussi, les pommes de terre servies en accompagnement des menus mexicains avaient-elles été baptisées "kartoffelos" !!!! 

 

Repost 0
9 décembre 2010 4 09 /12 /décembre /2010 18:50

C'est un des sketchs de Coluche que je préfère  : il date de 1980. IL faut croire que Gérard s'est converti au pinard comme le préconisait son père : "le pinard, ça devrait être obligatoire".

 alccolisme

Le samedi matin, j'anime un atelier de tricot (les participantes viennent avec leurs problèmes, et j'essaye de les résoudre) et je vais leur chercher un café au bistrot à côté. Transféré du marché couvert, il a déménagé dans un préfabriqué sur la place avec tous ses habitués. Quand je vais commander mes petits noirs, ils sont greffés au comptoir depuis plusieurs heures déjà. Jeunes ou vieux, ils ont le teint fleuri. Il n'y a aucune femme. Sympas, iIs se détachent de leur appui pour m'ouvrir galamment la porte.

Au début, on m'a suggéré de rajouter dedans une goutte de gnôle. Ne résistant jamais à la tentation de donner des conseils, j'ai expliqué que je préférais l'alcool de poire ou de mirabelle. 

Repost 0
6 décembre 2010 1 06 /12 /décembre /2010 10:24

Je pense à lui car aujourd'hui, le sujet d'actualité est le "blues" des employés de la Poste. On a à l'occasion fait remarquer que 50 % étaient encore des fonctionnaires, comme l'on n'oserait plus dire :"ce sont des handicapés". Et qui, circonstance aggravante, ont plus de 50 ans.

Comme sur la radio que j'écoute, on laisse s'exprimer les auditeurs, l'un d'eux n'a naturellement pas manqué de rappeler que "travailler plus" c'était nécessaire pour s'adapter au monde moderne et à la mondialisation. Pour les facteurs, qui portent un quintal de papier sur une tournée double de celle qu'ils effectuaient auparavant et qui se plaignent de rentrer plus tard chez eux : "ils n'ont qu'à presser le pas".

Quant aux conseillers financiers de la Poste, il leur a fallu opérer une véritable révolution culturelle. Ils étaient autrefois chargés de donner des bons conseils. Maintenant, ce qu'on exige d'eux, c'est de saigner le client, voire même de l'escroquer. Et sur ce point, le malaise se retrouve dans toutes les banques. Si ce n'est que quand les conseillers ne sont pas fonctionnaires, leur calvaire dure moins longtemps puisqu'on les licencie pour "faute professionnelle".

La remplaçante de mon conseiller de la Banque Populaire m'a téléphoné en août pour m'informer du prochain départ (fin décembre) de son collègue et évoquer avec moi la gestion de mon argent. Elle avait constaté que "dormait" une somme, pas très importante, mais qui placée avec l'épargne d'autres clients, risquait de rapporter gros à la banque. Quand j'ai vu le futur retraité quelques temps plus tard, j'ai compris qu'elle avait pris cette initiative dans son dos. Tout comme il y a quelques années, une jeune "conseillère" dynamique, constatant que par mon compte transitait une somme importante qui m'avait été versée suite à un jugement m'avait appelée de Clermont-Ferrand un soir vers 20 h 30 pour  me faire la morale et me refiler des actions Natixis ! Qui ne valent plus qu'un vingtième de leur valeur de départ. Je lui avais dit que pour mes opérations bancaires, je traitais aux heures de bureau et n'entendais pas être dérangée le soir à mon domicile. Et avais envoyé un courrier au directeur régional pour dire ce que je pensais de ce comportement vis à vis de ses collègues, que je n'aurais, moi, jamais toléré dans mon service !

J'ai informé la future remplaçante de mon conseiller que je l'appréciais car il m'avait toujours donné des bons conseils et mise en garde contre certains effets de mode. Un vrai conseiller, quoi ! Mais qui n'a pas fait une belle carrière.

Les employés des banques sont donc fliqués grâce à l'informatique qui permet de suivre leur activité (on ne peut plus prendre rendez-vous directement avec eux, il faut téléphoner à une plate-forme située à Clermont-Ferrand : on appelle celà une "économie d'échelle"), et poussés à le roue pour fourguer des "produits" dont personne ne sait vraiment de quoi ils sont constitués.

 

Et l'on s'étonne que ce système produise des Jérôme Kerviel ?

Repost 0
5 décembre 2010 7 05 /12 /décembre /2010 20:32

avec les "Deux garçons" à Aix-en-Provence, dont je ne possède malheureusement pas de photo. Tous deux datent du XVIIIe siècle.

