Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 mai 2008 1 19 /05 /mai /2008 07:44

Télévision, journaux, radios, nous rebattent les oreilles de « mai 68 ».  Pourquoi ne parlerais-je pas de la façon dont je l’ai vécu ?

En mai 1968, j’avais 15 ans (16 en réalité à la fin du mois) : j’habitais alors Saint-Etienne et étais élève du lycée Honoré d’Urfé (l’inoubliable auteur de l’indigeste « Astrée »), un « lycée de  jeunes filles ». Il y avait 2 lycées de jeunes filles (le second était le lycée Simone Weil, qui y fut prof de philo, en centre ville) et deux lycées de garçons (le lycée du centre était le lycée Claude Fauriel, doté de classes préparatoires aux grandes écoles) et le Portail Rouge, à la périphérie de la ville, dans un quartier alors entièrement neuf.
Saint-Etienne n’était pas alors une véritable ville universitaire bien que deux centres universitaires (un centre universitaire en droit et un centre universitaire en lettres), dépendant de Lyon, y aient été implantés dans des locaux récupérés auprès de l’école des Mines, et dans une ancienne laiterie .
Par contre, c’était alors une vraie ville ouvrière : les usines Peugeot étaient en plein centre ville. Des puits de mine étaient encore en activité sur la Ricamarie et le Chambon-Feugerolles. La centrale (thermique) du Bec crachait ses fumées noires : les habitants de la Ric avaient envoyé à un ministre un sac plein de poussière de charbon. Et les bonnes ménagères stéphanoises, chambonnaires ou appelouses (habitants de Firminy) nettoyaient tout à l’alcali, seul capable de décrasser cette poussière grasse.
Et, Saint-Etienne était la seule ville de France où subsistait encore un tramway.

J’avais redoublé ma seconde car l’année précédente j’avais passé la plupart de mon temps à la clinique orthopédique où l’on m’avait posé un plâtre pour cause de grave scoliose : en l’espace d’une heure ma taille était passée de 1 m 58 à 1 m 62. On m’avait allongée dans un portique métallique, mis une mentonnière à laquelle  avaient été accrochés 30 kg pour tirer la tête. De l’autre côté, j’avais des bracelets aux pieds auxquels étaient suspendus aussi des poids de 30 kg. J’ai été enveloppée de bandelettes plâtrées. A peine sortie de la clinique, allant acheter un journal de télévision en face de chez moi, j’ai butté sur la terre d’un trottoir qui était en réfection. Mal encore habituée au corset qui me déséquilibrait, je suis tombée, ai eu une plaie au genou et une entorse avec épanchement de synovie. Ce qui m’a valu d’avoir la jambe gauche plâtrée de la cheville au haut de la cuisse ! (il faut absolument que j’écrive le « roman de la momie » !).
En juillet 1967, ce plâtre avait été remplacé par un corset en fer et plexiglass qui m’avaient assuré une plus grande autonomie. Mai 68 a peut-être été symbole de libération pour des femmes qui brûlaient leurs soutiens gorge, mais pas pour moi !

C’est pourtant un printemps dont je garde un bon souvenir :
Le lycée Honoré d’Urfé était construit dans un très beau parc. A un moment donné, on a vu de moins en moins de profs… Les cours étaient suspendus, et on nous envoyait en étude dans les locaux de l’internat, au milieu des rhododendrons ! Les surveillantes (dans un lycée de jeunes filles, la directrice était une demoiselle (« Guiguitte »), elle était assistée de madame le censeur, mesdames les surveillantes générales et de  mesdemoiselles les surveillantes), souvent étudiantes à Lyon ont également disparu les unes après les autres : le lycée nous appartenait. J’aurais pu faire sauter les cours comme les autres externes, mais il se trouvait que mes deux meilleures copines étaient internes et bloquées là.
En étude, nous avions rapatrié un électrophone (mono, bien sûr !) et nous passions des disques de Barbara, Georges Moustaki (« avec sa gueule de métèque ») et Serge Reggiani (« votre fille a 20 ans, que le temps passe vite … »). Il faisait  beau : nous avons rapidement repéré que l’on pouvait, littéralement « faire mur ». Et que personne ne viendrait contrôler si nous étions là ou non. L’idée a surgi dans la tête de ma copine Claire, la plus délurée de nous trois : nous devions aller à Firminy, parce que, je cite, « les garçons y étaient particulièrement sympa » ! Une fois le mur escaladé (après un an de corset, j’étais devenue habile. Et les copines qui tenaient à m’emmener avec elles m’avaient bien aidée), direction la place Bellevue. Les syndicats ouvriers (la CGT, à Saint-Etienne) n’avaient pas encore appelé à la grève. On trouvait encore de l’essence, mais Claire avait décidé : « On va faire du stop » ! On a fait du stop : mais nous avons fait arrêter la voiture un peu avant Firminy car l’automobiliste était fort entreprenant, et que la copine qui était assise sur le siège à côté de lui ne souhaitait pas prolonger l’épreuve. Il nous a copieusement injuriées. Nous avons musardé place du Breuil : les copines ont trouvé que les garçons (ceux qui n’avaient pas encore leur permis de conduire tout au moins) étaient décidément très sympa à Firminy !
Nous sommes sagement rentrées par les transports en commun (un vieux trolley à perche).

