Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 janvier 2009 7 25 /01 /janvier /2009 09:19

Ce matin, j'ai entendu s'exprimer un autre type d'experts : les lycéens.
Quel âge avais-je quand j'ai passé le bac ? je suis née en mai, j'ai passé le bac en juin : je venais donc d'avoir 18 ans !
Mon père, épuisé de ne jamais pouvoir me clouer le bec avec un argument d'autorité, me disait : " toi, de toutes façons, tu es une raisonneuse ".
Je crois que je m'intéressais peu alors à une réforme du système éducatif.
"Changer la vie", ça portait sur un autre plan. Qui était d'ailleurs le ministre ? Je ne m'en souviens plus : un slogan me revient : "nous viendrons à bout d'Haby" (il me fait encore crouler de rire : surtout depuis que je sais placer cet émirat sur la carte), mais était-ce à cette époque ou un peu après ?
Raisonneuse j'étais, raisonneuse, je reste : d'autant qu'en veillissant, j'ai engrangé un certain nombre de connaissances et d'expériences. Quand on m'affirme quelque chose, je cherche toujours la faille du raisonnement "cogito, ergo sum".
ça agaçait mon père. Ca a agacé au moins un de mes chefs d'établissement. Au cours de mes années de travail en lycée, j'ai mis K.O. grâce à ce trait de caractère plus d'un lycéen venu me dire que "la bouffe à la cantoche est dégueulasse".
Longtemps j'ai cru que ma faculté à raisonner était une aide pour mes chefs d'établissement ...
J'ai de l'affection pour ces lycéens qui donnent des leçons d'organisation et de management à leur ministre. Mais je les trouve aussi un peu ridicules. Et j'aimerais bien leur poser quelques questions qui les déstabilisent dans leurs certitudes. Je ne les trouve pas suffisamment raisonneurs ...
Le ministre "est un con" qui connaît mal ses dossiers puisqu'il prétend qu'il y a 1 prof pour 14 élèves. "Mais nous, l'on voit bien qu'on est 35 par classe et que l'on ne peut pas apprendre". Mis à part que pour apprendre, la condition sine qua non, c'est de le vouloir ..., effectivement, si l'on fait le rapport profs (de toutes les spécialités) - élèves, il y a 1 prof pour 14 élèves. Mon expérience du système éducatif me fait dire que si l'on augmentait le recrutement des enseignants de façon à obtenir un ratio de 1 prof pour 1 élève, voire même, pourquoi pas : 2 profs pour un élève, il y aurait encore au moins 34 élèves par classe !
2 éléments d'explication : il y a peut-être trop de spécialités. Tout doit-il être appris à l'école ou au lycée ? Ou bien d'autres adultes que les enseignants n'auraient-ils pas naturellement vocation eux aussi à éduquer et retransmettre certains savoirs ? Pourquoi, par exemple, les chefs d'entreprise mettent-ils à la retraite anticipée leurs "vieux travailleurs" et exigent-ils d'avoir de jeunes employés directement prêts à l'emploi (y compris dans le système d'apprentissage ? Un apprenti doit être rentable immédiatement

                                           peut-être qu'au niveau de l'organisation, dans les établissements eux-même, les moyens ne sont pas utilisés et organisés avec toute la compétence qu'il faudrait.

Et un conseil à M. DARCOS : si au lieu d'annoncer que vous supprimez des postes d'enseignants (pour faire plaisir à votre président, parce qu'il aime les effets d'annonce ?), vous vous étiez tu ? Tout simplement... Et aviez géré votre nombre d'enseignants dans la discrétion ?
Car enfin, la Cour des Comptes, depuis des années, rapporte que l'Etat est incapable de dire quel nombre de postes il gère. Ne parlons pas des collectivités territoriales. 
Lu dans La Montagne : l'hôpital Gabriel Montpied de Clermont-Ferrand avait inscrit à son budget 2008 la création de 60 postes (de mémoire) et en a créé, de fait 355 (il n'est pas précisé s'il s'agit d'"équivalent temps plein").
Moi qui ai eu à payer les emplois dans un organisme de formation continue, je ne pouvais que constater qu'entre les prévisions et la réalisation, de nombreux intermédiaires mettaient leur grain de sel, justifiant d'urgences. Le budget prévisionnel n'était jamais "sincère" comme le veut la loi, et le respect les procédures de recrutement (réunion d'une commission de recrutement, garantissant la publicité et donc l'égalité de tous devant l'emploi) rarement respecté malgré les rappels à l'ordre du conseiller du recteur en F.C. Quant à moi, en exigeant d'avoir des contrats "exécutoires", c'est-à-dire régulièrement établis, votés, et envoyés pour info aux diverses autorités que prévoit la loi, j'étais considérée comme une empêcheuse de tourner en rond.  

Peut-être l'hôpital avait-il besoin de recruter 289 postes de plus que prévu. Mais peut-être aussi qu'on aurait pu s'organiser autrement sans dommage pour les malades.  
 

 

   

Partager cet article

Repost 0

commentaires

kéline 26/01/2009 07:53

chère madame la raisonneuse empêcheuse de tourner en rond j'avoue avoir eu du mal à suivre les raisonnement chiffrés des uns et des autres

Dominique LAURENT 26/01/2009 09:45


Ils ne présentent que les chiffres qui permettent d'étayer leur argumentation... Alors qu'il faudrait tout mettre sur la table pour comprendre.
Et surtout avoir la volonté de faire progresser le schmilblick. Car c'est sûr, il faudra que certains changent d'emploi. 
Moi, ce qui m'étonne, ce sont ces enseignants qui ont protesté contre la suppression des PEGC ("c'est super, car ils sont polyvalents") et qui maintenant récusent toute bi valence ("car on ne peut
pas enseigner bien 2 matières !").
Je veillis, mais je garde une bonne mémoire !  


Présentation

  • : Le blog de Dominique LAURENT
  • Le blog de Dominique LAURENT
  • : faire connaître ma région, parler des problèmes qui me préoccupent, exposer mes coups de coeur
  • Contact

Recherche

Liens