P7230146

Il s'agit du café Polizziani à Montepulciano, ville de Toscane jumelée avec Moulins.

P7260387Ces lieux me donnent envie de venir y lire son journal et de commenter l'actualité avec les autres consommateurs.

Repost 0
Dominique LAURENT - dans mes voyages
commenter cet article
4 décembre 2010 6 04 /12 /décembre /2010 14:00

PA100847

 

 

- M'sieur ????

rusty

-M'sieur mon ange gardien, j'ai besoin de votre aide...

 rusty 001 

 - Oh, quelle horreur ! C'est quoi ça ?

- "ça", Rusty, c'est ton ange gardien.

- Qu'est-ce qui est arrivé à votre tête, M'sieur ? On dirait un gros chat orange.

- Chat ? tu pourrais éviter d'utiliser des gros mots, Rusty.... Avec les collègues, nous fêtions ma titularisation quand tu m'as dérangé. C'était une soirée déguisée et j'ai réutilisé une citrouille d'Halloween. Bon, c'est à quel sujet ?

- Oh, m'sieur : je suis bien malheureux (gros soupir). Depuis quelques temps, il y a une grosse chienne qui squatte chez nous et cherche à me piquer mon humaine. Au début, je lui ai souhaité la bienvenue, lui ai fait renifler les brins d'herbe que je préférais. Elle soufflait et peinait à marcher : je l'ai prise en pitié. Et puis elle a passé un week-end à la maison... et vous ne savez pas ce qu'elle a fait ?

- Mmm ???

- Elle a piqué ma place en voiture : la place devant, celle qui permet de poser son nez sur les genoux de l'humaine. Et elle l'a lêchée et lêchée... Oh, la vilaine lêcheuse... Et moi, je me fais gronder. Il faut absolument que vous enquêtiez pour savoir qui c'est et ce qu'elle veut.

- Mais je le sais. Les collègues ont voulu me bizuter en me refilant une chienne qu'ils n'avaient jamais réussi à caser. Mais qui c'est le plus doué des anges gardiens ? C'est Archie ! Alors, j'ai trouvé une solution... Lui offrir un séjour "diététique et calins" chez toi. C'est malin, non ???

- Permettez moi de vous le dire, M'sieur, mais votre solution se réalise à mes dépends. Et ce n'est pas très gentil de la part d'un ange gardien.

- Rusty, le coeur de métier de l'ange gardien, ce n'est pas la gentillesse, c'est la pédagogie. Et tu commençais à être un peu possessif avec l'humaine. Que tu te fasses gronder, quoi d'étonnant ? Tu bouscules cette pauvre Rita pour mendier des caresses, tu manges les croquettes qu'on met dans sa gamelle. Tu vas grossir, mon gars ! Il faut apprendre à partager. Je te surveille. En attendant, je crois que Rita commence à s'amincir.

- Et ensuite, elle partira ?

- Qui sait ?

Repost 0
1 décembre 2010 3 01 /12 /décembre /2010 09:01

Le général Hiver, celui qui a vaincu la Grande Armée, est de retour.

Et comme chaque année, je me régale des commentaires des gens qui se plaignent que quand il y a de la neige, il fait froid et que les routes sont glissantes.

Une agricultrice se désespérait de ne pouvoir se rendre sur un marché car la DDE n'avait pas dégagé le route (de campagne ?) qui passait devant chez elle.  

Et oui ! si le progrès c'est la liberté de circulation quand il y a 30 cm de neige sur les routes, nous sommes dans la régression. Alors, je préconise de réhabiliter les voitures à âne. Parce que l'âne se joue du verglas.

Et il y a moins de 50 ans, je voyais passer, devant chez mes grands parents à Noyant, par tous temps, un voisin, qui n'était pas client du garage et que je regardais donc comme un extra terrestre, dans une carriole attelée à une mule. Il vit encore et a fait récemment changer poser des fenêtres en double vitrage. Je crois même avoir aperçu un frigo dans sa cuisine, quand, l'été, sa porte est ouverte.

Bon, il n'avait pas la quadriphonie et n'avait pas le chauffage dans son véhicule... Mais il se déplaçait. Sans compter qu'on n'a pas besoin de veiller à ce que l'on boit : l'animal retrouve toujours son écurie.