Peu de temps après, les profs ont installé des piquets de grève : je revoie Huguette Bouchardeau, au loin, refouler des élèves. Une demi-pensionnaire comme moi ne pouvait plus aller faire valoir ses droits à la cantine ! Les copines internes ont été renvoyées chez elles. L’essence a commencé à manquer, l’électricité à être coupée (à la maison, nous avions heureusement, toujours un stock de bougies).

.. J'ai alors trouvé une nouvelle occupation...

Partager cet article

Repost 0
Dominique LAURENT
commenter cet article

commentaires

domitius 07/01/2009 16:24

En 68, j'avais 13 ans , étant de 1955, et "breton importé"; mais vous, Dominique, n'êtes vous pas de 1953 sinon de 52 ? Avez vous fréquenté l'école de Noyant, classe de Mademoiselle MARTIN,CE1 ou CP, dont je connais bien une des élèves...née en 1953 à Saïgon?

domitius

Dominique LAURENT 08/01/2009 09:21


Je suis née DANS l'école de Noyant. La classe enfantine a été transférée dans le bâtiment de la mine à la rentrée 56, la  petite école n'ayant que 3 classes chez les filles (et la
maternelle) et 2 pour les garçons. On a ensuite construit des préfabriqués. Un moment, il y avait 8 000 habitants et 70 % étaient des enfants. Pour alléger la classe, et comme je lisais déjç
un peu, on m' a fait passer en CP. Comme j'ai un an de plus que votre amie, nous avons donc ainsi dû avoir 2 classes de différence. Mes intitutrices ont été Melle COLIQUET et Mme BUSSONNET. Ma mère
enseignait aux CM 1- CM 2.


kéline 23/05/2008 09:53

souvenirs souvenirs...souvenirs heureux de ma jeunesse
j' étais alors étudiante à Lyon et j ai connu manifs et grèves mais cette jubilation explosive est restée très limitée dans le temps et la pseudo libération qu'elle a cru provoquer n'est pas allée au fond des choses en ce qui me concerne

geo 19/05/2008 18:29

Mai 68, quelle joie, j'étais à Paris, boulevard saint Michel,la Sorbonne, on écoutait pas Moustaky, ni Brassens ni qui que ce soit d'ailleurs, on jouait avec les CRS, on avait inventé le lancer de pavé, difficile, car il fallait courir vite....quelle époque, mais c'est passé, et il serait temps de tourner la page, définitivement ......

Allez à un de ces jours qui sait....

geo 19/05/2008 18:21

Pour dominique03 du très grand Cantona, enfin si l'on veut

C'est tout pour l'instant

""On dit d'un bon vin que c'est la vierge qui vous pisse dans le gossier""

Du Cantona tout en finesse

"""Les mouettes suivent le chalutier, c'est parce qu'elles pensent qu'on va leur jeter des sardines"""

Du grand Cantona dans la philosophie observative....

Salut

moimeme 19/05/2008 16:26

bonjour
je n'avais que 7 ans, habitais a lyon , et il me semble qu'il y avait des tramways.... Me tromp'je??
sinon: la nouvelle occupation? c'est quoi??

Présentation

  • : Le blog de Dominique LAURENT
  • Le blog de Dominique LAURENT
  • : faire connaître ma région, parler des problèmes qui me préoccupent, exposer mes coups de coeur
  • Contact

Recherche

Liens