Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 août 2011 2 23 /08 /août /2011 19:24

Depuis 8 ans, un couple d’Ecossais s’arrête dans mon « Bed and breakfast » à Noyant.

Ils l’avaient au départ choisi car c’était le moins cher du marché. Et je me souviens de leur « oh » d’étonnement quand ils ont vu la surface mise à leur disposition. Il faut dire qu’ils apportent avec eux beaucoup de choses et ont besoin d'une grande surface pour entreposer ce qu'ils transfèrent d'Ecosse en Espagne, où ils sont propriétaires d'un "time share".

Car je suis une étape dans un long périple qui les mène, chaque année, de Perth vers le sud de l’Ecosse, en passant par Reims (où il sont leur fournisseur de champagne) et Fréjus (où ils rencontrent des amis italiens connus il y a quelques années en Espagne).

Un petit  «plus » : ils peuvent communiquer en anglais avec moi, quoique mon accent pose quelques problèmes à Joyce. Charles, qui au cours de sa vie professionnelle a beaucoup bourlingué, saisit mieux mes propos et les traduit à sa femme avec un accent écossais correct. Je leur permets aussi de confirmer les réservations de leur prochaine halte.

 

Je leur apprends aussi mes trucs de radin : à utiliser des volets, par exemple. Celà les a scotché, si j'ose dire ! Cette année, je leur ai fait admirer ceux que j'ai fait poser dans leur chambre, en bois de chêne bien épais. Ils ont été  très étonnés d'apprendre qu’il faut bien les fermer quand la chaleur croît et qu’il est mieux de fermer aussi la fenêtre (en double vitrage). Ce n'est que la nuit, quand la fraîcheur arrive, qu'on ouvre. Ils m'ont fait observer qu'il existait des climatiseurs, mais ont bien rigoureusement suivi mes conseils. Ils m'ont peut-être d'ailleurs, au fond de leur coeur, décerné un titre d'Ecossaise d'honneur pour cette façon peu dispendieuse de climatiser et qui leur assure de bien dormir les nuits. 

Mais ils ne résistent pas à sortir prendre le soleil, entre 15 heures et 17 heures : ces deux derniers jours, il faisait 37 ° et ils sont restés impassibles à lire et à boire une bonne bière fraîche en plein "cagnard".

 

Ce qui m’étonne le plus, c’est leur régime alimentaire. Je pense toujours à eux quand j’entends des diététiciennes françaises, affirmer péremptoires,  qu’il est impératif de faire 3 repas par jour : eux n’en font qu’un seul, celui du matin. Celui que je leur sers comprend des œufs (c’est ce qu’ils préfèrent : j’ai essayé le jambon et le fromage blanc, mais nous en sommes revenus aux œufs molets, qu’ils tartinent sur un toast et trempent dans leur café- Cela, n’a rien d’étonnant : dans la Sarthe, j’ai vu des gens faire des tartines de rillettes pour « tremper ». Et « Bienvenue chez les Ch’tis » nous a appris que la maroille aussi se tartinait ! ! !). Le reste du temps, ils grignotent : du pâté de foie ou du froùage fondu sur des « Tucs », des cakes, des madeleines... Et beaucoup de compléments alimentaires sous forme de pilules. Cette année, ils ont adopté ces petites bouteilles horriblement chères dont Jacques Weber a fait un temps la publicité et qui sont censées prémunir contre le cholestérol : je leur ai donc fait découvrir le « kéfir », qui se vend au litre. Je ne sais pas si cela a bien accroché : je verrai bien l’année prochaine.

Une fois, ils se sont hasardés au restaurant, mais m’ont emmenée avec eux. Avec moi, ils se sentent en sécurité : je veille à ce que l’on leur apporte de la viande bien cuite.

Au mois de juillet, pendant que son mari se reposait d’un long trajet en voiture et des émotions d’un accident arrivé dès leur départ, à Glasgow, j’ai emmené Joyce à Moulins. C’étaient les soldes : elle adore ! A midi, je lui ai offert de manger : j’ai durement négocié. Et c’est bien pour me faire plaisir qu’elle a accepté d’accompagner son verre de vin rosé avec une salade. L'après-midi, ce changement de régime alimentaire avait contrarié son « tummy » (entendre son « ventre » - mais qu'elle prononce "Tommy") et au musée de la Visitation, il m’a fallu aller demander en urgence la clé des toilettes.

 

Par contre, ce qui ne les rend jamais malades, c’est le vin.  

A l’aller, ils m’avaient offert une bouteille de Champagne (il s’arrêtent à Mailly en Champagne, et font leurs stocks pour l’hiver). A leur retour d’Espagne, je suis allée explorer ma cave.  J’avais une bouteille de Pauillac de 1993 : je le leur ai ouverte. Bon sang, il était bon ! surtout que j’avais pris le temps de le faire décanter. Ils ont grignoté un bout de pizza (heureusement, la chienne a bien aimé la pizza), en triant les champignons et en gardant les morceaux de saumon (parce que sur la pizza, pas question ni de mettre des anchois -« you know : these little fishes ! »-, du thon, ni même des légumes. J’aurais bien pris « pommes de terre et roblochon », puisque le seul légume que supporte Charles, ce sont les pommes de terre, mais j’ai eu peur que ce fromage ne soit trop fort). Séduits, ils ont noté les références du vin et n’en ont pas laissé une goutte.

 

A maintenant 70 et 74 ans, ce régime leur assure une forme exceptionnelle. Quelques autres secrets de leur hygiène de vie : pour Charles, c'est conformément aux préceptes de Winston Churchill   « No sport ! ». Joyce fait un peu de danse africaine !     

 

L’an prochain, ils m’ont promis de m’apporter du « Haggish ».

Partager cet article

Repost 0
Dominique LAURENT
commenter cet article

commentaires

patriarch 24/08/2011 06:52


Ils ont leur mode de vie... A Mailly j'y suis allé en manoeuvre durant mon service....

Belle journée chez toi.


kéline 24/08/2011 05:02


Un bel échange ton bed & breakfast! Il a le mérite de nous montrer au grand jour les faiblesses des régimes alimentaires imposés plus ou moins par les différents courants diététiciens.
Un vrai régal de te lire :))


Présentation

  • : Le blog de Dominique LAURENT
  • Le blog de Dominique LAURENT
  • : faire connaître ma région, parler des problèmes qui me préoccupent, exposer mes coups de coeur
  • Contact

Recherche

Liens