Lorsque nous avons connu une pénurie d'essence en octobre, j'avais à participer à une manifestation, importante pour moi, je me suis renseignée sur un mode de transport alternatif : j'ai bien trouvé des ânes, mais pas de cariole à atteler !  Par contre, dans ma région, on peut trouver des cours d'attelage. Je vais m'inscrire. ANTICIPER, c'est celà le progrès. 

Repost 0
30 novembre 2010 2 30 /11 /novembre /2010 19:41

Depuis 2 ou 3 jours, les journalistes s'indignent avec des airs de vierges effarouchées de ce que les services d'"intelligence" comme l'on dit, américains décrivent Silvio Berlusconi comme un incompétent qui aime les partouzes, Angela Merkel comme une femme qui manque d'imagination (je n'attends personnellement pas des hommes ou femmes politiques qu'ils aient de l'imagination, mais qu'ils soient pragmatiques) et le duo Poutine - Medzedev comme Batman et Robin : ils pourraient être deux Joker.

Je trouve qu'il est plus rassurant que la diplomatie américaine soit lucide devant le colonel Kadafi plutôt que si comme Lord Chamberlain au retour des accords de Munich, parlant d'Hitler, ils trouvaient qu'il "est un gentleman".

 

Quant à penser que notre président est irascible et autoritaire ... : nous avons tous eu l'occasion de le constater, lui même s'étant mis en scène tant au salon de l'agriculture que face à un pêcheur breton. 

 

Le seul problème que je vois dans cette affaire, c'est que les services dits "secrets" se fassent piquer leurs informations secrètes par un GI qui s'ennuie en Irak et surfe sur internet.

Repost 0
11 novembre 2010 4 11 /11 /novembre /2010 13:54

  

 

PA100482 Rocles est une commune du bocage : la plus petite si je ne m'abuse... Sa mairie est le siège de l'association "Jazz dans le bocage". Un restaurant sympa, une jolie église romane flanquée d'une maison de maître du XVIIIe siècle qui possède un certain cachet.

 

 

 

 

Et un monument aux morts rarissime :

 

PA100485

 

La petite fille qui veille sur les noms des soldats de la commune s'appuie sur une pierre où est inscrite cette phrase : "Apprenons à supprimer les guerres".

Rocles 1

Repost 0
11 novembre 2010 4 11 /11 /novembre /2010 08:48

DSCF1404

C’est lors du décès, cette année, d’Eric Rohmer, que j‘ai découvert qu’il avait adapté l'Astrée, le roman d’Honoré d’Urfé sous le titre : les Amours d'Astrée et de Céladon. Un très bref extrait m’a donné l’envie de voir ce film.

Honoré d'Urfé, qui fut seigneur de Pouzeux, à Yzeure et sa femme, Diane de Châteaumorand, firent un don important pour la création du collège des Jésuites de Moulins, mais ces deux familles étaient foréziennes. C'est Claude d'Urfé, le grand-père d'Honoré qui fit édifier la Bâtie (ou Bastie) d'Urfé (Montbrison, en Forez)

L’Astrée est un roman pastoral publié sur 20 ans, de 1607 à 1627. C’est un long, très long, très très long livre... (6 tomes et  5399 pages). Il commence ainsi : « Auprès de l’ancienne ville de Lyon, du côté du soleil couchant, il y a un pays nommé Forez, qui en sa petitesse contient ce qu’il y a de plus rare au reste des Gaules… Plusieurs ruisseaux en divers lieux vont baignant la plaine de leurs claires ondes, mais l’un des plus beaux est Lignon, qui vagabond en son cours, aussi bien que douteux en sa source, va serpentant par cette plaine depuis les hautes montagnes de Cervières et de Chalmazel jusque à Feurs où Loire le recevant, et lui faisant perdre son nom propre, l’emporte pour tribut à l’Océan. »
 
Le roman est à tiroirs et narre l’histoire d’amour entre la nymphe Astrée et le berger Céladon au Vème siècle de notre ère, dans la Gaule des druides, plus précisément, au pays d’Arcadie.
Astrée croit à tort son amant infidèle et ordonne à Céladon de partir hors de sa vue : désespéré, le jeune homme se jette dans les eaux du Lignon.

  DSCF1397

P7170725

  

Le thème de Céladon se jettant dans le Lignon pour se suicider a été décliné par les tapissiers, mais aussi par les faïenciers de Nevers (cette assiette est exposée au palais ducal de Nevers).

