Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
31 janvier 2008 4 31 /01 /janvier /2008 19:10

P1010017.JPG                        P1010016.JPG

A la Libération, les mineurs avaient déserté les corons. Les galeries de la mine de Noyant étaient inondées : on  n'envisageait pas de les réexploiter et les jeunes étaient allés travailler à Buxières, à Saint-Eloi ou à Brassac … Ne restaient plus que des retraités au village, autrefois si animé. Le maire se demandait comment le faire revivre...
Pendant ce temps, l'empire colonial français vivait ses derniers jours.




J'avais un peu plus de 3 ans, âge duquel normalement on ne conserve aucun souvenir, quand mon père m'a annoncé que des indochinois allaient venir s'installer aux corons. A noyant, on ne connaissait les populations indigènes de l'empire français que par les cartes postales émises à l'occasion des expositions coloniales, et les images des livres de géographie de l'école primaire. Pour m'éviter toute surprise en prévision de cette rencontre du 3e type, il m'informa qu'ils n'avaient pas de nez et des yeux bridés : comme je ne connaissais pas ce mot, il me le mima. Je le revois mettre ses doigts à l'extérieur de ses yeux et les étirer. J'ai gardé cette image très présente à mon esprit pendant des années : quand le film "le petit VIetnam" fut présenté à Noyant au printemps 2006, c'est avec émotion que j'ai entendu Jean Paul Saint Léger qui a quelques années de plus que moi, et dont les souvenirs sont sûrement bien plus précis, évoquer les mêmes souvenirs.

On sait que l'hiver 1955-56 fut particulièrement froid. Ce fut l'hiver où l'abbé Pierre lança son appel en faveur des sans abri. Dans la campagne bourbonnaise, l'eau des bucoliques petits ruisseaux était gelée et les étangs recouverts d'une bonne couche de glace.    
C'est au cours des vacances de Toussaint que les premiers rapatriés d'Indochine arrivèrent : la région la plus froide du Vietnam est celle de Dalat, dans la montagne, où les militaires et les cadres de l’administration coloniale allaient se reposer du climat tropical d’Hanoï et surtout de Saïgon, et il n’y fait jamais moins de 20 degrés. Dans les maisons des corons, on se chauffait avec un poêle à charbon dans la cuisine. Les mineurs avaient l’habitude de dormir dans des chambres non chauffées. C'était la même chose dans notre logement du bourg. Pour notre part, nous avions l'habitude de gérer cette situation, mais il faut imaginer le choc que ce dût être pour les nouveaux arrivants. Je ne sais plus qui avait surpris une mère tenant son bébé au dessus du poêle pour le réchauffer. Ma "mémé" Régerat, qui habitait les corons avait raconté que sa nouvelle voisine s'était installée devant  pour l'observer en train de cirer des chaussures. A Noyant, pendant longtemps, nous eûmes la primeur des "tongs" : je ne sais qui m'en avait offert une toute petite paire. 

Tous comptes faits, « ils » n'avaient rien d'effrayant : ma mère et son amie, qui étaient institutrices trouvaient leurs nouvelles élèves particulièrement mignonnes et intéressées...  Les enfants qui ne parlaient pas français à leur arrivée en France s’exprimaient fort correctement au printemps. La classe enfantine avait quant à elle été transférée dans l'ancienne salle de chauffe de la mine, qui était totalement inadaptée à l’accueil de classes ! C’était amusant : on nous avait mis en garde contre des dangers. J’avais sympathisé avec mes nouveaux petits camarades, notamment deux frères qui tenaient à porter mon cartable quand nous rentrions de l’école, ce qui me valait beaucoup de plaisanteries de la part de mes parents.

A l'école, le nombre de classes grimpa jusqu'à 17, je crois. Cette photo est celle du CM 1 de l'année 1957-52.

CM1---CM2-1957-58-copie-1.jpg


Nous avons quitté Noyant pour Saint-Etienne au cours de l'été 1959 . Je revenais à Noyant à chaque période de vacances scolaires. L'été, je passais une quinzaine de ours chez mes grands-parents à la Pierre Percée et je me rendais à pied dans les Corons rendre visite à Madame Régerat. Mes parents sont restés en relation avec mme Debost qui est restée directrice de l'école jusqu'à sa retraite.

Quand une boutique de produits asiatiques s'implanta au bourg : on m'y acheta un chapeau conique que je pendis au mur dans ma chambre...

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

kéline 29/02/2008 09:50

que tes souvenirs sont agréables à lire ! ils évoquent un passé si proche et une vie pourtant si différente de celle que nous vivons actuellement.

Présentation

  • : Le blog de Dominique LAURENT
  • Le blog de Dominique LAURENT
  • : faire connaître ma région, parler des problèmes qui me préoccupent, exposer mes coups de coeur
  • Contact

Recherche

Liens