Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 juin 2010 5 25 /06 /juin /2010 13:26

Il doit y avoir pas loin de 15 ans que j'assiste très régulièrement aux séances du café philo.

Au lycée, le sujet m'intéressait modérément, et c'est un euphémisme. L'exercice qui consiste à apprendre par coeur des citations de barbus qui ont vécu il y a plus de 2000 ans pour rédiger une thèse, une antithèse et une synthèse me laissait dubitative. Notre prof, en outre, ne se cachait pas qu'elle nous prenait pour des brêles. Pour mon compte, mes copies étaient rayées de rageurs : "niveau de l'exemple" ! Aussi ai-je été surprise, d'abord d'avoir la moyenne au bac, puis tout récemment, d'entendre un des profs de philosophie présent à nos débats faire l'apologie de l'exemple pris dans la vie quotidienne pour traiter de philosophie. 40 ans plus tard, j'ai découvert qu'on filait aux Terminales scientifiques une prof assez nulle, réservant la meilleure (Huguette Bouchardeau, en l'occurence, la future ministre) aux classes littéraires.

Je me suis mise à faire de la philo sans le savoir, quand, préparant une thèse de doctorat, j'ai réfléchi sur le sens de l'histoire.

J'avais donc été ravie qu'un groupe se réunisse pour débattre régulièrement de grands sujets de société, en dehors du cadre étroit des partis politiques. Nous avions un temps un communiste très marrant : il avait un argument imparable quand on lui opposait : "Permettez ! j'ai lu Karl Marx" - "Oui, mais vous n'avez pas fait l'école du parti communiste !". Il a disparu de notre cerlce de philosophes amateurs quand au cours de "mouvements lycéens", au prétexte d'assurer le service d'ordre d'une manif, il est rentré en marche arrière avec sa voiture dans les forces de police, avec des feux arrière qui ne fonctionnaient pas et sans être à jour du contrôle technique.

Certes les principaux participants sont majoritairement classables à droite, et très (voire même très très) catho. Mais je trouvais qu'ils acceptaient d'explorer des voies inhabituelles pour eux. Et je me sentais un peu plus cultivée.

Certes, j'ai reçu une bonne charge le jour où j'ai osé remettre en doute un dogme religieux de la part du fondateur du cercle des philosophes amateurs, qui est assez chatouilleux sur le sujet. Comme j'ai été bien élevée, que je sais m'autodiscipliner et attendre qu'on me donne la parole après que je l'ai demandée, les autres participants étaient tout ennuyés. Au point de venir se proposer de servir de médiateurs entre le philosophe nerveux et moi : " Mais leur ai-je rétorqué, cette engueulade ne m'a pas destabilisée. Il est donc inutile d'essayer d'arranger les choses entre nous". Et j'ai acquis une légitimité qui me permettait de continuer à faire entendre ma différence quand celà me paraissait nécessaire : "Concernant cette affirmation, je comprends que ce soit votre vision des choses, puisque vous êtes croyant et catholique. Mais permettez que je ne la partage pas".

Et puis l'an dernier est venu s'adjoindre au groupe un homme qui parle fort, et qui n'"aime pas qu'on lui manque de respect". Il ne comprend pas qu'on ne connaisse pas les arcanes de la psychanalyse, qu'il tient pour une science exacte. Il avait un peu chauffé l'animateur. Qui a appréhendé tout l'été comme il s'en est confié à l'une des participantes. Quand il l'a vu se repointer au mois de septembre, un clash a eu lieu. Les participants présents qui n'avaient pas assisté à la séance précédente n'ont rien compris. Ce qui s'est réglé ce jour-là était en fait la conséquence de ce qui s'était produit 3 mois plus tôt. Les deux protagonistes se sont levés, se haussant du col pour paraître plus grands et intimider leur contradicteur. Me rappelant Archie mon chien, quand il essaye de lever la patte pour pisser plus haut qu'il n'a le derrière, au risque de se déséquilibrer. J'ai replongé 35 ans en arrière, quand j'étais chargée de garder entre midi et deux heures une cinquantaine de galapiats de 6e et 5e. Pour les séparer, alors, je les attrapais par le col. Mais avec ces deux grands dadais, dont l'un qui mesure un bon mètre quatre vingt-dix, que faire? Heureusement le fondateur du café philo est parti en claquant la porte : l'assistance, orpheline, s'est regardée. Un café philo sans philosophe pour recadrer le sujet, c'est en effet ennuyeux. Il y avait heureusement, ce jour là une étudiante en master de philosophie. J'ai pris l'initiative de distribuer la parole pour que le débat puisse continuer : l'animation de réunions, a longtemps fait partie de mon job. Pour la suite des choses, la jeune étudiante nous a apporté son aide en nous fournissant un sujet et une présentation que j'ai lue à la séance suivante. J'avais entre temps contacté les habitués (des retraités partis en vacances, qui en Grèce, qui dans son château !!!), et nous avons maintenu vaille que vaille nos séances mensuelles, sur des sujets d'actualité plus que philosophie.