 

La princesse Galathée sauve le berger et lui offre son cœur, mais il ne pense qu'à Astrée et se cache au fond d'une forêt pour respecter un serment qu'il croît qu'elle a exigé. Astrée est tourmentée par le remords. Un druide propose alors à Céladon qui croît qu'Astrée voulait vraiment qu'il disparaisse de sa vue, un stratagème pour qu'il puisse quand même revoir sa bergère sans l'offenser : il devra se déguiser en femme, sous le nom d’Alexis.

Astrée se prend d'une grande amitié pour Alexis. Mais Astrée découvre le subterfuge. A nouveau furieuse, elle somme Céladon de mourir. Et elle-même décide de se suicider. Les deux amants se rendent alors chacun de leur côté à la fontaine de la Vérité de l'Amour, dont l’accès est gardé par des fauves, qui, espèrent-ils, les dévoreront. Mais leur présence commune en ce lieu fait cesser les enchantements et ils sont enfin unis par l'oracle d'Amour.

 

 

DSCF1400

les retrouvailles d'Astrée et de Céladon 

 

DSCF1398 
D’autres histoires recoupent ce récit principal, notamment les manigances de l’ambitieux Polémas qui voudrait obtenir la main de la princesse Galathée, héritière du trône de sa mère, reine du pays des bords du Lignon. Il déclanche une guerre. Mais  Polémas sera éliminé et la princesse retrouvera le beau Lindamor qui l'aime depuis toujours. La paix sera restaurée dans le pays de Forez.
L'Astrée obtint un succès considérable dans l’Europe tout entière. Il fut traduit en un grand nombre de langues.

 

A noter que les foréziens s'insurgèrent contre la décision de Rohmer de ne pas tourner son film dans la vallée du Lignon : Eric Rohmer, constatant que le Lignon n'était pas suffisamment profond pour que la noyade de Céladon soit crédible, a tourné dans la vallée de la Sioule (dans l'Allier, donc) et avait fait précéder son film d'un avertissement mettant en cause l'urbanisation, la présence d'une autoroute coupant en deux la plaine du Forez ainsi que la plantation de résineux. Il répondit au du président et de la vice-présidente du Centre de Goutelas :

J’aurais aimé tourner le film sur les bords de « ces délectables rivières » dont parle Honoré d’Urfé. Mais le Lignon du XXI ème siècle n’est plus celui du XVIIéme, qui n’était peut-être pas exactement celui autour duquel Honoré d’Urfé a construit son histoire.
Ce petit affluent de la Loire est actuellement d’une largeur, d’une profondeur et d’un débit trop faibles pour qu’un être humain puisse s’y noyer et être emporté par le courant à une distance notable.
Nous avons pendant plus de trois ans cherché une rivière possible dans le Massif Central, du Morvan jusqu’aux Cévennes. La Sioule aux confins de l'Allier et du Puy de Dôme m’a non seulement semblé convenir mais m’a inspiré des idées de mise en scène qui donnent au début du film la tension dramatique qu’il requiert.
Mais au cours de la recherche de cette rivière qui ne préjugeait pas au début de l’abandon du Forez pour le reste du film, nous avons trouvé des paysages d’une beauté plus franchement pastorale que votre région.
Dans mes tournages, je suis très attentif en général à la vérité des lieux mais s’il faut choisir entre celle-ci et la Beauté, naturellement, en tant qu’artiste, c’est pour cette dernière que je dois opter. Le cinéma est un art et c’est moi seul qui juge des choses que je dois filmer.  

Le Conseil Général de la Loire s'en est offensé et porté l'affaire en justice. Dans son édition du 28 septembre 2007, le journal Le Monde rapporte que  le tribunal de grande instance de Montbrison (Loire) l'a débouté de ses assignations en référé déposées pour "dénigrement" contre les sociétés productrices et distributrices du film d'Eric Rohmer.  

Repost 0
Dominique LAURENT
commenter cet article
9 novembre 2010 2 09 /11 /novembre /2010 09:15

DSCF1738

Le "Majestic" se trouve dans la principale rue commerçante de Porto  : c'est là aussi que les vitrines anciennes attestent de la prospérité passée.

P7280503

 

DSCF1751

 

DSCF1750

 

Le Portugal, c'est aussi l'"autre pays du café" après l'Italie. C'est vrai que le pays où la langue portugaise est la plus parlée est le Brésil !

A Brasileira on se vante de servir le  "melhor cafe"

P7280531

Repost 0
Dominique LAURENT - dans mes voyages
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Dominique LAURENT
  • Le blog de Dominique LAURENT
  • : faire connaître ma région, parler des problèmes qui me préoccupent, exposer mes coups de coeur
  • Contact

Recherche

Liens