Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 juillet 2008 2 22 /07 /juillet /2008 18:29

Du 17 au 20 juillet une expérience a été tentée à Moulins : celle de proposer un festival d'opéras dits "de poche", car ce sont des pièces courtes, d'une heure environ.

Réserver pour plusieurs soirées était un peu cher pour mon budget : j’ai donc ciblé l’opéra qui faisait la clôture. Le titre : « Rita ou le mari battu » de Donizetti me laissait supposer quelque chose de léger.
J’ouvre une parenthèse : s'il n'y a pas si longtemps qu'on trouve anormal qu’un mari batte sa femme (entendu à la télé lors d’un reportage en 2007 : - le policier « mais pourquoi battez-vous votre femme? » - le mari, espérant trouver une compréhension chez un policier qui est tout de même un homme : « Mais vous vous rendez compte ? Quand je lui fais une remarque, elle me répond !!!! »), les maris battus ont toujours été considérés comme un objet de moquerie. A Montluçon, on les promenait dans toute la ville, sur un âne où on les avait fait monter à l’envers.
Je reviens à mon sujet : de fait, il s’agit d’une farce, dans l’esprit des farces médiévales (la Farce du Cuvier tourne autour du même thème). La pièce est jouée en français. 3 personnages : une soprano, un ténor et un baryton. En contre bas de la scène, un petit orchestre : 6 ou 7 musiciens peut-être. Ils viennent de Vérone. La musique est facile et entraînante. J’aime la musique et si j’ai l’oreille délicate, mais je ne suis en rien connaisseuse. J’ai trouvé les deux hommes particulièrement bons.  Tous sont excellents acteurs, dans le style théâtre de rue ou farce, un peu surjoué.  Pas de sonorisation : les chanteurs ne peuvent compter que sur la puissance de leur voix pour se faire entendre.
L’opéra est en Italie quelque chose d’extrêmement populaire au contraire de ce qu’il est chez nous : élitiste. C’est donc une excellente idée d’avoir choisi de faire jouer ces 4 petites pièces à l’ « espace Villars », qui sont en réalité les anciennes écuries de la caserne de gendarmerie. J’ai un peu craint que l’acoustique ne soit pas excellente (la soprano aurait, de fait,  peut-être été plus à son aise à l’auditorium du CNCS) : mais en réalité, le lieu est très sympa.
Porter un jugement sur une unique représentation est un peu présomptueux. J'ai engagé la discution avec ma voisine, qui avait l'air, elle, de s'y connaître en musique. Elle avait assisté à la représentation de la veille, une création. Elle m'a affirmé avoir beaucoup apprécié cette pièce, difficile, et y avoir trouvé très bons les chanteurs. 

A noter que l'initiative d'un festival de petits opéras est conjointe entre l'adjointe à la culture de la ville de Moulins et une compagnie appelée "Appels d'air", qui réside à Châtelperron. Il est dommage que ces compagnies : le Festin à Hérisson, le Footsbarn, qui sont d'excellentes qualité (et pour le Footsbarn connues mondialement) ne soient pas prophètes  en leur département. Aurais-je un pouvoir de décision dans ce département, je mettrais toute mon énergie à les fédérer pour qu'elles puissent traviller ensemble le plus souvent possible, à l'occasion de festivals départementaux qui tourneraient dans les si nombreuses petites villes qui peuvent offrir des écrins magnifiques à ce type de manifestations. Et inviter des troupes comme celle dont j'ai tant apprécié la prestation au mois d'octobre : le théâtre du Monte charge de Pau, qui s'oriente vers des créations franco viêtnamiennes. Quelle pertinence il y aurait, en effet, à ce qu'elle puisse se produire à Noyant, avec des troupes de danse indienne, par exemple, puisqu'à Noyant, des français d'origine indienne et indochinoise reviennent régulièrement en été et peuvent inviter leur famille et leurs amis !
Ce message est une bouteille à la mer : peut-être qu'un "décideur" passera par hasard sur mon blog. Et piquera mon idée. Ce dont je me réjouirais. 
Je n'ai pas encore testé Le Petit Théâtre Dakoté qui donne des représentations chez des agriculteurs. Il m'a fallu choisir entre l'opéra et la représentaiton qu'ils ont donnée chez Pétillat (vignerons), à Meillard.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

patriarch 22/07/2008 20:53

très intéressant ce que tu nous expliques !! C'est vrai que s'il n'y avait pas d'initiatives privés, par des petites boites, les locaux ne pourraient jamais se produire. Ici aussi c'est le cas.

Bonne soirée.

Présentation

  • : Le blog de Dominique LAURENT
  • Le blog de Dominique LAURENT
  • : faire connaître ma région, parler des problèmes qui me préoccupent, exposer mes coups de coeur
  • Contact

Recherche

Liens