Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 mai 2009 4 21 /05 /mai /2009 12:16

 

Charles Louis PHILIPPE est un écrivain, né à CERILLY (03), près de la forêt de Tronçais, comme Marcellin DESBOUTINS que j'ai évoqué précédemment. Il était fils d'un sabotier, mais  a pu poursuivre des études grâce à une bourse. Après son baccalauréat, Charles-Louis Philippe a préparé sans succès les concours d'entrée à l'École polytechnique et à l'École centrale. "Monté" à Paris, il entra dans l’administration du département de la Seine. Il mèna à Paris une vie modeste et possèdait un petit appartement de l'île Saint-Louis, à une époque où le quartier était encore populaire.

J'ai trouvé à Strasbourg, à une époque où mes revenus me permettaient encore de faire des achats d'impulsion, un exemplaire de son oeuvre majeure : Bubu de Montparnasse, en allemand et en gothique. J'ai appris l'allemand en 2e langue, et en 4e et en 3e, nous avions encore des livres où un texte sur deux était imprimé en gothique, ce qui m'a sans doute d'ailleurs beaucoup aidée pour la paléographie et la lecture des parchemins du Moyen Age. Je me suis donc lancé le défit de le lire dans cette édition : le roman ne compte d'ailleurs pas plus de 200 pages..  

Les illustrations sont de très jolis bois gravés.
Charles Louis PHILIPPE amène très régulièrement à CERILLY des universitaires, plus souvent anglais, américains ou japonais que français ! Dans son roman, iIl offre une description de ce PARIS de la Belle Epoque, aussi évoqué par CARCO et MAC ORLAN, Belle Epoque qui n'était pas belle pour tout le monde, et particulièrement pas pour les protagonistes du roman :
dont voici le résumé :
La petite Berthe est  apprentie fleuriste et se rend un bal avec ses soeurs. Elle y rencontre Maurice, ébéniste, qui se montre le plus galant des cavaliers, l'invite à boire une grenadine et, de rendez-vous en rendez-vous, devient son amant, puis son homme. Maurice, dit « Bubu de Montparnasse » va mettre sa petite femme au travail et lui fait rencontrer ses amis : Jules notamment, et la voilà devenue "fille publique".
Elle arpente boulevard Sébastopol jusqu'à 22 heures pour gagner l'argent du ménage, payer leur chambre d'hôtel, ses souliers et  les loisirs de Bubu. Comme celui-ci sait qu'il faut savoir tenir sa femme, il  l'éduque par l'autorité et la corrige "pour son bien".
Un soir, elle rencontre un nouveau client : le jeune Pierre, provincial timide, un employé qui étudie encore pour obtenir ses diplômes.

Il m'avait échappé que Mauro Bolognini en avait fait un film en 1970, avec Ottavia Piccolo dans le rôle de Berthe. Antonio Falsi est Bubu, Massimo Ranieri est Pierre et Luigi Proietti, Giulio.


Le thème de la gentille fille mise sur le trottoir par un homme dont elle est éperdument amoureuse et qui meurt sous ses coups quand elle refuse d'aller au turbin a aussi été évoqué dans une de ces "chansons réalistes" qui font mon succès dans les mariages et notamment par Aristide BRUAND dans celle-ci :

Elle avait sous sa toque de martre,
sur la butte Montmartre,
un p'tit air innocent.
On l'app’lait Rose, elle était belle,
Elle sentait bon la fleur nouvelle,
rue Saint-Vincent.


Elle avait pas connu son père,
elle avait plus d'mère,
et depuis 1900,
Elle demeurait chez sa vieille aïeule
Où qu'elle s'élevait comme ça, toute seule,
rue Saint-Vincent.


Elle travaillait déjà pour vivre
et les soirs de givre,
dans l'froid noir et glaçant,
son p'tit fichu sur les épaules,
elle rentrait par la rue des Saules,
rue Saint-Vincent.


Elle voyait dans les nuit gelées,
la nappe étoilée,
et la lune en croissant
qui brillait, blanche et fatidique
sur la p'tite croix d'la basilique,
rue Saint-Vincent.


L'été, par les chauds crépuscules,
Elle rencontra Jules,
qu'était si caressant,
qu'elle restait la soirée entière,
avec lui près du vieux cimetière,
rue Saint-Vincent.


Mais le p'tit Jules était d'la tierce
qui soutient la gerce,
aussi l'adolescent,
voyant qu'elle marchait pantre,
d'un coup d'surin lui troua l'ventre,
rue Saint-Vincent.


Quand ils l'ont couché sur la planche,
elle était toute blanche,
même qu'en l'ensev'lissant,
les croque-morts disaient qu'la pauv' gosse
était crevée l'soir de sa noce,
rue Saint-Vincent.


Elle avait une belle toque de martre,
sur la butte Montmartre,
un p'tit air innocent.
On l'appelait Rose, elle était belle,
Elle sentait bon la fleur nouvelle,
rue Saint-Vincent.


Partager cet article

Repost 0

commentaires

LEPRAND 05/07/2009 09:03

en dehors de toutes considérations sur le texte, son écriture et l'histoire en elle même, le film m'a beaucoup impressionnée pour les éclairages,la scène où les filles suivent l'enterrement est confondante de beauté, bien sur on pense à Renoir....

Dominique LAURENT 06/07/2009 18:54


Peut-être un jour, aurons-nous la chance de voir ce film (que j'ai raté en son temps) sur Arte. J'ai vu avec plaisir un "cycle" Kim Novak (avec Rock Hudson) qui m'a rappelé mon enfance !!!
Je reverrai aaussi avec plaisir Brancaleone avec l'inimitable Vittorio Gassmann.


alouette 20/06/2009 07:50

ça glace le sang, ton anecdote sur le cimetière juif de Wuppertal !
ma grand-mère maternelle russe, qui a vécu en Allemagne dans les années 20, a appris l'allemand en gothique, elle nous en parlait parfois et nous épatait en dessinant ces belles lettres

patriarch 22/05/2009 10:18

Figures toi que j'ai fait toutes mes années d'allemand en internat en gothique ou rune, je crois.
L'oncle à ma première femme, qui était sarroise,(Dillingen) en était étonné !!

Dominique LAURENT 22/05/2009 12:57


Je crois que pareillement mon amie allemande (qui est pourtant mon aînée de 5 semaines, donc qui est plus âgée !) n'a jamais rien lu en gothique. Politiquement, après la seconde
guerre mondiale, ce caractère était politiquement connoté et ça devait être banni des écoles de la république fédérale. Si les caractères imprimés sont assez faciles à reconnaître, l'écriture
cursive est beaucoup plus coton à lire. Sa mère (à ma correspondante allemande) l'avait appris à l'école et appelait ça le "altdeutsch".
D'autres choses étaient bannies de l'enseignement : un jour, en regardant sur un plan ce que nous pourrions bien aller découvrir à visiter, Anke a découvert un "cimetière juif". Elle a dit
étonnée à son père : "tiens, il y a un cimetière juif à Wuppertal ?" ET son père a répondu : "oui, autrefois, il y avait beaucoup de juifs à Wuppertal !" Je ne peux pas dire l'effet que ça m'a fait
: mais 40 ans plus tard, je m'en souviens encore.  


Présentation

  • : Le blog de Dominique LAURENT
  • Le blog de Dominique LAURENT
  • : faire connaître ma région, parler des problèmes qui me préoccupent, exposer mes coups de coeur
  • Contact

Recherche

Liens