Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 février 2009 5 20 /02 /février /2009 09:33

J'ai beaucoup aimé les années que j'ai passées à l'université. Et j'aime bien collectionner les diplômes. Mais ce que j'avais observé des rapports entre universitaires et ce que je savais de son fonctionnement ne m'a pas donné envie d'y faire carrière.
 
Il faut être réaliste, les étudiants qui sortent avec un diplôme en poche sont, dans la majorité des cas, orientés vers des "petits boulots". Et celà s'est aggravé  au cours des vingt dernières années. Les postes intéressants reviennent aux élèves des grandes écoles.
Au sein de l'université, on peut obtenir son bâton de maréchal en devenant "enseignant-chercheur" : mais cette promotion est réservée à une minorité qui connaît bien les arcanes de l'université et est capable de mettre en oeuvre des stratégies d'ascension professionnelle. En 1968, on ne parlait pas d'"enseignants-chercheurs" mais de "mandarins" : depuis, leur statut s'est dégradé, mais ils ont appris à communiquer avec leurs étudiants. L'écho des manifestations ou de l'émission "en direct de la Sorbonne" que j'ai entendue sur Europe 1 l'autre jour, est assez parlante.
Je suggérerais au public, et aux parents d'étudiants, de s'informer avec précision sur le statut réel de ces professeurs qui dispensent des cours en premier cycle devant des amphithéâtres pleins. Et qui doivent corriger autant de copies ! Sont-ils "enseignants-chercheurs" ? Ou ces tâches lourdes et ingrates sont-elles dévolues à de besogneux "non titulaires" ?

C'est entendu : il faut réformer l'université. Les étudiants bacc + 5 voués à passer leur vie comme "animateur socio-culturel" dans une cité de banlieue en sont les premiers conscients. Le gouvernement sans doute aussi (en tous cas je sens que Mme Pécresse est sincère), qui affirme haut et fort sa volonté de changer les choses.
Mais pourquoi donc, M. Nicolas SARKOZY, pour présenter sa réforme, manie-t'il l'ironie facile vis à vis des enseignants chercheurs qui "vont dans leurs labos pour avoir à éviter de se chauffer chez eux" ou quelque chose d'approchant. Il y en a peut-être, mais la généralisation est abusive. Moi qui ne suis pas enseignante, qui trouve un peu démagogue leur attitude quand je les entends s'exprimer et que j'entends leurs étudiants les ovationner comme des vedettes du show biz, je suis très perturbée par le mépris à leur encontre qui transpire, non seulement des propos, mais surtout des mimiques du président.

J'ai entendu s'exprimer, sur le sujet que je viens d'aborder, M. Axel KAHN, un mandarin sympathique : j'envisage favorablement ses propositions d'universités autonomes, d'équipes ayant une démarche de projet (un travail en équipe, à l'université comme ailleurs, génère un plus grand dynamisme) et qui gagnent de l'argent grace à ces projets. Pour reprendre le parallèle avec la télévision publique : la BBC gagne beaucoup d'argent en vendant ses documentaires si réputés. Il n'y a aucune honte à ce qu'un financement ne soit pas fait exclusivement par le biais de subventions, donc avec l'argent des contribuables.

En ce qui concerne l'évaluation : pour ne pas être contestable, il me paraît sain qu'elle soit effectuée extérieurement au corps professoral. Un peu comme il vaut mieux que les comptabilités des universités soient évaluées (et jugées) par la Cour des Comptes plutôt que par le président d'université qui est ordonnateur des dépenses... ou par un conseil d'administration. Pour reprendre les mots de Coluche : il fait sortir des "milieux autorisés". Un de mes anciens profs de fac, qui avait pourtant bien su tracer sa route dans le marigot, parlant de la promotion au sein de l'Université disait qu'elle se faisait "par cooptation, comme tout ce qui n'est pas franc du collier". Un autre, évoquant le Conseil scientifique dont il était pourtant membre, ironisait : "ça ressemblait au soviet suprême du temps de Brejnev" et me rapportait que ce même conseil scientifique avait refusé d'accueillir en son sein un agrégé, titulaire de doctorat, avançant comme argument qu'il était trop "rustique".

