Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
11 novembre 2011 5 11 /11 /novembre /2011 09:57

Je viens d''apprendre que la mairie de PARIS cherche à faire partir Jean-Pierre CHEVENEMENT du logement parisien qu'il loue depuis 40 ans pour la somme de 1 500 €.

Je conviens tout à fait qu'il bénéficie là d'un avantage que sa retraite de sénateur et d'ancien ministre ainsi que son indemnité comme adjoint au maire de Belfort ne justifient pas.

Là n'est pas ce qui me préoccupe : ce qui me préoccupe c'est qu'un logement loué 1 500 € par mois soit considéré comme un logement social, et partant, de la définition de bénéficiaire d'un logement social à Paris. Car moi, qui ne compte pourtant pas parmi les nécessiteux, une fois que j'aurais payé mon loyer et ma quotité d'impôts, je n'aurais pas de quoi payer la taxe d'habitation. Et rien pour m'acheter à manger !!!!

Repost 0
7 novembre 2011 1 07 /11 /novembre /2011 12:13

Le Bourbonnais c'est un pays

bocage en automne 00026

  de bocagevignes en automne 00001

 de vignobles

P9070826

de forêts

Repost 0
4 novembre 2011 5 04 /11 /novembre /2011 12:23

Lorsque j'habitais au lycée, il y avait un cognassier derrière les ateliers. Au contraire des mousserons pour lesquels la concurrence avec le concierge était grande, les coings n'étaient pas ramassés.

Mais le coing est une denrée rare. La semaine dernière, j'en ai trouvé sur le marché.

J'ai toujours fait le boudin avec des pommes (mon grand-père l'aimait bien avec des oignons aussi). Et avec des moreceaux de coing, qu'est-ce que celà pouvait bien donner ?

Ce n'est pas facile à éplucher : un de mes plus anciens souvenirs d'apprentie cuisinière est de m'être coupé les doigts en me battant avecun coing quand j'étais en vacances chez mes grands-parents. Aussi, j'ai réfléchi et ai trouvé un truc : toujours le "cuit-vapeur". Le coing cuit dans sa peau. Puis on l'épluche, on le découpe en dés. Et on le pose sur le morceau de boudin qu'on met au four (mon mode de cuisson pour une personne seule, c'est 2 à 3 mn au micro-onde - Dès que l'on est 2 et surtout à parti de 3 convives, la cuisson au micro-onde ne présente plus aucun intérêt en gain de temps. Et gaspille de l'énergie).

Ce fruit est suffisamment riche en goût pour qu'il soit inutile d'y ajouter du sucre. Son acidité va bien avec le boudin, qu'il soit noir ou blanc.

 

Repost 0
3 novembre 2011 4 03 /11 /novembre /2011 16:53

j'ai une manie : je recense ce qui concerne les Celtes.

J'ai mis au point une conférence et un montage Powerpoint, que je réactualise régulièrement.

Les Celtes avaient étendu leur ère d'influence jusqu'au Portugal. Je recommande la visite du musée archéologique de Guimaraes. Et d'aller faire une visite sur le site de la Cittania de Briteiros.

DSCF1468Etonnant ce système d'évacuation des eaux pluviales datant du IVe siècle avant notre ère !

DSCF1471

On ne sait pas trop à quoi correspond cette structure, alimentée par un système d'adduction d'eau. Peut-être une sorte de hamman. Usage civil ou pour un rituel de purification ?

DSCF1473 

Le registre des décors est très celte :

guimaraes musée 5

 

On trouve aussi ces symboles solaires : 3 "triskels", mais aussi ce symbole à 4 branches que l'on trouve encore sur certaines tombes des cimetières basques. 

PP 3Et puis Rome a étendu son influence sur le Portugal...

 

Mais Portugais et Espagnols de Galice sont désormais invités au festival interceltique à Lorient.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Dominique LAURENT - dans mes voyages
commenter cet article
30 octobre 2011 7 30 /10 /octobre /2011 16:30

Quand je me connecte à ma messagerie, j'ai des nouvelles des "marchés". On en parle comme d'être humains. Nos commentateurs économiques en ont des trémolos dans la voix.

Je ne sais pas si les marchés ont une âme : à coup sûr, ils ont des émotions !  Et elles sont violentes.

Ils sont facilement stressés. Et cyclothimiques de surcroît. Le CAC 40 a bondi de plus de 6 % dès qu'on a appris qu'encore une fois les contribuables allaient mettre la main à la poche pour éviter aux Grecs de plonger. Je suppose que quelques armateurs grecs et les popes, qui ne contribuent pas aux charges de l'Etat en ont profité pour faire quelques acquisitions "sur les marchés" comme l'on dit.