Amadoué, le philosophe est revenu, puis a amené un collègue.

Nous nous étions mis d'accord pour que le "référent philosophique" ne soit pas celui qui distribue aussi la parole, sur une certaine discipline de prise de parole et sur une présidence de séance tournante.

On m'a demandé d'être animatrice des débats : j'ai pris ma montre, un papier, un crayon. J'ai noté les gens qui demandaient la parole, leur ai donné en fonction de l'ordre dans lequel ils s'étaient inscrits, veillé à ce que personne ne monopolise le crachoir plus de 3 mn. Un nouveau venu m'a reproché de ne pas laisser répondre "à chaud" les gens qui étaient "mis en cause" !

Mais malheureusement, la séance suivante, il y a un clash entre le psychanaliste et l'animateur, puis avec un "philosophe professionnel" comme il se définit.

 

Notre référent philosophique historique, affiche quant à lui, une attitude très "zen". Sa femme qui a boudé près d'un an, est revenue.

 

Hier, j'étais partie toute la journée et pensais ne pas pouvoir participer au débat : "Vieillir : un art ou une malédiction ?". Sujet qui m'intéresse : d'abord parce que je vieillis, mais aussi parce qu'il y a quelques années j'ai acheté une "histoire de la vieillesse" tout à fait passionnante et que j'ai des idées sur la place que pourraient tenir les gens qui ont de l'expérience dans la retransmission de leurs compétences.

Rentrée plus tôt que prévue, je suis allée prendre le train de la philosophie en marche. Le patron du bistrot qui nous héberge profitait du soleil de fin de journée à la terrasse. Il m'a saluée. Pensant plaisanter, je lui ai demandé :"ils ne se sont pas encore étripés ?" Avec sa serveuse, ils ont éclaté de rire : "Si, ça a été moins une, mais quelqu'un a ceinturé l'animateur. Et depuis, c'est calme".

 

Une nouvelle séance a été programmée en juillet : on m'a demandé de faire passer l'info dans le journal et de l'animer. Nous sommes allés manger une crêpe : les convives m'ont informée qu'ils ne seraient pas là en juillet (les vacances, les petits enfants !). Même les deux infirmières sur lesquelles je compte beaucoup en cas d'éventuels soins d'urgence à donner, ont déposé leurs congés pour cette période !

Je crois que nous allons être deux : le psychanaliste intégriste et moi-même. J'animerai les débats et lui donnerai la parole. En espérant qu'il ne se fâche pas avec lui-même.

   

NB : j'ai demandé ce qui avait provoqué l'altercation. L'animateur m'a expliqué qu'il avait tenté de rappeler les règles, notamment qu'il ne fallait pas monopoliser la parole. "Et avec humour, j'ai dit à D.. : n'est-ce pas D ?. C'est là qu'il a pris la parole pour dire qu'il se sentait agressé. Ce mec n'a aucun sens de l'humour. Ca m'a énervé et je me suis levé". 

Ben oui, C. ! Je suis au regret de vous le dire. Mais vous l'avez bien agressé : verbalement d'abord. Et la confirmation en est que vous vous êtes ensuite levé pour le frapper".

 

Nos amateurs de philosophie ne sont pas des loulous de banlieue : ils ont été directeur d'hôpital, membre du cercle des jeunes dirigeants, profs en IUFM, cadres bancaires ...            

 

 

  

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

kéline 25/06/2010 15:10


hé bien mais :))) dur dur d'apprendre à gérer ses affects ! Heureusement qu'il existe des gens neutres et bienveillants comme devraient l'être les psychanalystes pour animer ce type de
confrontations verbales


Présentation

  • : Le blog de Dominique LAURENT
  • Le blog de Dominique LAURENT
  • : faire connaître ma région, parler des problèmes qui me préoccupent, exposer mes coups de coeur
  • Contact

Recherche

Liens