Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 juin 2010 4 17 /06 /juin /2010 12:42

Les enfants du baby-boom sont des privilégiés : c'est plutôt une bonne nouvelle, puisque j'en suis ! 

Pendant longtemps, personne ne s'est occupé de la façon dont étaient financées les retraites. Je me rappelle avoir tenté d'évoquer en Allemagne la différence entre les systèmes allemands et français : du moment qu'ils  voyaient leurs parents percevoir une retraite, mes interlocuteurs ne savaient pas qu'il pouvait exister une différence entre répartition et "capitalisation". Sans doute d'ailleurs, parce qu'en bons pères de famille, à l'époque, les allemands ne plaçaient pas leurs contributions pour la retraite dans des "produits" hasardeux.

La gestion des "fonds de pension" américains, l'irresponsabilité des financiers qui ont imaginé de "titriser" les dettes de pauvres gens insolvables, renforcent la méfiance des français vis à vis des réformes qu'on leur propose pour la retraite. Si je n'admets pas le "laisser-faire", je défends toujours la liberté d'avoir des initiatives, ou liberté d'entreprendre. Et j'estime que le "capital" (encore appelé "haut de bilan"), n'est pas en soi, quelque chose de mauvais et pour illustrer mon propos, me permets donc de rappeller que quand on prête de l'argent à un petit entrepreneur en Amérique du sud ou à Madagascar dans le cadre du micro-crédit, on contribue à ce qu'il se constitute un "capital". Je ne trouverais pas scandaleux qu'il reverse un petit intérêt pour le service qui lui est rendu.

En France, les enfants du baby boom qui consommé avec candeur et appris à leurs enfants à le faire sans état d'âme, se voient contester par ceux-ci leur niveau de vie.  J'entends les journalistes (forcément ceux qui sont un peu éloignés de la retraite !) répéter à l'envie que le niveau de vie des retraités est supérieur à celui des jeunes. Comme toute généralisation, celle-ci est abusive. La plupart des retraités (ées) que je connais pour ma part, perçoivent 100 euros de plus que le minimum vieillesse, qui est de 730 euros. Ils vivent confortablement parce qu'ils consomment peu, aiment faire leur jardin et dans quelques rares cas, mettent du beurre dans les épinards en exerçant une petite activité annexe dans le cadre de la micro entreprise.

Avec l'actuel réforme, sont actuellement dans le colimateur les gens nés entre 1951 et 1956 : qui réalisent que dans le système de répartition, ils ont cotisé tout au long de leur vie active pour que leurs parents aient une retraite confortable telle que l'avait souhaité le législateur en 1945, qui dans la dernière ligne droite qui les  mène à leur fin d'activité professionnelle, voient allonger leur parcours professionnel de 4, 8 mois et jusqu'à 2 années. Qui se voient en outre contester la légitimité non seulement le montant de leur pension, mais aussi des économies qu'ils ont pu réaliser.

 

Nous entrons dans une période de crise, dans laquelle le pire de l'homme se révèle : comme dans les années 1940, quand on écrivait des lettres anonymes pour dénoncer son voisin.   Comme les privilégiés, les vrais, ont un style de vie dont la réalité échappe, n'est même pas concevable dans la vision du monde qu'ils ont, aux employés ou aux artisans, on jalouse ce qui vous ressemble. J'en conclue que la "crise" est bien devenue une crise des valeurs, au sens classique du terme.    

 

La "crise" était d'ailleurs le sujet du dernier café philo : au cours duquel certains participants ont failli en venir aux mains !  Quand on parle de crise de valeur !

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

kéline 17/06/2010 15:23


J'avoue faire partie des gens qui ont cotisé sans connaître leur système de retraite, sans même imaginer qu'un jour je serais retraitée. J'ai une retraite E.N et une retraite du privé puisque j'ai
aussi exercé dans le privé mais je ne me suis jamais interessé à leur différence de financement. C'est grave ?
Je ne suis sûre que d'une chose : c'est que je l'ai bien méritée même si j'ai pas attendu d'avoir les annuités nécessaires pour la prendre :)
Une heureuse retraitée qui n'a aucun scrupule à avoir un niveau de vie pas très élevé mais qui permet de se faire des petits plaisirs de temps en temps


Dominique LAURENT 17/06/2010 16:38



Moi, j'ai cotisé à la MRIFEN, une des caisses de retraite complémentaire les plus mal gérées depuis la création des mutuelles. Avec la CAMIF (où j'avais des parts sociales) !!! Mais j'avais
confiance, puisque l'on affirmait vouloir mon bien.


Là aussi, c'était un système de répartition : mais comme c'était une complémentaire, le deal était clair : c'était sensé être un complément. Je table maintenant plutôt sur le cumul
emploi-retraite pour payer mon chauffage !


 


 


 


 



Présentation

  • : Le blog de Dominique LAURENT
  • Le blog de Dominique LAURENT
  • : faire connaître ma région, parler des problèmes qui me préoccupent, exposer mes coups de coeur
  • Contact

Recherche

Liens