Lorsque j'étais en terminale, nous étions encore en pleine guerre du Vietnam. Et je me souviens de notre prof de philosophie qui avait remarqué que la bourse américaine chutait à chaque fois que l'on parlait de mettre fin aux combats.  

 

J'ai appris que dans certaines régions on avait réinventé le crédit mutuel et local : des monnaies locales sont émises. On ne prête que localement, on connaît les artisans qui empruntent. Et il paraît que c'est formidable pour le dynamisme de la région. On vient de réinventer les caisses d'épargne, et les crédits mutuels régionaux !!!  

La première fois que je suis allée en Italie (c'était en 1973), les chambres de commerce régionales éditaient des billets "de Monopoly" et l'on rendait la monnaie en caramels. J'imagine la tête des "marchés" si ce phénomène devait se développer.   

 

Repost 0
14 octobre 2011 5 14 /10 /octobre /2011 18:33

En ce moment, à Moulins, c'est le festival Jean Carmet des seconds rôles. l'occasion pour moi d'aller au multiplexe, récemment inauguré. Tous les ans, je sélectionne quelques films à cette occasion.

Je me suis régalée avec Poupoupidou.

A la réflexion, sans doute aurait-il mieux fallu trouver un autre titre, car celà donne des indications sur la fin.

Il y a tout un tas de trouvailles géniales dans ce petit film : la première est d'avoir situé son cadre à Mouthe ! Dévoiler les autres serait gâcher le suspense.

J'ai trouvé que le récit était particulièrement bien ficelé.

Mais parmi les spectateurs, cinéphiles avertis, qui ont été invités à s'exprimer, plusieurs ont été émus par l'aspect sentimental, d'autres par la détresse de l'héroÏne, certains ont admiré la beauté des "lumières", d'autres la composition de l'image et la "façon dont sont filmés les corps dans le sauna". 

Quelque chose m'a, de prime abors, gênée : la couleur des doudounes des gendarmes, qui sont marron... Je n'avais pas compris que les deux personnages étaient des représentants de la maréchaussée ! Mais en réalité, c'est un clin d'oeil au cinéma américain. 

Tous les acteurs sont formidables : la standardiste, le gendarme qui prépare le concours de la police montée canadienne, la coiffeuse...

 

 

L'acteur qui joue le rôle de l'adjugeant de gendarmerie, fraîchement débarqué du train (le multiplexe est juste à côté de la gare !) a, à l'issue de la projection, apporté une très intéressante contribution quant à son ressenti sur le film. : de quelle façon on perçoit un scénario à sa lecture et la découverte que constitue le visonnement du film après son montage.  

 

Demain, je vais tenter la nuit du cinéma : 3 films pour 12 € En réalité, seuls deux m'intéressent, notamment "Habemus papam". Depuis que j'ai vu "La missa e finita", j'adore ce que fait Nani Moretti. Même et surtout quand c'est très verbeux !!!

Repost 0
4 octobre 2011 2 04 /10 /octobre /2011 14:02

Emile FRADIN est mort l'an dernier, à l'âge vénérable de 102 ans. Après avoir été giflé par la police, traité de faussaire, traîné en justice, il avait finalement été promu chevalier des Palmes académiques. Et veillait sur les objets qui ont échappé à la destruction.

Au travers du récit effectué par le chanoine COTE des procès qui se sont succédés (ce que l'on a appelé la "guerre de Glozel"), j'imaginais ces messieurs à lorgnons, col celluloïd et redingote qui s'écharpaient. Celà excitait mon imagination. 

Il y a une dizaine d'années, j'avais été invitée par René GERMAIN à un colloque qu'il organisait à VICHY. Il faut être professeur d'université à la retraite pour oser s'intéresser au sujet ! J'avais croisé des "glozéliens" fermement convaincus que l'écriture avait été inventée en BOURBONNAIS vers - 14 000 ans avant notre ère.

Je trouvais dommage que l'on ne procède pas, enfin !, à des fouilles sérieuses du "Champ des morts". Mais je n'avais vu qu'en photo les objets. Je croyais que les tablettes d'argile étaient de la taille des tablettes mésopotamiennes.  

