Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 août 2010 4 12 /08 /août /2010 09:22

Lorsque j’étais surveillante d’externat, un élève majeur, mais pas dispensé de produire des justificatifs à ses absences, m’avait apporté un mot qu’il avait signé de sa main pour attester que s’il avait raté les cours du samedi matin, c’était parce qu’il avait eu une « crise de foi ».
Ce qui était, somme toute, une bonne raison !

 

Depuis que mes camarades de classe m’ont appris que le père Noël n’existe pas, j’entretiens avec la religion des rapports assez ambigus.
Je venais d’arriver dans une nouvelle école à Saint-Etienne : j’avais laissé mes amis, mes grands parents, tous les repères d’une petite fille de 6 ans, et voilà qu’en plus, j’apprends que le père Noël n’existe pas ! La révélation avait sérieusement ébranlé ma croyance dans la parole des adultes : aussi, dans la semaine qui a suivi, en vacances à Noyant, je me revois dans le lit de ma grand-mère et lui demandant : « Si le Père Noël n’existe pas, comment peut-on être sûr que Dieu existe ? ». Elle m’a regardée avec curiosité et a répondu : « C’est sans doute plus compliqué que cela ».
A Saint-Etienne, mes parents n'allant pas à la messe, nous étions inconnus dans la paroisse : c’est donc une voisine, catholique fervente, qui a indiqué à mes parents une bonne adresse pour m’inscrire au catéchisme. La première année, j’allais chez une dame, qui dans sa salle à manger, accueillait des enfants et leur enseignait les rudiments de la religion catholique : on faisait des dessins, c'était sympa. Mais mon cas requérait un enseignement plus intensif ! L’année suivante, je fus orientée chez les soeurs salésiennes : cours trois fois par semaine, dont 4 heures le jeudi matin. Je me rappelle de la « neuvaine » à laquelle j’avais participé pour la fête de l’Immaculée conception  qui est située le 8 décembre. A Saint-Etienne comme à Lyon, on illuminait ses fenêtres avec des lumignons pour cette occasion. Nous avions à l'occasion peint chacune en bleu une statuette de sainte vierge en plâtre, pour décorer nos chambres ! L’année d’après, au lycée, grâce à l’aumônier affecté à l’établissement, j’étais fin prête pour ma communion solennelle. Très enthousiaste, l’abbé nous avait annoncé que ce jour-là, nous aurions une révélation. J’ai cru très sincèrement que j’en aurais une…

crise foi 2Mais je l'attends toujours.
Une des leçons à en tirer est qu'il ne faut jamais promettre aux enfants des choses que l’on ne peut pas tenir. Après la révélation sur la non existence du Père Noël, c'en était décidemment trop !
En 5e je n’aurais pas été obligée de continuer l'enseignement religieux, mais c’était ça ou manger toute seule à la cantine sans mes copines. Je me suis donc volontairement inscrite au catéchisme : nous étions en plein concile Vatican II. Période d’ouverture et de débats : et si ma conviction quant à l’existence de Dieu était faite, je m’intéressais toujours à la religion.… Un jour, la discussion est venue sur la sainteté. Ce savait ce qu'était un saint : mon père avait l'habitude de qualifier de "saint" quelqu'un qui avait un comportement irréprochable. Et, à l'époque,  à l'école, chaque journée commençait par un cours de morale. Et j'apprends au catéchisme que quelqu'un qui a rendu service aux autres toute sa vie, qui a eu un comportement exemplaire, ne pouvait pas accéder à la sainteté s'il n'était pas catholique !!! J'en ai conçu un vif sentiment d'injustice. Pour moi, le Bien, c'était le Bien : une valeur absolue quelle que soit la croyance.
 

Depuis, j'ai nuancé mes convictions : si'il est impossible de prouver l'existence de Dieu, il est tout à fait aussi impossible de démontrer le contraire.  C'est pourquoi les athées militants m'agacent autant que leurs homologues de l'autre bord.

Et comme a dit (à peu près) Bouddha, il est inutile de se gâcher sa vie à essayer d'imaginer quelque chose que l'on ne peut pas concevoir. Alors "carpe diem"!  Et continuons à ne pas nuire à autrui.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

patriarch 12/08/2010 17:31


j'ai fait presque toutes mes études chez les frères, puis en internat chez les curés, j'en suis sorti athée. La seule "chose" que j'aimais été le chant grégorien, mais que pour le chant !!

Belle soirée !!


kéline 12/08/2010 14:42


Belle morale que la tienne, jolie communiante.
Petite j'ai été prévenue aussi avec d'autres mots que l'église ne reconnaissait que les siens. Au patronage en effet une grande pancarte à l'entrée nous annonçait : " Hors de l'église, pas de
salut. " Alors encore moins de sainteté.
Est-ce qu'elle a évolué sur ce plan là ?
Mais la sainteté pas plus que la vie éternelle qui m'angoissait beaucoup quand j'essayais de l'imaginer de l'imaginer de l'imaginer...ne m'interessaient pas plus que ça.


Présentation

  • : Le blog de Dominique LAURENT
  • Le blog de Dominique LAURENT
  • : faire connaître ma région, parler des problèmes qui me préoccupent, exposer mes coups de coeur
  • Contact

Recherche

Liens