Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 octobre 2014 6 25 /10 /octobre /2014 13:01

y compris en matière d'argumentaire politique.

A l'occasion du centenaire de la guerre de 1914-18, j'ai eu envie de comprendre quelle a pu être l'histoire de ma grand-mère qui a eu 20 ans en 1916. L'évolution dans la vie d'une jeune fille, à cette période charnière, est, en soi, un sujet intéressant. De plus, j'ai de quoi l'illustrer à partir de toute une série de documents qu'elle avait conservés. Il me faut restituer le contexte dans lequel s'inscrit sa vie : outre l'impact de la guerre de 1914-18, comprendre pourquoi son père, Pierre DAMORET, a, vers 1895, quitté le domaine où il était vigneron pour devenir tonnelier dans le quartier des Mariniers, à MOULINS.

Et pour comprendre, quoi de mieux que l'ouvrage d'André TOURET : histoire des campagnes bourbonnaises (1870-1914) (éditions Créer). Je l'avais lu lors de sa parution, Nous étions alors en pleine euphorie : les journaux économiques titraient sur la "croissance" miraculeuse de l'économie européenne. A. TOURET décrit la période de crise et de récession qui intervient vers 1890, et qui incite les ouvriers agricoles, et certains exploitants, à migrer vers la ville.

Je n'avais pas vraiment prêté attention à certains documents que l'auteur retranscrits dans sa thèse : voici 2 extraits (p. 129)

Les grands propriétaires et les fermiers généraux étaient hostiles dans leur majorité à la scolarité obligatoire (et gratuite) instaurée par les lois Ferry de 1881 et 1882 :

on pouvait lire en septembre 1893 dans le Bulletin de la Société d’Agriculture de l’Allier (septembre 1893)

« Cette diffusion du luxe a concordé avec le développement des écoles primaires et l’application des mêmes programmes d’enseignement primaire à tout le pays, faisant passer tous les enfants dans le même moule. Le résultat obtenu a pour effet de délasser les gens, de faire abandonner les campagnes où l’on fait considérer le travail de la terre comme trop pénible, et pas assez rémunérateur ; de rechercher les fonctions de l’Etat quelques minimes qu’elles soient… Ils s’éloignent de la terre. Le désir de moins travailler et de jouir, qui les fait ainsi quitter la terre, leur est venu en voyant leurs nombreux camarades, élevés gratuitement comme boursier, devenir ainsi instituteurs publics, ne faire qu’un an de service (militaire) et sortir de leur milieu ».

et p. 131 (Extrait du Bulletin de la Société d’agriculture de l’Allier en 1880)

« il n’y a plus d’esprit de famille, plus d’amour du foyer ; un père et une mère deviennent des étrangers pour leurs enfants dès que ceux-ci peuvent se passer d’eux, et tout ce qui est jeune et valide déserte le toit paternel pour se diriger vers les usines, les grands chantiers et surtout les grandes villes, où l’on trouve plus d’argent et plus d’occasions de le dépenser en plaisirs et en débauches ».

Tout fout le camp, ma bonne dame !

Partager cet article

Repost 0
Dominique LAURENT
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Dominique LAURENT
  • Le blog de Dominique LAURENT
  • : faire connaître ma région, parler des problèmes qui me préoccupent, exposer mes coups de coeur
  • Contact

Recherche

Liens