En entrant dans le musée des FRADIN, à FERRIERES-SUR-SICHON, j'ai compris l'embarras de Jean-Pierre DAUGAS, le préhistorien à qui l'on a confié le soin, vers 1982 ou 1983, de  vérifier l'authenticité du site. Et sous la direction duquel j'avais fouillé, il y a bien longtemps de celà. Nous ne trouvions que de petits objets, des micro-lames, qui échappaient souvent à mon regard de myope. Les tablettes font bien 20 cm sur 20 cm. Et j'imagine que pour quelqu'un qui a l'"oeil préhistorique", c'est-à-dire qu'on est habitué à découvrir du matériel datant de cette époque, beaucoup de ces objets, , même si certains sont joliment travaillés (je pense à des petits animaux réalisés en os) n'ont absolument pas l'air préhistorique, à l'exception toutefois des hâches de pierre polie). Alors pour rédiger un rapport !!!!

C'est d'autant plus complexe que, quand on applique des méthodes scientifiques de datation sur certains objets conservés au musée FRADIN, on constate que certains remontent au IVe siècle avant notre ère (c'est-à-dire, stricto sensu, qu'ils sont préhistoriques !!!), mais aussi du XIIIe siècle et même du XVIIIe siècle. Il semblerait même que certains sont du début du XXe siècle. 

On n'a pas inventé l'écriture à GLOZEL, écriture qu'on en retrouve  non seulement sur ces tablettes, mais aussi sur de petits anneaux en schiste... et sur des os gravés d'animaux qui peuvent être préhistoriques. Les lettres ressemblent aux caractères employés par les Etrusques pour rédiger leurs textes, qui n'ont toujours pas pu être traduits. Ils présentent des analogies avec l'alphabet dit "lepontique" qu'utilisaient les celtes.

Le site n'est assurément pas néolithique, mais a-t'il pas été fabriqué par le seul Emile FRADIN qui avait 17 ans à l'époque de sa découverte ?

Les objets ont-ils été apporté dans le "CHAMP DES MORTS" dans les années 20 ? Ou bien avaient-ils été déposés antérieurement ? Il paraît qu'en 1982, sur des parcelles fouillées la veille apparaissaient durant la nuit des objets ! 

 

Dans les années 1920, Camille JULLIAN, spécialiste de l'histoire des GAULOIS à la vue des objets trouvés, avait dit : "tout ceci ressemble au bric à brac d'une cabane de sorcières". 

Un érudit moulinois du début du XXe siècle, nommé Francis PEROT, un artisan qui passait auprès de ses distingués collègues d'une société savante pour quelqu'un de pas très sérieux, avait collecté des croyances populaires. Il rapporte que les paysans qui avaient la chance d'en trouver, mettaient dans les étables ce qu'ils appelaient des "pierres de foudre" ou "pierres de tonnerre" pour protéger leur bétail des épidémies. Et ces pierres de tonnerre étaient des hâches en pierre polie qu'on peut trouver dans des tumuli. Il avait acheté également la copie de l'interrogatoire, en 1623, d'un menuisier appelé MICHEL, un réciviste en matière de sorcellerie, déjà  banni une première fois du royaume de FRANCE.  

Il se trouve que j'ai transcrit ce document (AD Allier 8 J 33 - l'original doit se trouver aux A.N.). Ce qui est intéressant et qui me fait penser que Camille JULLIAN avait bien interprété la découverte, c'est que le lieutenant criminel GAULMYN bombarde MICHEL de questions, qui nous en apprennent beaucoup sur les pratiques magiques au début du XVIIe siècle.

Voici une sélection des plus intéressantes pour l'affaire GLOZEL :

f° 14 v° : "enquis s'il n'a pas écrit sur un os de cheval quelques parolles et pourquoy c'était faire, et s'il ne les donna pas à un nommé JULIEN tireur de pierres "

"A dit que non".

A quoi servaient donc ces "caractères" ?

f° 15 r° : "Enquis s'il n'a point fait de caractère pour jetter sur le cerveau, troubler la mémoire et autres puissances de l'homme " ?

"A dit que non".

Et un petit rappel à la règle est faite par le lieutenant criminel : 

"f° 15 v° : "A luy remontré que les dits caractères de quelques métaux qu'ils soient, baptisés, exorcisés et consacrés ( en effet, MICHEL cherchait à s'adjoindre, autant que faire se pouvait, l'aide d'un prêtre pour "blanchir" ses pratiques !!!) sont condamnés et que c'est une erreur en philosophie et en astrologie de croire qu'ils puissent quelque chose ny qu'ils ayent le pouvoir soit en matière, ou de l'air formés, d'attirer des esprits ou des influences du ciel, sinon par le moien du pacte (sous entendu "avec Satan".)

 

N.B. : je lis sur un blog que Francis PEROT avait, 10 ans avant la découverte de GLOZEL publié dans une revue de préhistoire, un article sur du matériel très semblable à celui de GLOZEL. 

