Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 juin 2009 1 15 /06 /juin /2009 12:50

Une des théories que je défends est qu'il est rassurant d'observer que malgré l'instauration d'une république "une et indivisible", le rôle de l'école qui a tenté de laminer les langues régionales, les particularismes demeurent. Le département de la Sarthe, où j'ai passé les 3 premières années de ma vie professionnelle, fut pour moi un lieu extrêmement dépaysant.
Il en est de même pour l'Europe. J'ai constaté quelques particularités en république tchèque : elles sont irritantes au début, mais pour autant, faut-il exiger des serveurs de restaurant tchèques (puisqu'il s'agit d'eux) qu'ils changent ?
Ce matin, j'ai retrouvé mes habitudes dans mon café préféré : c'est l'occasion de retrouver des gens avec lesquels l'on échange des banalités, mais aussi des informations, de commenter l'actualité... Et de lire le journal. Perosnnellement, je lis les nouvelles locales et je fais mon Sudoku quotidien. Mais quelques copains de bistrot arrivent avec un gros paquet de journaux : la Montagne, bien sûr, le Monde et le Figaro... voire même le Bourbonnais Rural. Ils occupent donc un espace, moyennant le coût d'un café, pendant 2 heures ou 2 heures et demie... Une seule contrainte : depuis que les cafés de la place d'Allier font brasserie à midi, il faut libérer la place pour installer les sets et les verres sur les tables. Certains "garçons" le font avec discrétion. D'autres vous font remarquer que votre temps est dépassé !
Aussi, on comprendra le choc culturel qui fut le mien dès mon premier jour et mon premier repas en république tchèque. A peine, passez-vous le seuil de la terrasse (ou de la porte), avant même que vous ayiez eu le temps de vous asseoir, que quelqu'un se précipite pour vous demander "ce que vous buvez". Je pense qu'ordinairement la réponse est "un verre de bière" : d'où la surprise du serveur ou de la serveuse, voire pour certaine, leur agacement, quand vous consultez la carte. Dès que vous avez fini votre  verre ou votre tasse, on vient débarasser la table et vous demander ce que vous reprendrez. La réponse doit là aussi être "un demi litre de bière". Et je suppose que tant les allemands que les anglais doivent se sentir rapidement chez eux ! Le "galopin", une bière servie dans un verre à vin, et que personnellement je commande "panaché" serait, si l'existence en était connue dans cette contrée, naturellement considéré comme une hérésie.
En ce qui concerne les repas (tous les cafés font aussi restaurant : je n'ai pas remarqué qu'il existait deux concepts différents !), ils peuvent être pris à toute heure, là où il y a beaucoup de touristes allemands et dans les villages à l'écart du flux touristique, jusqu'à 15 heures. Surprise : si les horaires sont élastiques, la contre partie est que le service peut se faire dans le désordre. Si l'on vous apporte votre glace AVANT votre soupe : c'est normal. Et si vous préférez commencer par la soupe, c'est votre choix. On mettra votre glace en attente. Moi, j'avais commandé une crèpe en dessert : elle a refroidi le temps que je mange le reste. 
Passé les premiers instants de surprise (on a un peu le sentiment de gêner !), je me suis adaptée et ai introduit du "suspens" dans mes commandes :
-"que prendrez vous ? " 
- "une soupe"
La soupe à peine finie, ou si vous traînez trop, on vient débarrasser votre table.    
Cette particularité a même été à l'origine de malentendus avec des touristes allemands, qui n'ont pourtant pas l'habitude de trop s'attarder à table, puisque c'est dans le catalogue des offres touristiques d'un voyagiste allemand qui détient un quasi monopole sur le tourisme à Marienbad, quelques conseils : déposer SUR l'assiette, à gauche la  fourchette, à droite le couteau, pour signaler qu'on n'a pas fini de manger et que si l'on fait une pause, c'est parce que l'on parle avec son compagnon ou sa compagne de table. Quand on veut que l'assiette soit enlevée : y poser  son couteau ET sa fourchette avec un angle de 120 degrés.
- " je prendrai bien autre chose". Intéressé, l'oeil du serveur ou de la serveuse s'allume.
- "un goulash".
Et c'est après qu'il ait été débarrassé que je commandais mon dessert.

Comme je suis partie sur les traces de KAFKA dans les cafés qu'il a fréquentés et que j'ai lu "histoires praguoises" de RILKE, qu'à l'évidence ils  passaient autant de temps dans les cafés de leur ville que les habitués de ceux de Moulins, celà m'a interrogé : "moeurs postcommunistes" ? (j'ai gardé un souvenir désagréable du repas que j'ai pris à Berlin, Friedrichstrasse en 1973 !!! - et ma mère a vécu les mêmes mésaventures en Pologne) ou goût pour la propreté ?



Partager cet article

Repost 0
Dominique LAURENT - dans mes voyages
commenter cet article

commentaires

kéline 20/06/2009 16:23

ton journal de voyages est très agréable à lire puisque tu mets en avant tout ce qui dans les détails fait la différence, ta façon de l observer, celle de t'adapter et ensuite d'apprendre à la contourner :)))
bon week end Dominique

alouette 20/06/2009 07:31

bonjour,
comme c'est intéressant de comparer les moeurs des différents pays... et la manière de contourner ce qui ne te convient pas est très amusante
bonne journée

patriarch 16/06/2009 14:12

Je n'irai passé mes vacances là bas si.....j'avais des sous !!!!

Bonne journée.

Présentation

  • : Le blog de Dominique LAURENT
  • Le blog de Dominique LAURENT
  • : faire connaître ma région, parler des problèmes qui me préoccupent, exposer mes coups de coeur
  • Contact

Recherche

Liens