Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 mai 2010 7 16 /05 /mai /2010 14:01

L'an dernier, à cette période, je partais pour Prague. Après une semaine passée dans l'ouest du pays, où, entre autres choses, j'ai pu exprimenter le thermalisme local, puis un séjour de 6 jours dans une capitale où l'on s'emplit les oreilles de musique (il y a des concerts donnés partout par de bonnes formations) et les yeux de merveilles architecturales, il fut temps de reprendre le train. Depuis que j'ai découvert qu'il existait encore des wagons-lits, je voyage le plus souvent par le train : on se couche et à l'arrivée, un employé obligeant ("my lady", disait celui qui veillait sur le sommeil des voyageurs à destination de Prague) vient vous réveiller, vous offre un café (généralement pas terrible, même en Italie !), un jus de fruit et une patisserie industriels. On est prêt alors à découvrir une ville d'Europe.  Mon billet de retour était à destination de Cologne. Sur le tableau d'affichage, un train portant le même numéro et partant à la même heure était bien indiqué, mais il ne passait pas à Cologne. J'ai donc éprouvé le besoin de demander des renseignements complémentaires.

DSCF0406 info gare

Je me suis donc dirigée vers ce guichet, où l'on annonçait, en anglais, mais aussi en allemand qu'on pouvait donner des renseignements dans ces deux langues aux voyageurs perdus. Mon Routard m'avait prévenue : "le français est autant parlé en république tchèque que le papou". Aussi, avec un sourire engageant, me suis-je dirigée vers l'employé qui officiait et lui ai-je demandé :  "Do you understand english, or/oder, am liebsten, sprechen Sie deutsch ?" C'était ce que l'on appelle une question ouverte, laissant le choix, à l'employé de répondre dans le dialecte qu'il préférait. J'étais très fière de mon libellé. Si l'on ajoute que je suis française et qu'il y a longtemps que j'ai découvert que mes compatriotes capables de soutenir une conversation dans une autre langue que la leur  n'étaient pas légion, et que l'effort et l'investissement en stages de langues divers que j'ai consentis depuis une bonne trentaine d'année pour apprendre ce que le système éducatif français n'avait jamais pu faire, est assez rare, j'avais des raisons objectives à être contente de moi.

C'est alors que j'ai eu la brusque révélation que je comprenais le tchèque ! Quand on m'engueulait ! Le jeune employé m'a en effet lancé un regard assassin et m'a volé dans les plumes en m'expliquant, avec beaucoup d'autorité, qu'ici, on était en république tchèque et qu'il ne me parlerait qu'en tchèque. J'ai insisté et persisté, mais il restait ferme sur ses positions. "Petit con !" ai-je pensé et je me suis dirigée vers un guichet de vente, où très obligeamment, l'on m'a donné le renseignement que je sollicitais.

 

Et je me suis vengée en prenant une photo du guichet.

 

Celà m'a inspiré deux réflexions : la première sur la compétence du directeur des "ressources humaines" de la gare de Prague qui serait bien inspiré de veiller à ce que les employés qu'il affecte aux guichets où l'on annonce "renseignements" non seulement en tchèque, mais aussi en anglais et en allemand, parlent bien ces deux langues. Ce me paraît être d'autant plus indispensable dans une ville inscrite au patrimoine de l'UNESCO et qui est l'une des plus visitée du monde.

La seconde sur ce que peut bien signifier pour des pays qui ont construit leur histoire sur la défense de leur identité nationale (dans les livres d'histoire français, "l'éveil des nationalités" est considéré comme un progrès au même titre que l'unité italienne, et dans une moindre mesure sans doute que l'unité allemande !!!) l'idée d'Europe qui ne peut avoir comme conséquence que de la laisser redevenir marginale.

 

Et mon récent périple de la Slovénie au Montenegro (tous deux emploient l'euro comme monnaie, même si le Montenegro n'est pas membre de la CEE) en passant par la Croatie et en contournant la Bosnie Herzégovine grâce à un cabottage par ferry-boat, qui aspirent à entrer elles aussi dans l'Union européenne, m'a confortée dans l'idée qu'il était urgent de définir la notion d'Europe. 

 

Partager cet article

Repost 0
Dominique LAURENT - dans mes voyages
commenter cet article

commentaires

kéline 17/05/2010 13:30


Nous avons un projet de voyage à Pragues mais en voiture donc je n'aurais même pas à éviter ce guichet :) Nationalismes exacerbés par l'UnionEuropéenne?


Dominique LAURENT 17/05/2010 14:53



C'étaient les élections européennes. je me suis fait bousculer à Loket par 2 poseurs d'affiche au crâne rasé. Sur leur affiche, il y avait une flamme bleue, blanche et rouge qui m'a rappelé
quelque chose : un temps, les ancien spays dde l'est ont beaucoup gagné à adhérer à l'union européenne. Mais, il y a le retour de bâton (cf. la Lettonie).


Attention, en voiture, aux sens interdits (quelqu'un que je connais, partie peu de temps après moi s'est fait épingler dès son arrivée), et aux dépassements de temps de stationnement : surtout le
matin. Dès 8 h., la maréchaussée est au taf ! Comme j'allais acheter de quoi manger, je les voyais. Mieux vaut chercher un stationnement payant. Pour se déplacer en taxi : même le maire
s'est fait estamper en se faisant passer pour un touriste italien (sic !). Mais la compagnie AAA, récommandée par le Routard est effectivement nickel. Faire gaffe aux bousculades dans le métro
(mais c'est pareil qu'à Paris, en réalité), pourtant extrêmement pratique.


Et pour un dépôt de plainte, le commissariat de la place Jungmannova est dans la ruelle après le café Jungmann.


Blague à part, je retournerai volontiers en république tchèque.



Présentation

  • : Le blog de Dominique LAURENT
  • Le blog de Dominique LAURENT
  • : faire connaître ma région, parler des problèmes qui me préoccupent, exposer mes coups de coeur
  • Contact

Recherche

Liens