Repost 0
Dominique LAURENT
commenter cet article
10 septembre 2011 6 10 /09 /septembre /2011 12:11

Quelquefois, je pense à eux... En réécoutant Georges Brassens... en regardant mes photos du Québec...

Car c'est là que je les ai rencontrés : ou plutôt, à Paris, à l'aéroport, en attendant l'avion qui allait nous, un groupe d'une dizaine de personnes, nous transporter de l'autre côté de l'Atlantique.

Ils avaient 22 et 23 ans. Lui avait dit : "Il va n'y  avoir que des pécores dans ce groupe". Il entendait par là, des provinciaux : c'était la première fois que j'entendais employer ce mot dans ce sens. Nous avions a priori tous choisi de visiter la Belle Province en camping et en minibus : ils ont négocié chaque jour pour aller à l'hôtel !  Obligés de camper, ils nous regardaient préparer notre petit déjeuner : puis nous devions les conduire dans un snack pour qu'ils se fassent servir le leur.

Cette année-là, le dollar était à 10 f. et nous comptions nos "piastres" cent par cent.

Ils nous traitaient aussi de "club du 3e âge", nous qui avions 5 ou 6 ans de plus qu'eux, mais étions déjà tous engagés dans la vie active.

 

Ils doivent avoir maintenir une bonne cinquantaine d'années : cette simple idée suffit à me venger de leurs réflexions désobligeantes. Nous avions resserré les coudes et fini par les neutraliser. Après tout, c'étaient eux qui payaient leur déjeuner ! 

Comme "le temps ne fait rien à l'affaire", ces deux jeunes cons doivent être devenus des vieux cons. Persécutés par les vieux autrefois, ils doivent être aujourd'hui persécutés par les jeunes. Et celà aussi est assez réjouissant !!!

 

Repost 0
Dominique LAURENT
commenter cet article
1 septembre 2011 4 01 /09 /septembre /2011 21:44

Il y a quelques années, on m'a remis une "carte de fidélité" dans une grande surface que je fréquente épisodiquement. "ça ne vous engage à rien. Celà vous permet de gagner de l'argent !"

Au tout début, celà me permettait d'avoir une ristourne de 10 à 20 centimes sur ma note : toujours bon à prendre. Puis les conditions se sont complexifiées. Et les réductions qui m'étaient proposées me l'étaient sur des produits dont je n'ai absolument pas l'utilité : des biscuits à apéritif, des sodas, des gâteaux... La taxe sur les sodas me fait bien rire. Et un jour, j'ai réfléchi au montant des économies que j'ai faites en ne buvant que de l'eau du robinet (sauf pendant une brève période, où je ne sais pourquoi, j'achetais des packs d'eau en bouteille. Et puis les monter jusqu'à mon logement de fonction, là haut, tout là haut, m'a gonflée). L'économie sur mon budget en eau ne se chiffre pas à des sommes astronomiques : mais l'économie sur le volume des déchets est considérable. 

L'autre jour, on m'a gracieusement offert d'obtenir un litre de lait gratuit : l'offre n'était valable que le 15 août et si je faisais 50 € d'achats ! Le 15 août, second jour férié de l'année après le 1er mai, je ne cours pas les magasins !!!

Repost 0
23 août 2011 2 23 /08 /août /2011 19:24

Depuis 8 ans, un couple d’Ecossais s’arrête dans mon « Bed and breakfast » à Noyant.

Ils l’avaient au départ choisi car c’était le moins cher du marché. Et je me souviens de leur « oh » d’étonnement quand ils ont vu la surface mise à leur disposition. Il faut dire qu’ils apportent avec eux beaucoup de choses et ont besoin d'une grande surface pour entreposer ce qu'ils transfèrent d'Ecosse en Espagne, où ils sont propriétaires d'un "time share".

Car je suis une étape dans un long périple qui les mène, chaque année, de Perth vers le sud de l’Ecosse, en passant par Reims (où il sont leur fournisseur de champagne) et Fréjus (où ils rencontrent des amis italiens connus il y a quelques années en Espagne).

Un petit  «plus » : ils peuvent communiquer en anglais avec moi, quoique mon accent pose quelques problèmes à Joyce. Charles, qui au cours de sa vie professionnelle a beaucoup bourlingué, saisit mieux mes propos et les traduit à sa femme avec un accent écossais correct. Je leur permets aussi de confirmer les réservations de leur prochaine halte.