Je n'ai pas suivi les dernières réformes, mais j'ai peur que derrière les slogans mis en avant ("nous luttons pour que vos enfants puissent accéder au savoir"), c'est la défense de ce système qui représente pour les manifestants l'enjeu. Or l'enjeu, le véritable enjeu de l'université du 21e siècle, c'est que ceux, TOUS CEUX, qui ont investi beaucoup de leur temps à étudier des choses qui ne les a pas toujours passionnés, aient un retour : un boulot intéressant et/ou valorisant. Et que l'argent investi par le contribuable modeste ait une réelle efficacité. 

Pour réformer, il faut poser les problèmes, les vrais problèmes, sur la table, ceux qui concernent le plus grand monde. Il faut aussi trouver les bons interlocuteurs (je suggérerais d'écouter ce qu'ont à dire les anciens étudiants sur voie de garage : ceux qui, bardés de bagages, ne trouvent à les poser que dans un secrétariat, une caisse ou un rayon de grande surface : cf le blog "caissieres no future)), et surtout éviter cette gestion des problèmes par l'ironie. Peut-être qu'au sein d'un parti politique, par essence nid de "tueurs", pour arriver au sommet, cette méthode qui vise à déconsidérer l'adversaire, est consubstancielle. Mais gouverner, c'est gérer : et le but n'est pas d'éliminer les administrés. La gestion "Père Ubu" ("le peuple n'est pas d'accord ? Supprimez le peuple !") des problèmes ne peut que déboucher sur la violence.

Et il faut garder conscient à l'esprit que résoudre des problèmes, élaborer des réformes, c'est une cause commune, un "bien public".

Je propose donc à tous ces gens de plancher sur un sujet : le service public de l'Université.  J'attends leurs copies avec impatience.


Partager cet article

Repost 0

commentaires

LIZOTCHKA 06/03/2009 12:28

Des diplômes qui ne mènent à rien, sauf aux concours de l'Education Nationale (et le nombre de postes diminue). Que vont devenir tous les étudiants (en Lettres et Sciences Humaines surtout)???

Dominique LAURENT 06/03/2009 13:28


Pour moi qui ai fait des études d'histoire et géographie, l'intérêt de l'université par rapport aux écoles de commerce, d'ingénieur, aux BTS et aux DUT, est d'offrir une formation générale.
Si l'on ajoute un encouragement à la curiosité et à l'adaptabilité (convaincre les jeunes que rien n'est impossible), c'est une excellente formation.
Moi, j'ai connu une prof d'anglais qui avait préparé un CAPES de russe (justement) et qui constatant qu'il n'y avait pas de postes, s'est reconvertie dans cette autre langue. Mais en parlant 3
langues, que de possibilités sont offertes !!!
Pour moi, la carence principale du système Education Nationale, c'est qu'on n'y encourage pas les jeunes à avoir confiance en leurs possibilités, à être différents (on ne tient pas compte des
divers modes d'apprentissages et tout le monde ne fonctionne pas pareil).
Et puis surtout, on leur apprend qu'en dehors du salariat, il n'y a point de salut et on dévalorise encore beaucoup le travail manuel et technique : d'autant que les patrons de PME considèrent
qu'ils n'ont plus à former leurs personnels et que l'Education Nationale doit leur envoyer des salariés formatés au poste précis dont ils ont besoin. 


kéline 20/02/2009 15:40

j aime bien cette vision des choses, je pense qu'au fond d'eux- mêmes beaucoup d'anciens ou d'étudiants actuels seraient sensibles à l'objectivité de ton article

kéline 20/02/2009 15:40

j aime bien cette vision des choses, je pense qu'au fond d'eux- mêmes beaucoup d'anciens ou d'étudiants actuels seraient sensibles à l'objectivité de ton article

Présentation

  • : Le blog de Dominique LAURENT
  • Le blog de Dominique LAURENT
  • : faire connaître ma région, parler des problèmes qui me préoccupent, exposer mes coups de coeur
  • Contact

Recherche

Liens