 

Je leur apprends aussi mes trucs de radin : à utiliser des volets, par exemple. Celà les a scotché, si j'ose dire ! Cette année, je leur ai fait admirer ceux que j'ai fait poser dans leur chambre, en bois de chêne bien épais. Ils ont été  très étonnés d'apprendre qu’il faut bien les fermer quand la chaleur croît et qu’il est mieux de fermer aussi la fenêtre (en double vitrage). Ce n'est que la nuit, quand la fraîcheur arrive, qu'on ouvre. Ils m'ont fait observer qu'il existait des climatiseurs, mais ont bien rigoureusement suivi mes conseils. Ils m'ont peut-être d'ailleurs, au fond de leur coeur, décerné un titre d'Ecossaise d'honneur pour cette façon peu dispendieuse de climatiser et qui leur assure de bien dormir les nuits. 

Mais ils ne résistent pas à sortir prendre le soleil, entre 15 heures et 17 heures : ces deux derniers jours, il faisait 37 ° et ils sont restés impassibles à lire et à boire une bonne bière fraîche en plein "cagnard".

 

Ce qui m’étonne le plus, c’est leur régime alimentaire. Je pense toujours à eux quand j’entends des diététiciennes françaises, affirmer péremptoires,  qu’il est impératif de faire 3 repas par jour : eux n’en font qu’un seul, celui du matin. Celui que je leur sers comprend des œufs (c’est ce qu’ils préfèrent : j’ai essayé le jambon et le fromage blanc, mais nous en sommes revenus aux œufs molets, qu’ils tartinent sur un toast et trempent dans leur café- Cela, n’a rien d’étonnant : dans la Sarthe, j’ai vu des gens faire des tartines de rillettes pour « tremper ». Et « Bienvenue chez les Ch’tis » nous a appris que la maroille aussi se tartinait ! ! !). Le reste du temps, ils grignotent : du pâté de foie ou du froùage fondu sur des « Tucs », des cakes, des madeleines... Et beaucoup de compléments alimentaires sous forme de pilules. Cette année, ils ont adopté ces petites bouteilles horriblement chères dont Jacques Weber a fait un temps la publicité et qui sont censées prémunir contre le cholestérol : je leur ai donc fait découvrir le « kéfir », qui se vend au litre. Je ne sais pas si cela a bien accroché : je verrai bien l’année prochaine.

Une fois, ils se sont hasardés au restaurant, mais m’ont emmenée avec eux. Avec moi, ils se sentent en sécurité : je veille à ce que l’on leur apporte de la viande bien cuite.

Au mois de juillet, pendant que son mari se reposait d’un long trajet en voiture et des émotions d’un accident arrivé dès leur départ, à Glasgow, j’ai emmené Joyce à Moulins. C’étaient les soldes : elle adore ! A midi, je lui ai offert de manger : j’ai durement négocié. Et c’est bien pour me faire plaisir qu’elle a accepté d’accompagner son verre de vin rosé avec une salade. L'après-midi, ce changement de régime alimentaire avait contrarié son « tummy » (entendre son « ventre » - mais qu'elle prononce "Tommy") et au musée de la Visitation, il m’a fallu aller demander en urgence la clé des toilettes.

 

Par contre, ce qui ne les rend jamais malades, c’est le vin.  

A l’aller, ils m’avaient offert une bouteille de Champagne (il s’arrêtent à Mailly en Champagne, et font leurs stocks pour l’hiver). A leur retour d’Espagne, je suis allée explorer ma cave.  J’avais une bouteille de Pauillac de 1993 : je le leur ai ouverte. Bon sang, il était bon ! surtout que j’avais pris le temps de le faire décanter. Ils ont grignoté un bout de pizza (heureusement, la chienne a bien aimé la pizza), en triant les champignons et en gardant les morceaux de saumon (parce que sur la pizza, pas question ni de mettre des anchois -« you know : these little fishes ! »-, du thon, ni même des légumes. J’aurais bien pris « pommes de terre et roblochon », puisque le seul légume que supporte Charles, ce sont les pommes de terre, mais j’ai eu peur que ce fromage ne soit trop fort). Séduits, ils ont noté les références du vin et n’en ont pas laissé une goutte.

 

A maintenant 70 et 74 ans, ce régime leur assure une forme exceptionnelle. Quelques autres secrets de leur hygiène de vie : pour Charles, c'est conformément aux préceptes de Winston Churchill   « No sport ! ». Joyce fait un peu de danse africaine !     

 

L’an prochain, ils m’ont promis de m’apporter du « Haggish ».

Repost 0
Dominique LAURENT
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Dominique LAURENT
  • Le blog de Dominique LAURENT
  • : faire connaître ma région, parler des problèmes qui me préoccupent, exposer mes coups de coeur
  • Contact

Recherche

Liens